La playlist pour la maison vol.1

Temps de lecture : 9 minutes

Une playlist, waouh, ça c’est original : Bande d’esprits moqueurs va! Bon, ça va faire 4 semaines que je suis enfermé chez moi, comme vous tous sans doute! Je me suis occupé de toutes les manières possibles:

  • peinture de figurines de Zombicide
  • Lecture de bouquins pointus sur la bataille de Koursk
  • pilotage pendant des heures de mon FW-190 sur War Thunder
  • Dégommage en règle d’adolescents avec mon Izumo sur World of Warships
  • Relecture de Schopenhauer : l’art d’avoir toujours raison
  • peinture de figurines Warhammer 40 000
  • écriture de scenarii pour des amis pour le jeu ci-dessus
  • Lecture de Libre d’obéir : le management du nazisme
  • Arpentage de donjons en mode cauchemar sur Diablo III, sans pour autant trouver cette putain d’épée légendaire
  • Relecture de Bukowski : Contes de la Folie Ordinaire
  • Des achats compulsifs sur Bandcamp!

Bref, je me suis vautré dans toutes mes passions habituelles. Par contre, impossible d’écrire la moindre ligne sur weirdsound : nada, nothing, rien, keudal! Ce n’est pas faute d’avoir des albums super sympas (dédicace à Vox Low!) mais rien à faire, le moteur diesel ne démarre pas.

Le contexte actuel est peut être trop anxiogène, je suis peut être trop stressé de nature…allez savoir! Rajoutez à ça des croques-morts qui ont loupé leur vocation, qui vous bombardent de SMS pour chaque célébrité oubliée qui claque : mon envie de partir habiter au fin fond de la Laponie me fait visiter des sites de biens immobiliers là bas!

Bonne nouvelle quand même, j’arrive à écouter de la musique, comme toujours en fait. La vie sans musique étant un concept purement inconcevable pour votre serviteur. j’ai donc décidé de lancer une nouvelle rubrique, sans doute temporaire, sur le site. Une espèce de thérapie positive et collaborative, j’espère que vous ne m’en voudrez pas : Une playlist de mes écoutes du moment, tous styles confondus. J’espère que chaque rédacteur qui le souhaitera se prêtera au jeu, l’avenir nous le dira!

Ci dessous la playlist complète, 43 titres ça va vous occuper un moment! Sinon, pour ceux que ça intéresse, j’ai fait un petit texte à chaque fois en dessous, clip par clip. Autant dire que ça m’a pris du temps, il faut croire que je vous aime bien bande de couillons.

La playlist dans sa totalité pour les plus courageux!

La playlist commentée titre par titre

Frustration – Too Many Questions : Le titre colle parfaitement avec l’ambiance actuelle ! Un slip devant la bouche suffit-il à nous protéger du virus ? Les festivals vont-ils s’en remettre ? Goldman va t’il nous refaire une chanson ? Pire, Florent Pagny ? Bref, beaucoup de questions ! En attendant c’est un de mes morceaux préférés de Frustration.

Amyl And The Sniffers – I’m Not a Loser :  hormis un excellent concert à Bourges en 2019, c’est aussi un face à face avec moi-même sur I’m Not A Loser quand je me retrouve dans ma salle de bain le matin au démarrage d’une énième journée de confinement ! Mal rasé, une coupe de cheveux de merde, complètement flippé à l’idée de chopper cette merde de virus : quel héros !

Villejuif Underground – titre éponyme : Le premier morceau du Villejuif Underground que j’ai écouté, avant de les voir peu de temps après en concert. Quelques années après, c’est toujours aussi cool et j’aime toujours autant ces mecs !

JC Satan – Complex Situation : découverte faite totalement par hasard (pour une fois merci les algorithmes), j’adore ce morceau tiré de leur album Centaur Desire. En France, nous avons des putains de groupes, JC Satan en fait partie !

Baston – Primates : Je n’ai toujours pas fait la chronique du magnifique album sorti en novembre dernier, pourtant ça me fait décoller à chaque fois. Je suis une grosse feignasse, je n’ai que ça à foutre en ce moment en plus !

The Moonlandingz – Black Hanz : La GROSSE claque que je me suis prise en les découvrant sur la scène du Printemps de Bourges en 2017 ! Mené par Lias Saoudi et Adrian Flanagan, le concept album m’a séduit. Un anti héros, Johnny Rocket, voulant devenir une star de la pop. Mais Johnny est comment dire…un mec spécial ! J’espère qu’il y aura une suite.

Fat White Family – Whitest Boy On The Beach : Au dernier festival Levitation, les mauvais gars nous ont fait le plaisir de la jouer, c’est un putain de bon morceau dont je ne me lasserai jamais.

Kyuss – Green Machine : un groupe qui a changé ma vie, ni plus ni moins ! Je suis sans doute un fils du désert dans l’âme, le stoner bouillonne dans mes veines ! Autant que l’herbe dans mes poumons et la bière quand je regardais mes potes (j’étais trop maladroit pour en faire) faire du skate en écoutant Kyuss !

Motörhead – Jumpin’Jack Flash : une reprise du célèbre titre des Rolling Stones. Bah vous savez quoi ? Je préfère cette version-là. Lemmy était sûrement mon père, ce mec détenait une vérité primordiale qui échappe toujours à la majorité de l’humanité : sois toi-même, et rien à foutre du reste. Lemmy, si tu as la 4G là où tu es, encore merci.

Motörhead – Life Is A Bitch : Tout est dans le titre non ? La vie est la pire des salopes, surtout en ce moment, mais ça n’empêche pas de se marrer, si tu veux jouer je t’attends pétasse ! Platon peut aller se rhabiller.

Kompromat – De ton Âme à Mon Âme : La première fois que j’écoutais ce morceau, je marchais dans la rue, j’ai dû m’arrêter sur un banc. C’était en avril, il commençait à faire beau, j’ai appelé le bureau pour dire que je posais mon après-midi, le morceau avait fait trop de résonances en moi pour que je puisse envisager autre chose que rester seul.

Frustration – Le Grand Soir : un morceau tiré du dernier album du groupe et dans la langue de Molière ! Sinon, le titre est assez explicite, une sérieuse envie de dérouiller ceux qui le méritent et de remettre un peu d’équité dans les règles du jeu, un titre que je dédicace à tous les trous du cul que je vois dans mon poste télévisé.

Rone – Lou : Un moment d’apaisement bienvenu avec ce sublime titre tiré de Miraporolis. Sur Lou on entend la voix de la fille de Rone qui imite le loup. J’ai toujours adoré ce morceau, avant même d’être père moi-même d’une petite fille (je vois venir les psychologues de comptoir de PMU).

Them Croocked Vulture – Reptiles : La critique musicale leur a chié dessus en grande partie. Pourtant il faut vraiment avoir du persil dans les oreilles pour ne pas entendre que Reptiles est une sacrée bande son ! Si je devais tourner un film, je la prendrais au générique.

Nine Inch Nails – Closer : le morceau parfait pour un groupe que j’adore depuis que j’ai 15 ans. Si je devais sortir une chanson d’amour à un jeu télévisé avec Nagui, ce serait celle-là. Trent Reznor est un putain de génie. Si ma flemmingite aiguë se dissipait je pourrais écrire des tartines dessus, mais ça n’intéresserait sans doute personne, vu qu’il y a déjà quinze bouquins mieux écrits sur le sujet. Oui/Non ? A vous de me décider !

Queens Of The Stone Age – Make It With Chu : le repos du Guerrier, un titre que j’aime bien écouter une bière à la main sur ma terrasse, regardant les nuages passer et les moineaux voler : on est bien peu de choses en définitive, mais ce morceau de QOTSA restera !

Iggy Pop – Sunday : il est pour moi une des dernières légendes arpentant cette Terre.  J’ai eu la chance de croiser Iggy au commencement de ce site, ce qui m’a permis de réaliser un rêve de gosse ! Merci weirdsound.net ! Après le site m’a donné l’occasion de payer ma maison et d’arrêter de travailler, mais ça c’est une autre histoire. En tout cas, comme chanson du dimanche ce Sunday est ultra relax !

The Doors – Riders On The Storm : Mon titre préféré des Doors. Pas forcément le plus joyeux mais d’une beauté et d’une narration sensationnelle. Sinon Jim Morrisson était un sale con qui ne tenait pas la bouteille mais ça vous le saviez déjà.

Nick Cave & The Bad Seeds – Red Right Hand : j’ai découvert Nick Cave à 11/12 ans grâce à un épisode de X-Files… Une excellente musique pour une excellente série, dans laquelle vous pouvez vous replonger pendant le confinement !

Joy Division – Transmission : Une ligne de basse reconnaissable entre toutes, la découverte d’un groupe culte et d’une tragédie néo romantique comme on en fait plus. Joy Division c’est la bande son de ma vie depuis vingt ans : On ne va pas s’étendre, j’ai un avis totalement subjectif sur le sujet !

Happy Mondays – 24 hour Party People : Retour en arrière sur les « années fac », où la colocation d’un de mes potes avait des faux airs d’Hacienda made in Manchester…des journées entières à écouter de la musique en buvant des bières, tout en préparant des préparations exotiques à base de cactus pour que la nuit soit plus folle… J’ai eu deux Masters avec mention très bien sur la même période : incroyable non ?

Vous êtes encore là? Nous sommes à la moitié du chemin!

Depeche Mode – Cover Me : morceau tiré du dernier album du groupe, Spirit, il permet d’apprécier l’évolution vocale de Dave Gahan (je peux vous le certifier, j’ai toute la discographie en double exemplaire). Un titre qui devient rapidement planant, atmosphérique, un vrai bonheur.

Depeche Mode – Heroes : Les puristes de David Bowie grinceront peut-être des dents ! Pourtant j’aime beaucoup cette reprise du chef d’œuvre de Bowie par les gars de Basildon. Il faut savoir que Gahan et Bowie se connaissaient bien, leurs enfants fréquentant la même école à New York, ce qui a dû donner lieu à des rencontres à la sortie des classes assez savoureuses…J’ai eu la chance d’entendre cette reprise au stade de France en juillet 2017, un moment magique.

The Chemical Brothers – Sunshine Underground : Souvent présent au début des concerts des frangins chimiques, ce morceau est le maitre étalon de pleins de bons souvenirs !

Death In Vegas – Aisha : La voix de Iggy Pop pour un titre de Death Vegas que j’adore pour son aspect crépusculaire et schizophrène, un de mes grands regrets, ne pas les avoir vus en concert !

Ministry – Everyday is Halloween : A l’époque où la New Wave était encore présente dans la musique de Ministry, la bande de Al Jourgensen nous a gratifiés d’un de leurs meilleurs morceaux, qui a d’ailleurs servi de musique à la bande annonce d’un court métrage sur lequel j’ai bossé. J’ai hâte de reprendre les transports en commun pour toiser le reste de l’Humanité avec Ministry dans les oreilles !

Battles – Atlas : Ma première rencontre avec Battles s’est faite un soir où nous avions un peu trop abusé de la kétamine. 8h à taper sur une batterie pour tenter de refaire ce putain de morceau, je n’ai jamais réussi ! Car c’est un putain de morceau en définitive.

Air – Surfin On A Rocket : Vus il y a maintenant près de 15 ans à Nantes, à l’époque je les avais pris pour deux mecs tout péteux jouant de la musique de supermarché. Les cons changent parfois d’avis, l’album Moon Safari et surtout son prédécesseur contenant Surfin On A Rocket m’ont fait revoir ma copie. J’adore Air.

Joey Ramones – What A wonderful World : j’ai entendu cette reprise lors d’une insomnie, en regardant une rediffusion de Paris Dernière vers 3h du matin. Moi qui broyais du noir, je me suis dit que la vie n’était pas si pourrie tout compte fait.

Foo Fighters – Everlong : Titre emblématique d’un groupe qui l’est tout autant ! Ça me file toujours autant la pêche, en cela je serai l’éternel débiteur de Dave Grohl et ses copains.

Queen – Under Pressure : Difficile de passer à côté vu le contexte ! Ce putain d’enfermement va finir par me rendre dingue. Heureusement, sous pression, Freddy et David font redescendre un peu la chaudière.

Garbage – The Trick Is To Keep Breathing : Garbage, ça fait des années que je veux écrire dessus. Particulièrement sur ce morceau, d’une intensité extraordinaire. Une chanson pour s’accrocher à la vie, malgré tout.

Gorillaz – On Melancholy Hill : J’ai perdu mon Alter Ego il y a cinq ans, un frère avec qui je partageais tout hormis le même sang. Depuis je suis comme Montaigne sans son pote de La Boétie, incomplet je vis pour deux. Tu me manques vieux.

The Hives – Hate to Say I Told You So : C’est sans doute de la musique commerciale pour la plupart d’entre vous. Tant pis ! Sur scène, ils font partie des meilleurs groupes que j’ai vus. Et je les ai vus quatre fois (#concoursdezizi : celui qui les a vus plus de fois peut mettre un commentaire). Un titre évocateur et foncièrement libérateur quand on en a plein le dos de se coltiner des gros lourds.

House Of Pain – Jump Around : Pas moyen de faire ce papier sans House Of Pain ! Je dois écouter ce morceau deux fois par semaine minimum. Ça filerait la banane à un kiwi !

Shame – Lampoon : je déteste l’enthousiasme débile qui entoure chaque groupe « post punk » qui déboule du sol anglais : singer le passé en dansant sur un cadavre, c’est parfois affligeant. Pourtant parmi eux certains ont un réel talent. Shame en fait partie et j’ai hâte d’écouter leur deuxième album.

Make-Overs – Grip On You : Ces deux là ils sont carrément bons ! Outre l’interview pour weirdsound il y a deux ans, vous découvrirez un couple attachant qui a une énergie de dingue sur scène. Du bon punk en provenance d’Afrique du Sud, et qui redonne le sourire.

Warmduscher – Midnight Dipper : Décadents, crades, caustiques, cyniques, rigolos…autant d’adjectifs pour définir un groupe génial, condamné à faire leurs saletés pour un public averti ! Ce n’est pas Daphné Burki qui en parlera sur France 2.

Primal Scream – Loaded : J’adore ce titre, sans savoir pourquoi puisque à côté de ça je ne suis pas ultra fan de Primal Scream. Il est cool quand je sors de la douche et ça me met de bonne humeur, c’est déjà bien non ?

Idles – Never Fight A Man With A Perm : Idles est devenu un groupe “célèbre” et figurez-vous que ça fait chier pas mal de monde. Idles ce n’est pas de la musique très complexe. Idles ce n’est pas de la musique proto je-ne-sais-quoi ou post mes fesses, c’est du punk, basique et carré. Idles c’est plein de bons sentiments. Bref c’est totalement incompréhensible pour le stagiaire de chez Télérama à qui on a expliqué que le vocable doit être compliqué et les phrases interminables pour avoir l’air intelligentes.

Idles : tu te les prends dans les dents comme un uppercut, et en concert, c’est la joie ! Un public en effervescence comme j’en vois rarement. Tu repars couvert de bière et le tee shirt déchiré, la joie comme acte de résistance ? Je vous renvoie à l’album du même nom !

Ramones – I Believe in Miracles : Oui Joey, j’aimerais croire dans les miracles, surtout en ce moment ! Un titre fort et qui sonne plutôt pop par certains aspects,

Ramones – Psycho Therapy : Ouais, mon stock d’anxiolytiques fondant comme des fraises Tagada, il va falloir que je répare les dégâts quand on va sortir de ce foutu confinement ! En attendant le clip est génial et il me renvoie à une année de Terminale où j’aurais eu le bon profil pour faire de la figuration dans le clip….

Molecule – Âriâ : Vous le savez sans doute, je suis Molecule depuis quelques années maintenant. Sa dernière sortie Nazaré tourne en boucle dans mes écouteurs, mais c’est Âriâ que j’ai décidé de mettre ici pour clôturer mon papier. Un morceau magnifique, que j’écoute souvent la nuit quand je ne dors pas. Un voyage immobile dans de froides contrées inhospitalières où l’Homme n’est qu’un invité de passage, tout petit au milieu de l’immensité. Romain, si tu nous lis, merci à toi !

Fatherubu

Co fondateur du site, il est doté d'une culture musicale allant de Carlos à Black Sabbath, en passant par Laurent Garnier et les Stooges.Il fait son possible pour écrire des articles dans un français correct, tout en se prenant pour un grand photographe en devenir!

Fatherubu has 138 posts and counting. See all posts by Fatherubu

Fatherubu

Une pensée sur “La playlist pour la maison vol.1

  • Ben 44
    13 avril 2020 à 1:58

    Whah! Quelle playlist! Un bémol…Télérama et Cassavetti (un de mes critiques favoris et les plus sûrs!) avaient beaucoup aimé Joy as An Act Of Resistance de Idles!….peut-être confonds tu avec Télé 7 jours?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *