Tess Parks KATY NEWCOMBE copy

Tess Parks : 2ème album pour une Renaissance musicale

Tess Parks, chanteuse canadienne basée aujourd’hui à Londres, nous offre, cette fin de semaine, son deuxième album solo, 9 ans après Blood Hot. L’album, And Those Who Were Seen Dancing, sur le label Fuzz Records, est un très beau recueil de 10 titres. Des titres à dominante pop psyché où l’on retrouve aussi un parfum folk rock dans quelques titres et des éclats plus électriques. La version vinyle devra attendre fin Juin ! On doit désormais s’habituer aux aléas des pressages, surtout lorsque l’on n’est pas une « major ».

Des bars de Londres à la collaboration avec Anton Newcombe.

Tess Parks Somedays, premier single dévoilé de l’album Blood Hot en 2013

Tess Parks quitte Toronto où elle est née pour suivre des études de philosophie à Londres. Elle n’a alors que 17 ans et arrête ses études un an plus tard. Tess parks commence alors à fréquenter la scène musicale londonienne tout en chantant aussi dans les bars. Elle est vite repérée par Alan Mc Gee, le célèbre producteur manager de nombreux groupes anglais.(Oasis, MBV, The Libertines, The Jesus & Mary Chain…). En 2/3 semaines, lors de l’été 2013, le premier album de Tess Parks est déjà en boite. Il sort en Novembre, précédé du single Somedays.

En 2014, à Berlin, Tess Parks rencontre Anton Newcombe dont elle devient un peu la muse. Le fondateur du BJM-que nous allons revoir à Levitation à Angers début Juin- a créé son propre label, A Recordings, à Londres dès 2008. La collaboration musicale débouche sur le très bel album I declare Nothing en 2015. Anton Newcombe y assure la plupart des instruments, des claviers aux guitares et à la batterie. Il glisse même quelques vocaux, trop peu au goût de Tess Parks. « J’aime la voix de Anton, j’aimerais vraiment qu’il chante plus sur l’album ! Mais nous avons plusieurs chansons qui ne sont pas sorties et sur lesquelles on chante ensemble. J’espère qu’elles sortiront un jour » déclare t-elle alors à Stereo Embers.

Tess Parks: des influences multiples à dominante Rock Psyché.

Right On, le morceau titre du très bel E.P de 2018 avec Anton Newcombe

La voix de Tess Parks nous embarque déjà, dès ce premier album. Me rappelant parfois aussi Hope Sandoval, elle n’évoque cependant pas Mazzy Star dans ses influences majeures. Elle cite surtout les frères Gallagher d’Oasis et Patti Smith. Elle avoue aussi aimer d’autres types de voix, de Lennon à Syd Barret en passant par Janis Joplin (dont on retrouve quelques accents rauques). C’est d’ailleurs après avoir vu Oasis en scène, en 2002, qu’elle a compris quel serait son futur: « Ce concert a complètement changé ma vie et m’a inspiré pour jouer de la guitare ».

C’est surtout avec The Brian Jonestown Massacre qu’elle a trouvé cependant le plus d’affinités. Dans une itv à Ouest France, en Novembre 2018, après la parution du 2ème album éponyme du duo Parks Newcombe, elle déclare: « J’ai toujours été une grande fan du groupe Brian Jonestown Massacre, donc c’était vraiment cool de travailler avec lui. Anton Newcombe comprend la musique d’une façon très précise. Il m’a fait progresser en tant que compositrice. Qu’il s’agisse de supprimer un mot, de changer légèrement ma façon de chanter ou d’ajouter un accord à une chanson ici et là, il sait amener les chansons dans la bonne direction ».

A noter aussi, en 2018, le très bel E.P Right On du duo Tess Parks Anton Newcombe. Cela n’empêche pas Tess Parks de connaître quelques autres collaborations musicales. On retrouve notamment l’entourage du BJM avec la participation au troisième album de The Third Sound. Rappelons que le groupe a été fondé par Hakon Adalsteinsson, aujourd’hui aussi guitariste du BJM.

Un album de Renaisssance au titre inspiré…

Titre écrit dès 2009 et vidéo représentant Tess enfant dans son cours de danse

Tess Parks a failli arrêter la musique après une blessure qui l’a empêchée de jouer de la guitare et du piano pendant des mois . Elle nous éclaire sur cette période difficile.

« Je me suis vraiment sentie découragée de terminer cet album », se souvient-elle : « Honnêtement, j’ai arrêté d’écouter de la musique pendant environ un an et je me suis plutôt tournée vers la peinture. J’ai vraiment dû me convaincre à nouveau qu’il est important de partager tout le bien que nous pouvons – avoir confiance en nous pour savoir que nos lumières peuvent briller encore et encore à travers d’autres personnes et pour d’autres personnes. L’idée que quelqu’un ne partage pas son art ou ait peur de tout ce qu’il crée me semble être une véritable tragédie. Même si ce n’est pas parfait, vous capturez un moment. Enregistré sur une période de deux ans mais avec des chansons, des paroles et des idées remontant à plus d’une décennie sous une forme ou une autre, « And Their Who Were Seen Dancing » est un album plein de tels moments, personnes et lieux ».

Ce nouvel album peut ainsi sembler être l’aboutissement d’une quasi thérapie dont Tess Parks est sortie victorieuse.  » Dans mon esprit, cet album est comme une marelle « , déclare encore Tess Parks : « Ces chansons ont été reconstituées au fil du temps à Londres, Toronto et Los Angeles avec des amis et la famille entre août 2019 et mars 2021. Il existe tellement d’autres versions de ces chansons. L’enregistrement et l’achèvement final de cet album ont pris plus de deux ans et wow – la leçon que j’ai le plus apprise est que les mots sont des sorts. Si je ne le savais pas avant, je le sais maintenant à coup sûr. Je veux seulement mettre du bien dans l’univers ».

Le titre de l’album est inspiré d’une citation de Nietzsche, lui même-semble t-il- inspiré par le poète persan du 13ème, Rumi : Et ceux qui dansaient furent considérés comme fous par ceux qui ne pouvaient entendre la musique.

Une collection de 10 titres écrits sur plus de 10 ans.

Tess Parks et le spoken word du titre Brexit At Tiffany’s

Pochette du deuxième album solo de Tess Parks 2022
Pochette du deuxième album solo de Tess Parks 2022

Si les titres ont été « reconstitués » depuis 2019, certains ont été écrits il y a déjà longtemps. C’est le cas de Happy Birthday Forever, écrit dès 2009. C’est l’époque où Tess Park joue dans les bars londoniens et habite le quartier d’Elephant & Castle. L’album est ainsi le reflet d’une collection de titres pop rock. Il nous offre cependant une palette aux couleurs variées. Wow, titre d’ouverture, est construit sur des couches hypnotiques: la voix éthérée de Tess Park et le piano nous embarquent immédiatement pour un long voyage. Le titre donne aussi le ton global de l’album.

Des titres comme We are The Music Makers….sont plus Folk Rock et reflètent plus le passé musical de Tess Parks. La guitare acoustique nous enchante alors aussi. Tess Parks se lâche un peu plus sur l’électrique Do You Pray. Le spoken word de Brexit at Tiffany’s nous séduit. Les deux derniers titres terminent l’album en beauté et de façon sereine. I see Angels est magnifique et Saint Michael est une superbe complainte où l’on retrouve Tess Parks au piano. Elle nous replonge dans notre sorte de rêve brumeux. Comme le Mont St Michel quand Tess Park le regardait s’éloigner. Elle lui consacre alors un poème.

Tess Parks avoue être une fan de Mark Wagner que l’on voit dans ce clip tournant comme un dervishe.

Tess Parks pour 3 concerts en France en Septembre!

L’album And Those Whose Were Seen Dancing est donc un très bel album ! Un de plus dans cette première moitié d’année 2022 qui, au moins sur le plan musical, nous gâte ! Nous aurons aussi le plaisir de retrouver Tess Parks pour 3 concerts en France en Septembre!

Le 14 Septembre au Ferrailleur à Nantes, le 15 à Paris (Maroquinerie). Tess Parks devrait aussi être le 16 à Lille (Strawberry Fields Festival avec The Underground Youth et The Vacant Lots)

Tess Parks avec The Third Sound en 2016 sur l’album Gospels Of Degeneration

https://www.tessparks.com/

https://fuzzclub.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page