Les clips de la semaine vol.60

Les clips de la semaine vol.60

Voilà, enfin un délai respecté ! Les clips de la semaine, vous l’aurez sans doute remarqué, assidus que vous êtes, sont cette fois-ci réellement publiés DEUX semaines de suite ! Pour cet épisode, nous vous proposons du post-rock italien qui se vend comme du norvégien (on dirait une célèbre marque italienne qui vend de la pâte à tartiner à base de sang d’orang-outang), du stoner de qualité, de la pop française finement ciselée, du métal (King Woman bientôt chroniqué dans ces pages), de quoi alimenter votre playlist de la semaine ! Prenez un peu de soleil si vous pouvez, vibrez au son de ces musiques vivantes, bref, profitez de la vie.

Oslo tapes – Bodo dakar

Les italiens d’Oslo Tapes, leur album s’appelle OR ce qui veut dire confus, perturbé en… norvégien-nous proposent un voyage imaginaire du Nord au Sud en explorant cultures et paysages divers. Entre krautrock, musique expérimentale et jazz norvégien, l’univers unique de Bodo Dakar nous plonge dans une transe anesthésiante bienvenue. Encore une pépite signée chez Pelagic qui décidément sait trouver les groupes innovants aux quatre coins du monde.

Clip de Bodo Dakar du groupe Oslo Tapes

Red Fang – Why

Le houblon et le gras. Tel semble être le mantra du quatuor de Portland Red Fang. Après avoir trimballé un sabre pour décapiter des bouteilles et des pastèques (Arrows), voici l’histoire tragi-comique d’Arnie Von Party, la mascotte d’une pizzeria dont l’appétit pour les produits de son entreprise va occasionner sa descente aux enfers et causer sa perte. Les quatre gras sont dans le vent, puisqu’ils seront présents au Hellfest le premier week-end. Promis, il y aura un membre de la rédaction devant la crash zone (Mr Moonlight?)

Clip Why du groupe Red Fang

Thé Vanille – The Flower Fix

Les tourangeaux Thé Vanille continuent leur petit bonhomme de chemin sans s’occuper des modes ou des accidents de la vie, habitant habilement leur univers ludique et foutraque. Nous attendons toujours avec impatience leur album au titre énigmatique Figure 26.

Clip The Flower Fix du groupe Thé Vanille

Dany Deville – Soft, I Erase Myself

Dany Deville ou le double scénique de Romain Coston. En studio, c’est Romain qui compose, écrit, interprète et enregistre l’ensemble des chansons d’un premier Ep “Many Lives” résolument typé rock alternatif. Puis Dany prend le relais pour se faire l’incarnation de cet univers singulier où guitares survoltées et rythmiques catchy se mêlent au chant et aux harmonies vocales mélangeant anglais et français… Dany Deville/ Romain Coston, ou l’art de brouiller les pistes tout en marquant son propos.” Entre metal, stoner, rock alternatif et goth, l’univers du Clermontois est plus que séduisant ! À suivre donc.

Clip de Dany Deville-Soft, I Erase Myself

Jane Weaver – Solarise

L’album Flock sorti récemment (début mars) a permis à l’artiste Jane Weaver d’élargir sa notoriété et son public. Sa pop conceptuelle faussement désuète et dansante lui a aussi attiré les louanges du Guardian et de Rough Trade en  Angleterre. Le clip très 80’s de Solarised nous plonge dans une discothèque sombre à l’ambiance entre Rollerball et Carrie, oscillant entre ombre et lumière, toujours entre les deux extrêmes, à l’image de la musique de l’artiste.

Clip de Solarised de l’artiste Jane Weaver

Whispering Sons – Heat

Le second album des Belges sort ce 18 juin chez PIAS. “Après s’être retiré dans les Ardennes l’été dernier pour travailler sur ces nouveaux morceaux, le groupe s’est concentré sur les éléments les plus forts de leur premier album en mettant l’accent sur leur plus grande force : l’intensité pure et sans prétention. Whispering Sons ont constamment dépassé leurs propres attentes. À chaque étape importante qu’ils franchissent, ils redéfinissent les limites de ce qu’ils considèrent comme possible, puis les redépassent à nouveau.”

Clip de Heat du Groupe Whispering Sons

Alien Weaponry – Tangaroa

Les jeunes néo zélandais Alien Weaponry puisent encore et toujours leur inspiration dans leur environnement riche de la culture maori et en biodiversité. Soucieux de la préservation des écosystèmes marins menacés du pacifique, tout comme Gojira, ils profitent de leur notoriété pour mettre en avant le combat de Sea Shepperd. Les frangins de Jong n’avaient que respectivement 8 et 10 ans lorsqu’ils ont formé le groupe en 2010. En 2019, nous les rations au Hellfest pour cause de… et bien disons le : de concert un peu trop tôt ce jour là. Ok, ça ne se reproduira plus. D’autant plus que nous aurons (je l’espère) la chance de les voir l’an prochain à Clisson où ils sont programmés de nouveau sur le Mainstage 1 le même jour que Metallica.

Clip de Tangaroa du groupe Alien Weaponry

SIZ – From The Sea To Your Mind

En 2019, Siz sortait un premier album produit par Arthur (J.C. Satan, Arthur qui sort un très bon album pop 60’s dont nous vous parlerons prochainement. Le musicien bordelais Sylvain Palis (collectif Flippin’Freaks, membre de Th Da Freak) se cache derrière cette musique qui mèle pop, shoegaze et garage avec bonheur. Siz nous offre pour cet été deux titres que vous pouvez apprécier sur leur Bandcamp et bientôt en live cet automne ?

Clip de From The Sea To Your Mind du groupe SIZ

Horte – Väisty tieltä

Un clip tout aussi expérimental que leur post rock/indus ? À la fois aérien et lourd, tout en paradoxes et opposés, la musique des finnois est hypnotisante, envoûtante, jouant sur la répétition d’un thème que vient troubler une voix dont les harmonies oscillent entre jazz et musique médiévale. Une curiosité à écouter attentivement tant la richesse des sonorités est grande.

Clip de Väisty tieltä du groupe HORTE

Grandma’s Ashes – Radish Cure

Du rock/metal français joué par des filles, c’est possible, Grandma’s Ashes signe un morceau de haute voltige. Elles sortent leur nouveau single clippé à base de radis et de réveil difficile. Le mélange de pop, de rock qui penche parfois vers le stoner des “cendres de mamie” sera sur scène à la Boule Noire le 2 octobre prochain.

Clip de Radish Cure du groupe Grandma’s Ashes

Year Of No Light – Réalgar

20 ans d’existence pour YONL le sextet de Bordeaux (Bordeaux Rock city!). 20 ans et un groupe passé sous nos radars (pourtant, ils ont joué au Roadburn, au Hellfest…). Mille excuses à nos lecteurs. Peut-être le fait que ce groupe ne soit qu’un projet parallèle pour ses membres est-il une explication… Quoiqu’il en soit, merci à Pelagic de nous offrir ces titres si précieux et ciselés finement dans un post-rock délicat et mélancolique. Un box set en bois regroupant tous leurs enregistrements doit d’ailleurs sortir sur le label prochainement en complément de leur album.

Extrait de leur nouvel album Consolamentum (on essaiera de vous faire une chronique digne de ce nom dans ces colonnes) sorti le 2 juillet sur le label Allemand, c’est leur premier LP depuis 2013. Avec deux batteurs qui sont aussi derrière les machines et trois guitaristes, leur musique sait aussi se faire massive et projeter un véritable mur du son à la face de l’auditeur.  Ils seront de nouveau présents l’an prochain au Hellfest. Nous y  serons !

Clip de Réalgar du groupe Year of No Light

Silly Boy Blue – Teenager 

Qu’il était attendu ce premier album de Silly Boy Blue, aka Ana Benabdelkarim ! Chez weirdsound, ce n’est pas la première fois que nous vous faisons découvrir un clip de la jeune artiste, et la mise en scène du morceau Teenager ne fera pas exception.

Les chagrins d’amour sont une source inépuisable d’inspiration pour les artistes depuis que la musique existe, Silly Boy Blue en livre ici une interprétation intime et entêtante. Ses sourires semblent être un appel au fait d’aller mieux. Sans y parvenir. Nous avons hâte de retrouver sa belle énergie sur scène … il paraît qu’une personne de la rédaction va la voir à la Gaïté Lyrique à Paris le 6 Octobre. Affaire à suivre.

Clip Teenager de Silly Boy Blue

London Grammar – Lord It’s a Feeling

Le groupe britannique London Grammar se réinvente (en douceur) pour leur troisième album, Californian Soil, dont Lord It’s a Feeling est le dernier extrait. La voix puissante de Hannah Reid continue de se parer de sonorités électro ou s’accompagne de chœurs pour former une belle mélodie planante, aux paroles vindicatives “I saw the words she wrote that broke my heart / It was a living hell / I saw the way you laughed behind her back / When you fucked somebody else”. Son illustration est dénaturée, une danseuse se meut au rythme de la musique dans sa robe toute en voile. Comme un rappel aux chorégraphies tortueuses et habitées de Ryan Heffington pour Sia ou Kenzo.

Ce groupe, composé de Hannah Reid, Dominic Major et Dan Rothman, avait fait sensation avec son premier album If You Wait , sorti il y a 8 ans. Une critique d’album serait en cours de rédaction pour revenir sur leur parcours. Nous avions déjà, cependant, publié un reportage sur leur live de 2017, à Rennes.

Clip Lord It’s A Feeling du groupe London Grammar

Une édition électrique et éclectique, puisse-t-elle vous faire passer une belle semaine musicale en attendant notre prochain rendez-vous. Faites-nous découvrir aussi vos coups de cœur dans vos commentaires, la rédaction adore vous lire.

Les derniers articles par La rédaction de weirdsound (tout voir)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page