London Grammar: séduction intacte!

Il y a moins de 5 ans (Décembre 2012), London Grammar mettait sur Youtube son 1er single « Hey Now« ….Après deux albums lumineux (voir articleLondon Grammar: vers un second album lumineux….. …..4 ans après le 1er. ), et un 1er Live séduisant en 2013 à Nantes, j’attendais de revoir le trio emmené par Hannah Reid et sa voix magique. 4 concerts étaient programmés en France pour cette nouvelle tournée européenne commencée au Royaume Uni et, après Lille, London Grammar se produisait le lendemain au « Liberté » de Rennes le 20 Novembre.

wp_20171121_10_22_41_pro.jpg

Le 2ème album de London Grammar (2017) dédicacé par le trio.

En 1ère partie, j’aurais aimé revoir Lo Moon, que j’avais beaucoup apprécié en 1ère partie des Lemon Twigs, à Nantes-Stereolux le 1er Avril dernier (voir article Lo Moon et The Lemon Twigs/ aftershow Nantes 1er Avril 2017) Mais, au sortir d’une tournée  américaine , les californiens vont rejoindre London Grammar seulement à partir de demain au Luxembourg…. Nous eûmes donc droit à un groupe français,  » L’Impératrice » que je connaissais seulement par quelques videos, un peu décalées, vues en ligne. Le groupe, presque trop sage en live, a tout de même livré un set plaisant. Le groupe de 6 membres a été construit autour de Charles de Boisseguin ( aux claviers) qui a fini par recruté une chanteuse, Flore Benguigui...pour moi, leur musique est un riche cocktail pop/groove/funky mâtiné d’une touche disco (qui ne doit pas déplaire à Black Devil Disco Club!) avec des textes en français..on apprécie l’effort!Je vais faire hurler certains lecteurs mais j’ai parfois pensé à Lio en écoutant Flore….mais Lio en mieux..ouf!!J’attends de les revoir sur une scène plus petite.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

21h01….lumières éteintes, le set de London Grammar pouvait débuter! Notre trio entrait en scène et attaquait les 1ères notes caractéristiques de « Who I am« , un des titres du dernier albumqui permet, d’emblée, de retrouver la voix chaude, puissante, et en même temps capable de souplesse d’Hannah Reid. Le groupe enchaîne sur un mix de 2 titres empruntés au 1er album, « Flickers » et « Help me lose my mind » (clin d’oeil au duo anglais Disclosure, puisque ce titre, composé par les frères Lawrence et Hannah Reid figurait sur le 1er album du duo electro).

WP_20171120_21_41_07_Pro

London Grammar/ Rennes -Le Liberté/ 20/10/2017/ photo Benoît-Weirdsound/

London Grammar continuait sur sa lancée du 1er album « If you wait » dans cette 1ère partie de set en interpretant ensuite 2 titres , « Stay awake » et le très beau « Strong » . Il était alors temps de revenir au dernier album avec « Hell to the liars« , un de mes titres préférés, montant crescendo et mettant une nouvelle fois en valeur la voix d’Hannah, alors au piano.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  » Hell to the liars » la veille à Lille .…un de mes titres préférés..

Venait alors le titre éponyme et très épuré « Truth is a beautiful thing« , dans une lumière tamisée.

Retour en force du 1er album avec 4 titres d’affilée! Après une longue intro vocale avec en toile de fond une ville de nuit rappelant la pochette intérieure du 1er album, « Hey now« , un des hits incontestables du groupe,

 

 

 

 

 

 

 

…….puis « Sights« et  « Night call » (toujours aussi prisé par le public qui apprécie la « cover »/reprise de Kavinsky) et l’inévitable autre hit du trio, mais au demeurant toujours agréable,  » Wasting my young years« .

 

 

 

 

 

« Big picture« , magnifique titre ouvrant le dernier album ponctuait de façon plus péchue le set avec Dot Major à la batterie qui nous a montré à plusieurs reprises qu’il pouvait quitter ses claviers pour être aussi efficace à la batterie. Ces 3 derniers titres avaient comblé le public, constituant sans doute l’apogée émotionnelle du set.

London Grammar sortait de scène alors que le public voulait encore communier à la magie du trio en s’estimant encore frustré par une heure de concert pourtant très dense.

WP_20171120_21_59_18_Pro

London Grammar/ Rennes-Le Liberté/ 20/10/2017/ photo Benoît-weirdsound/

La scène s’illuminait aux couleurs de la France et le rappel était apprécié avec 3 titres… « Bones of ribbons » (dernier album), titre moins populaire mais très beau y compris dans ses paroles . Viennent enfin deux de mes titres préférés du groupe: « Oh woman, oh man » (du dernier album), avec Dot Major à la batterie et « Metal and dust » (1er album) qui révèle davantage le potentiel, notamment plus electro, du groupe, avec toujours Dot Major aux claviers et percus. à la fois.

 

 

 

Fin du concert…75 minutes..bon…quand on aime, on en veut toujours plus… j’attendais aussi, comme beaucoup, « Rooting for you« ..mais il semblerait que les déboires d’Hannah sur ce titre, la veille, à Lille, ponctués de sincères « Sorry » (voir video en fin d’article) l’aient quelque peu dissuader de réitérer l’expérience à Rennes, attendant sans doute des jours meilleurs…. on l’excuse bien volontiers et Hannah Reid est restée naturelle dans un exercice « a capella » délicat..!!

Merci Pitchounette 2222 pour cette video d’un de mes titres préférés!/20/10/2017

London Grammar, n’en déplaise aux esprits chagrins qui attendaient une révolution musicale après le chef d’oeuvre que constituait le 1er album, a toujours ce pouvoir de séduction et de beauté magique dues, surtout, à Hannah Reid. Dan Rothman, à la guitare et Dot Major, aux claviers et souvent aussi à la batterie restent au service de la voix d’Hannah (un peu l’inverse du 1er groupe vu ce soir, L’impératrice!). Après le concert, on pouvait disserter aussi sur l’évolution possible du groupe qui pourrait davantage élargir sa base solide de fans en ayant montré (y compris sur disques avec des reprises comme le hit de The Verve « Bitter sweet symphony« ) qu’une dose non négligeable d’electro et de rythmes plus péchus pouvaient faire aussi merveille!

Merci à Stephane Le Goff pour ses videos fimées près de moi et permettant de faire revivre quelques beaux moments de ce concert rennais de London Grammar.