Lee Fields: le Roi de la « Soul »

Lee Fields revenait à Nantes, 6 ans et demi après la soirée mémorable à « L’Olympic » (Février 2011) où il se produisait en compagnie de Charles Bradley (décédé en Septembre dernier).

Lee Fields, né en 1951 en Caroline du nord, a tout de même enregistré son 1er « 45 tours » en 1969 et a souvent traversé beaucoup de périodes difficiles, vivant dans l’ombre notamment de James Brown (Lee Fields a, d’ailleurs, été surnommé « little J.B« !!).. Cela ne l’a pas empêché de vivres de nombreuses et passionnantes aventures (notamment avec Kool and The Gang que , sans doute, mes plus jeunes lecteurs ne connaissent pas). Il a même aussi collaboré à deux reprises avec Martin Solveig ( sur le hit « Jealousy » puis « I Want you » en 2008!)

 

A partir des années 2000, Lee Fields va surtout progressivement revenir sur le devant de la scène internationale, profitant du « Soul revival« . Mais ce retour de la musique « Soul » n’explique pas tout: Lee Fields a un talent supérieur à tous ceux qui veulent surfer sur cette vague et le label « Truth and soul » ne s’y trompa pas! De plus, en 2008, « The Expressions » devient son groupe, composé de brillants et groovy musiciens blancs . L’album « My World », en 2009, signe le véritable retour de Lee Fields, notamment auprès des critiques … Il récidive, en 2012, avec un très bel album « Faithful man », nouvelle pépite soul qui rend enfin justice à celui qui peut prétendre à être le roi de la « Soul », puisque tous les glorieux héros de la « Motown » sont disparus.

En 2014 paraît un nouvel album « Emma Jean » comportant des titres brillants pour une voix rocailleuse et pleine d’énergie qui continue d’impressionner.

En Novembre 2016, sort le dernier album « Special Night » sur un nouveau label, « Big Crown » ( pas mal pour un Roi!!). Le titre d’ouverture, « Special night« , nous ensorcelle immédiatement avec son orgue. La 1ère face du vinyle apporte son lot d’excellents titres, soul-groovy comme « Im’coming home« , « Work to do » mais aussi une ballade  » never be another you« . La 2ème face n’est pas en reste, avec aussi 5 titres mélange de soul-funky avec « Make the world » où l’on perçoit un hommage à James Brown, une nouvelle ballade « Let him in » et des titres soul où l’on retrouve la voix puissante de notre king.

Stereolux/Nantes nous offrait, en guise de hors d’oeuvre, Mardi 14 Novembre, un duo, « Afrodite », entre groove, hip hop et electro (« Afrohouse » diraient certains). Je n’étais pas séduit d’emblée malgré la voix intéressante de la nantaise Audrey Lopes, mais au fil des morceaux, le set s’avérait finalement original et non dépourvu de qualités.

WP_20171114_21_55_59_Pro

Lee Fields/ Stereolux-Nantes/ 14/10/2017/ photo Benoît-weirdsound/

Après une longue intro instrumentale de « The Expressions » , son groupe, le maître était annoncé et faisait une entrée digne des plus grandes stars. « I’m coming home » donnait déjà le ton, soul et groovy à la fois, tandis que l’ambiance surchauffée était aussi au rendez vous lorsque Lee Fields attaquait « Work to do« .   » Talk to somebody » était la 1ère des 4 incursions dans l’excellent avant dernier album… Lee Fields annonçait alors « Special night« , titre qui achevait d’emporter l’adhésion d’un public conquis… Saxo et trompette s’en donnaient à coeur joie… Suivait alors « Just can’t win » et « Time« , titre sorti récemment mais ne figurant pas encore sur un album.

Lee Fields « Special night »/ Live in KEXP/ Seattle/ décembre 2016.

« Don’t walk » permettait à Lee Fields de faire participer/chanter le public… Hormis les derniers rangs du balcon, difficiles à faire bouger, toute la salle était survoltée, à l’unisson du maître qui s’inquiétait régulièrement de la situation  » Are you ready » mais aussi « Are you happy »?! Après « Make the world » venait le superbe « Faithful man » de 2012…. fin du set avant l’inévitable rappel de la salle déjà comblée mais presque frustrée de voir son Roi lui échapper.

Comme à Waco (Texas) l’an dernier, « Don’t walk » est une des occasions offertes par Lee Fields de faire participer le public nantais de Stereolux.

Nouvelle intro instrumentale du groupe ( avec « All I need » ) et Lee Fields était à nouveau intronisé pour un final reprenant un titre de l’album de 2009, mais déjà présent sur l’album « Problems » en 2002, « Honey Dove« .

75 minutes..un peu court ..regrettaient certains qui se rappelaient le très long concert de l’Olympic en 2011.. mais notre « Showman » nous avait gâtés... rien à  ajouter… ..sans fioritures, mais avec panache et une énergie extraordianaire, Lee Fields méritait bien son titre de « Roi » de la Soul….

wp_20171114_23_00_32_pro.jpg

Lee Fields et votre serviteur-blogueur/ Nantes-Stereolux/ 14/10/2017

Après le « show », il venait saluer et remercier ses fans , en dédicaçant ses disques, ce qu’un artiste comme Asaf Avidan, 2 jours plus tôt, a dédaigné de faire, au plus grand dam de son public . Merci Lee Fields!

Lee Fields sera à nouveau dans l’Ouest, au « Chabada », à Angers, le 30 Janvier 2018, juste après « l‘Olympia » de Paris. Encore une séance de « rattrapage » possible!.

 

0