Fontaines D.C Skinty Fia

Fontaines D.C: Skinty Fia et l’identité irlandaise

Ce Vendredi 22 Avril 2022, Fontaines D.C sort son troisième album studio, Skinty Fia sur le label Partisan Records. Début Mars, le vénérable N.M.E (New Musical Express) vient de sacrer le groupe « meilleur groupe au monde ». Si l’on peut relativiser ce genre de propos au fil des années, cela a tout de même le mérite de souligner la qualité de notre quintet dublinois. « On va fêter cela comme au N°10 » déclare alors Grian Chatten, chanteur poète. Allusion ironique aus fêtes clandestines du 10 Downing Street en plein confinement qui éclaboussent toujours Boris Johnson. Façon aussi de rappeler une certaine distance avec l’Angleterre. Ce fût aussi loccasion de décrire le nouvel album comme celui de « la nécessité ». Skinty Fia revendique fièrement l’identité irlandaise du groupe.

Fontaines D.C: 3 albums studio…en 3 ans

Premier titre de Skinty Fia, album inclassable de Fontaines D.C

Dès le début du Printemps 2019, et 4 ans après la formation du groupe, l’album Dogrel est unaniment salué par les critiques musicaux et séduit notre petite rédaction. Fontaines D.C n’est pas qu’un groupe de plus faisant le buzz. Les Irlandais, étiquetés alors Post Punk comme leurs compatriotes Murder Capital, affichent un vrai talent . Une certaine originalité aussi, à laquelle contribue son parolier chanteur poète Grian Chatten.

Le live , notamment à Nantes-Stereolux– à l’automne 2019 confirme cette séduction. Energie scénique doublée d’une sensibilité à fleur de peau de leur chanteur qui me fait aussi alors penser à Peter Doherty. Nous avions d’ailleurs eu aussi droit, déjà, à l’ébauche du deuxième album, avec notamment le morceau titre A Hero’s Death, joué ce soir là à Nantes. Nulle déception, bien au contraire, avec le nouvel album paru lors de l’été 2020. Je vous renvoie à l’article consacré! A Hero’s Death se classe d’ailleurs-inévitablement- dans le top 10 des meilleurs albums de 2020 pour notre rédaction .

Nous avions pourtant échappé de peu à la catastrophe, car à la suite du premier album et des tournées épuisantes, Grian Chatten avait failli jeter l’éponge por se consacrer seulement à la poésie. On l’a vu récemment avec BCNR (Black Country New Road) et son chanteur que la pression peut être difficile. Pour être complet sur la discographie du groupe-hors singles-mentionnons tout de même 2 autres vinyles. Pour les fans, comme moi, deux indispensables. Darklands versions, superbe E.P de 6 titres en 2019 puis le Live Kilmainham Gaol paru pour le RSD 2021.

Skinty Fia sous influence irlandaise renforcée et assumée.

Skinty Fia, le morceau titre du nouvel album de Fontaines D.C

Grian Chatten refuse de plus en plus les interviews et le statut de Frontman. C’est souvent Conor Curley, l’un des deux guitaristes, qui se plie à l’exercice de nous éclairer sur le nouvel album. La pandémie-comme pour d’autres artistes- n’a pas eu que des effets négatifs. Elle a aidé le groupe à se ressourcer , à prendre un peu plus le temps pour se retrouver, composer et enregistrer. De plus, le déménagement du groupe, de Dublin vers Londres et le Brexit (depuis le 31 Décembre 2020) ont contribué à renforcer leur identité irlandaise.

Comme le rappelle récemment, dans Ouest France, Conor Curley: « C’est une vieille histoire irlandaise, de devoir partir pour travailler en Angleterre. Et quitter sa terre natale, ça donne forcément le mal du pays. Il y a plein de chansons là-dessus. Mais en Angleterre, cela peut passer pour une provocation de revendiquer son identité irlandaise, à cause des troubles toujours possibles en Irlande du Nord ». Bien évidemment, le Brexit n’a rien arrangé. « C’est une situation qui fait souffrir tout le monde. J’espère qu’un jour l’Irlande sera réunifiée. Ce n’est pas pour tout de suite, pas avec les gens qui dirigent actuellement notre pays et qui sont plus obsédés par la finance et les avantages fiscaux qu’ils peuvent offrir » ajoute Curley.

Les membres de Fontaines D.C se retrouvent à Londres comme ces expatriés-Paddy-contribuant à raviver leur culture gaélique. Les poètes et écrivains irlandais, de Yeats à James Joyce, en passant par Patrick Kavanagh et Flann O’Brien continuent à être vénérés par nos musiciens amoureux de poésie.

Skinty Fia: culture gaélique et mal être

Skinty Fia, album sous forte influence irlandaise

Le titre de l’album lui même, Stinky Fia, et la pochette reflètent cette cette appartenance à la culture gaélique, doublée d’un certain mal être. Skinty Fia-la damnation du cerf- est une sorte de juron traduisant surtout l’exaspération. La grande tante du batteur, Tom Coll, l’emploie encore. La pochette de l’album montre ainsi le jeune cerf-sans bois- semblant …aux abois. La maison, son couloir, les murs rouges offrent une atmosphère plutôt angoissante. On retrouve deux cerfs s’affontant-toujours sur fond rouge-à l’intérieur de la double pochette ouvrante. Le rouge et les lueurs incendiaires sont encore de mise sur les deux pochettes enveloppant les vinyles.

Alors, une pochette et des textes où se cache parfois l’ambiguité pouvant refléter un certain mal être de ces expatriés? Dès le premier titre, la volonté d’affirmer la culture gaélique est bien présent, avec, en toile de fond une histoire vraie qui a bouleversé nos musiciens. In ar gcroithe Go deo-dans nos coeurs pour toujours- est une phrase que voulait graver, sur une pierre tombale, une famille irlandaise. Elle a été interdite par les autorités de l’Egise anglicane en 2020 sous prétexte qu’elle pouvait raviver les tensions anti-britanniques! «L’idée qu’ils pensent que la langue irlandaise soit une provocation est terriblement blessante. Ils ont voulu éradiquer cette langue que quelqu’un voulait mettre en hommage sur une pierre tombale…» rappelle Conor Curley.

Un album à l’approche musicale plus posée.

Jackie Down The Line en live, titre plus pop rock.

Après ce premier magnifique titre, très épuré et sublimé par ses choeurs, les autres titres ne sont pas tous le reflet de revendications vindicatives. L’album aborde différents thèmes, de la dépendance aux relations-parfois tumultueuses-des couples à l’amour et nostalgie du pays. Les titres offrent une approche musicale différente des deux premiers albums. Beaucoup plus posée et peu punk regretteront certains. Un titre comme Nabokov-nom dont la sonorité inspirait Conor Curley-sonne même presque shoegaze. De nombreux titres ont un rytme plutôt lent(Big Shot, How Cold Love Is…). La voix de Grian Chatten est davantage mise en valeur, parfois accompagnée d’écho, alors qu’il articule soigneusement certains mots.

Jackie Down The Line, plus rapide, peut sembler le titre le plus rock pop. Bloomsday nous ramène dans Dublin où Grian Chatten semble se promener en traînant sa nostalgie d’être parti. Au delà de l’ambiance sombre et de la pluie, il recherche la raison du départ: « Vous cherchez une chose que personne n’a faite/Nous ne le trouverons pas ici mon Amour »…Too Young…pour rester?

Le deuxième vinyle-de l’édition luxe-comprenant les 5 autres titres de l’album est tout aussi bon, voire meilleur encore. Roman Holiday offre une mélodie séduisante avec quelques soli de guitares. Le titre dépeint l’exaltation de la vie londonienne tout en dénonçant le snobisme anglais. Grian Chatten y lâche « Skinty Fia »! La chanson The Couple Across The Way semble être une passerelle vers un prochain album. Les paroles évoquent un vieux couple se disputant alors que leurs voisins sont encore un jeune couple passionné…que pense t-il, comment évoluera t-il? L’accordéon, seul instrument accompagnant la voix de Grian Chatten, renforce l’influence de la musique irlandaise traditionnelle.

Stinky Fia et I love You mettent en valeur la basse de Conor Deegan…Deux de mes titres préférés, au rytme plus rapide où les mots sont souvent scandés.

Un album passerelle pour Fontaines D.C?

Entre exaltation et dénonciation

Le groupe avait hâte de sortir cet album, plus travaillé et plus abouti encore que les précédents. Il considère que c’est leur meilleur album. Nous pouvons le penser aussi. Il est , à nouveau, produit et mixé par l’inévitable Dan Carey. On retrouve aussi Dan Carey aux synthés et différentes manipulations sonores. A l’image du premier titre ou du septième, à l’accordéon, on peut imaginer un album passerelle, voire tremplin, vers un album plus folk. La musique traditionnelle irlandaise attire de plus en plus le groupe.

Conor Curley confiait d’ailleurs à Ouest France: « En fait, on a pensé, pendant un temps, faire un double album : avec une face électrique et l’autre dans un esprit traditionnel, avec plein de ballades irlandaises. On avait assez de chansons pour le faire mais on a préféré faire plus simple. Je pense que, dans l’avenir, on fera un album dans cet esprit tradi…….un esprit Folk ».

Notos aussi, que l’album est accompagné d’un très beau livret 16 pages du même format que le vinyle. Fontaines D.C sera au festival des Vieilles Charrues, à Carhaix, en Juillet. En Août, nous aurons le plaisir de les retrouver au Festival Check In Party, sur l’aérodrome de Gueret. Un festival incontournable pour les amateurs de bonne musique. Nous vous en parlerons très prochainement.

https://fontainesdc.lnk.to/skintyfia

2 réflexions sur “Fontaines D.C: Skinty Fia et l’identité irlandaise”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page