The Apartments Peter Milton Walsh crédit photo Jude Kuepper

The Apartments: le retour attendu de l’album A Life Full Of Farewells

The Apartments voient leur troisième album, A Life Full Of Farewells, réédité cette semaine. C’est un retour que tous les fans du groupe attendaient, 6 mois après leur excellent dernier album, In And Out Of The Light.. L’album avait été enregistré à Sydney et produit par Paul Mc Kercher en 1995. Sorti alors seulement en cd, sur le label Hot Records, il est réédité, pour la première fois en version vinyle par le label Talitres. C’est, évidemment une belle occasion de (re) découvrir ce troisième opus d’un groupe devenu culte.

La réédition du troisième album de The Apartments.

Le deuxième titre de l’album, ici en Live en 2018 à Lyon

En 2011 puis en 2017, le label Talitres rééditait le deuxième album de The Apartments, Drift. Le label distribuait aussi la version vinyle éditée pour la première fois sur le propre label de Peter Milton Walsh, Riley Record. Depuis, on espèrait donc le réédition de ce troisième album, A life Full Of Farewells. Un opus moins électrique et plus calme que son prédécesseur.

Le premier album de The Apartments, The Evening Visits…and Stays for years, s’apparentait, en 1985, à un coup de maître. 7 ans plus tard, l’essai était transformé avec Drift, album différent mais aussi brillant. On pouvait alors se demander si Peter Milton Walsh, le frontman et chef d’orchestre de The Apartments, était capable de continuer à nous surprendre avec la même qualité. La réponse? Oui! le génial compositeur revenait avec un troisième album sans défaut. Les arrangements étaient toujours raffinés et les mélodies imparables.

Seulement 3 albums entre 1978, date des débuts à Brisbane et ce troisième album en 1995. Mais Peter Walsh avait aussi collectionné aventures et mésaventures pendant cette période. Heureusement, il avait eu l’opportunité d’enregistrer son premier album pour Rough Trade devenu un label culte. Cet album allait permettre de ne jamais oublier le personnage dont on prenait le temps d’attendre le retour, toujours espéré!. Il en est ainsi de certains groupes, parfois fantomatiques pendant des années. Le label Talitres y est, heureusement et malheureusement habitué avec un autre de leur pensionnaire de qualité, Flotation Toy Warning.

Le troisième album de The Apartments nous enveloppe avec douceur.

Un parfum de Country Folk Rock sur ce troisième titre

On a, comme souvent avec d’autres albums de The Apartments, ce sentiment confus. On se retrouve enveloppé dans une atmosphère plutôt douce, même si les textes ne sont pas forcément joyeux voire même mélancoliques! Cette perception est due aux mélodies, toujours délicates et à la voix de Peter Walsh, omniprésente pour nous séduire. L’album s’ouvre avec la trompette de Jeff Crawley sur Things You’ll Keep. Peter Walsh a toujours aimé les cuivres, retrouvés encore avec plaisir dans le dernier album. La trompette apporte souvent ainsi mélancolie, douceur mais parfois aussi ce brin de folie qui fait du bien. Mélodie addictive où la voix et la guitare de Peter Walsh nous conquièrent immédiatement.

The Failure of love is A brick Wall peut apparaître comme un titre type de The Apartments. Instrumentation riche et complexe sur laquelle la voix vient délicatement se poser. Un bel arrangement de cordes-de L’Elektra String Quartet- vient sublimer le titre. You became My Big Excuse a un parfum de country folk rock. Cela est du, bien sûr, à la pedal steel guitar de Tommy Grasso qui nous embarque très loin. On peut même croiser quelques fantômes de la fin de ces années 60…. entre Scott Walker et Harry Nilsson, mais c’est d’abord l’identité de The Apartments!

End Of Some Fear est un titre plus pêchu. On remarque davantage le beau jeu de basse d’Eliot Fish et la batterie de Mark Dawson. Tant mieux, car c’est aussi prendre conscience de leur rôle précieux! Le titre garde une belle originalité aussi grace à ses cordes et et ses ruptures de rythme. Un de mes morceaux préférés. Not Every Clown Can Be In The Circus clôt la preemière face du futur vinyle. Morceau cool où basse, guitare et trompette s’entrelacent avec harmonie.

The Apartments et la richesse harmonique.

She Sings to Forget you, un des plus beaux titres de The Apartments sur ce troisième album

Thank You For making Me Beg s’ouvre sur des cordes magnifiques. Là encore, la richesse harmonique, musicale et vocale, nous rappelle la marque de fabrique de The Apartments. Paint The Days White reflète une trame acoustique à nouveau originale. Le rythme esst plus martelé mais aussi fait de ruptures atypiques et non moins intéressantes. She Sings To Forget You nous submerge par sa beauté; Piano et voix dominent ce titre, le plus long de l’album. La voix de Peter Milton Walsh est douce et déchirante à la fois. All The Time In The World clôt l’album en beauté. Nous retrouvons la trompette addictive et de belles guitare, acoustique et basse. Le final, pêchu, reflète une dernière fois la complexité et la richesse des harmonies.

Que rajouter de plus? Les fans du groupe connaissent la suite du parcours, sans fautes, de The Apartments et de son leader, seul membre permanent. Même atteint par le chagrin, abattu mais non mort, Peter Milton Walsh etThe Apartments ont toujours su se relever pour revenir au top niveau! Si certains des lecteurs ne découvrent le groupe qu’aujourd’hui, reportez vous au dernier album de 2020! Un album superbe!

A noter aussi pour les amateurs de vinyles, une édition spcéciale en couleur; L’album a été remastérisé par Don Bartley qui avait déjà travaillé sur la première édition en 1994.

http://www.talitres.com/

Ziggy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page