Bjorn-Berge-credit-photo-Edgard-GB

Bjorn Berge: le rock blues énergisant de Heavy Gauge

Bjorn Berge sort son treizième album, Heavy Gauge, ce 19 Mars. La Scandinavie abrite plusieurs bluesmen de premier plan . Sur notre site, nous avons déjà parlé du suédois Bror Gunnar Jansson mais pas encore du norvégien Bjorn Berge. J’ai pourtant découvert celui ci dès 2005, dans « notre » salle mythique de l’Olympic, à Nantes. Impressionnant colosse musical, de par sa taille mais surtout sa dextérité à manier la 12 cordes tout en tapant du pied.

Bjorn Berge: plus de 25 ans de carrière et des influences pas seulement blues.

Le titre d’ouverture de l’album Heavy Gauge

Bjorn Berge est né à la fin des années 60 dans un village de la côte ouest norvégienne. C’est à Haugesund, entre Bergen et Stavanger qu’il commence à jouer de la guitare. Il joue du bluesgrass puis découvre Robert Johnson, John Hammond Jr et Elmore James. Cela ne l’empêche pas d’aimer aussi Beck ou Leo Kottke, un de mes coups de coeurs d’adolescent. Malgré un talent certain, Bjorn Berge va se produire un moment dans des clubs et petites salles. Années de vaches maigres et de galères connues par d’autres musiciens talentueux! Après ses débuts discographiques auto-produits en 1994, la reconnaissance vient progressivement après avoir signé avec le label norvégien Farmen, distribué par Warner.

Je découvre Bjorn Berge en Mars 2005, dans « notre » salle nantaise mythique de l’Olympic. Ce soir là, il partage la scène avec Ilene Barnes, jeune américaine à la voix étonnante qui mélange, comme le norvégien, les influences. Bjorn Berge est, lui aussi, seul en scène avec sa guitare mais va nous impressionner. Il vient alors de sortir son 6ème album, St Slide, et il joue avec maestria en tapant rageusement du pied.

Dès lors, son succès en Europe mais aussi aux Etats Unis, ne va cesser de croître. Son album Live in Europe , en 2007, en est un beau témoignage. L’album reflète les influences de Bjorn Berge mais aussi son éclectisme musical. Il reprend ainsi le titre Ace of Spades de Motörhead suivi de 12 Question Method de Chuck Berry. Dans son 8ème album, I’m the Antipop, paru l’année précédente, il avait déjà montré goût et talent pour les reprises de Black Sabbath, Rage Against The Machine ou Audioslave.

Bjorn Berge, en trio pêchu pour Heavy Gauge.

Rip Off , un des plus beaux titres

Depuis son dernier album, Who Else?, en 2017, Bjorn Berge a décidé de fonctionner en trio et c’est une formule réussie! Cela donne une nouvelle dimension à sa musique, plus pêchue et plus riche encore. Il est accompagné de Kim Christer Hylland , batterie et percus et de Kjetil Ulland à la basse. A noter que ce dernier est aussi son ingé son qui s’occupe de l’enregistrement et du mixage.

Le titre de l’album, Heavy Gauge signifie gros calibre. En jargon de guitariste, cela fait référence aux grosses cordes de guitare. Celles qu’affectionne précisément Bjorn Berge, comme aussi les amateurs de Punk Hardcore. La tension des cordes est plus forte et un peu plus dure à jouer. Mais ces cordes offrent aussi une plus grande stabilité de réglage et un meilleur rendement. Les cordes plus lourdes permettent ainsi une attaque plus rapide, autant d’avantages que Bjorn Berge sait maîtriser!

Dans ce nouvel album, la tonalité blues reste , bien sûr, prédominante. Bjorn Berge sait, cependant, varier les compositions, reflétant influences et éclectisme. L’album sait ainsi flirter avec le folk , le Funk groovy, le hard rock ou pourrait être pionnier en matière… de metal blues. Huit des 9 chansons ont été composées avec Ellis Del Sol, son compère norvégien.

Heavy Gauge, un album flamboyant.

Coliseum, un parfum de JJ Cale et de Beck

L’album s’ouvre sur un morceau brillant, The Wrangler man. Folk blues énergique où la guitare 12 cordes et la voix un peu rauque de Bjorn Berge séduisent d’emblée. Le titre est agrémenté d’un trop bref petit solo, mais nous en rencontrerons d’autres! On enchaîne avec A Matter Of Time, un titre plus calme. quelques subtilités montrent à nouveau la dextérité du maestro avant d’être surpris par les guillerets « na na na na » répétés. Dans Bound To Ramble, je retrouve le crooner blues qui m’avait enchanté il ya 16 ans. Ce country blues est l’un de mes morceaux préférés.

I got It Made me fait penser au jeu et à la 12 cordes de Leo Kottke. A mi chanson on retrouve l’as de pique (Ace of Spades) nouveau clin d’oeil à Motörhead? Dans Rip Off, la virtuosité est à son apogée, dans un style d’abord funky manouche. Le rythme est cassé à plusieurs reprises, avant un joli petit solo. Puis nouvelle accélération et vocifération répétée de Bjorn Berge « Rip Off »!! Magnifique! Avec Stray Dog, superbe folk country blues, on souffle un peu.

Alone Again nous propose encore un morceau énergisant. J’imagine le titre pouvant être joué par un groupe de Hard Rock, voire de Metal! Un potentiel énorme pour une puissance dégagée tout aussi énorme! Coliseum démarre sur un riff de slide guitar brillant. Le chant au phrasé un peu haché nous surprend. On trouve un parfum de JJ Cale et de Beck à la fois. Bottle Floats clôt l’album de façon magistrale. Nouveau titre plus lent où pourrait planer, cette fois, l’ombre de Tom Waits. Atmosphère plus sombre mais 4’30 de pur plaisir!

Epilogue: Bjorn Berge, un géant du rock blues à (re) découvrir!

Bjorn Berge pochette de Heavy Gauge
Bjorn Berge pochette de Heavy Gauge

Bjorn Berge signe, sans doute, avec Heavy Gauge, un de ses meilleurs albums. Le roi de la 12 cordes mais aussi de la 6 cordes nous surprend encore par la variété des compositions. Si vous ne le connaissiez pas encore, c’est donc une très belle occasion de le découvrir!.

https://www.facebook.com/bjorn.berge.524/

https://grappa.no/no/label/blue-mood-records/

Ziggy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page