Temples : l’éloge du Passé pour redéfinir le Présent

Temps de lecture : 11 minutes

Lundi 09 mars dernier, rendez-vous était pris avec le groupe Temples pour une interview avant leur concert au Stereolux à Nantes. L’opportunité rêvée pour weirdsound de poser quelques questions à un groupe devenu incontournable en quelques années.

Temples : Forcément, pour une interview de ce calibre j’arrive avec deux bonnes heures d’avance. L’occasion pour moi de constater que l’immense majorité des bars autour de la salle sont fermés… Après avoir erré sous la pluie, je finis par trouver refuge à Trempolino, juste derrière le Stereolux, pour prendre le temps de relire les questions et me descendre une bière, histoire de me donner du courage pour ce qui va suivre.

Du courage ? Vu mon accent anglais proprement chiatique et malgré les excellentes questions préparées par l’élite de la rédaction de weirdsound, je suis loin de faire le rigolo… Je me rappelle les fausses interviews de Raphael Mezrahi : Si l’interview tourne mal faute de compréhension, je pourrai toujours prétendre que weirdsound est un site spécialisé dans les canulars.

L’heure tourne, direction le Stereolux où je rejoins Paul, le tour manager du groupe, une personne ultra cordiale mais avec un accent british à couper au couteau, ce qui n’est pas pour me rassurer ! Prenant la direction des backstages, Paul m’informe que je serai reçu par Adam Smith (clavier et guitariste du groupe) et seulement lui, les autres membres étant aussi mobilisés sur des interviews :  la pression redescend un peu.

On ouvre la porte et je me retrouve face à face avec Adam ET Rens Ottink (batteur de Temples depuis le départ de Sam Toms). Après les présentations d’usage et tel un GI débarquant sur Omaha Beach, ce n’est plus le moment de gamberger, je me lance avec mes questions dans la main.

Vivre au jour le jour sans se mettre la pression!

Weirdsound : Merci infiniment de nous accorder un peu de votre temps ! Vous n’êtes pas trop inquiets avec le coronavirus ? L’épidémie pourrait vous forcer à interrompre la tournée.

Adam : Oui, naturellement on ne s’attendait pas à ça. J’espère que nous allons pouvoir assurer toutes les dates et que la situation va se stabiliser rapidement.

Weirdsound : Vous étiez déjà en France il y a quelques mois, c’est un pays où vous aimez bien venir vous produire ?

Adam : Oui l’accueil est toujours bon quand on vient jouer en France, le public répond présent et ce depuis le début… C’est toujours agréable de tourner dans votre pays.

Weirdsound : Les français sont des gens sympas ? C’est rassurant.

Rens : Oui, nous sommes vraiment bien accueillis !

Weirdsound : Merci du fond du cœur, ça va contribuer à mettre fin à cette mauvaise image qu’on nous colle. (Rires)

Weirdsound : Vous remarquerez que nous avons veillé à avoir la même météo que chez vous (je montre la fenêtre, il pleut des cordes)

Adam : Oui ça a un faux air de chez nous… (rires)

Weirdsound : Aujourd’hui, après trois albums réussis, on peut considérer que vous êtes un groupe connu. Avez-vous toujours la même ambition qu’au démarrage, à savoir prendre du plaisir à jouer de la musique ? Y a-t-il des choses qui ont changé depuis votre premier album, concernant votre musique et la manière dont vous percevez l’industrie musicale ?

Adam : Merci pour le compliment en tout cas !  Bien évidemment, les choses ont changé, pour nous en tant que groupe, et plus globalement pour le monde de la musique.

Par exemple, aujourd’hui les jeunes écoutent majoritairement de la musique via le streaming. A l’époque de la sortie de notre premier album, le streaming n’occupait pas la place qu’il a aujourd’hui. Cela change les manières d’écouter de la musique, et, cela change aussi le modèle économique lié à l’industrie musicale.

Souvent, les avis sont négatifs sur le streaming, pour ma part je trouve que c’est un super moyen de découvrir des nouveaux groupes et cela permet à des artistes qui débutent de se faire connaître plus facilement.

Weirdsound : Et concernant Temples ? Vous prenez toujours autant de plaisir à jouer ? A imaginer des nouveaux morceaux ?

Adam : Oui on prend toujours plaisir, et encore heureux ! Nous tournons beaucoup et nous sommes plus sollicités, mais nous tentons de rester concentrés sur ce que nous aimons faire et nous continuons d’imaginer des nouvelles choses d’un album à l’autre.

Weirdsound : A ce sujet, je trouve que Hot Motion ressemble plus à votre premier album qu’à votre second, c’était une volonté de votre part ?

Adam : c’est amusant, nous avons souvent la réflexion, je peux pourtant te jurer que nous n’avons jamais réfléchi à ça.

Weirdsound : Vous êtes déjà passés à Nantes en novembre 2013, à l’époque avec seulement deux singles très réussis, qui étaient Shelter Song et Colours to life. A cet instant, vous vous imaginiez avoir un tel succès par la suite ?

Adam : Non bien sûr, à l’époque on était simplement content de tourner en dehors de notre pays et de pouvoir se produire devant un nouveau public chaque soir. Les choses sont allées très vite finalement, je crois que nous n’avons jamais eu le temps de nous asseoir et de réfléchir du genre « mais qu’est-ce qui nous arrive » ! (Rires) Nous voilà en 2020, avec trois albums et nous continuons de vivre au présent, nous verrons bien de quoi sera fait le futur.

Weirdsound : Et Rens a rejoint l’aventure !

Rens et Adam : Tout à fait ! (Rires)

Weirdsound : Rens, tu as intégré le groupe l’année passée, tout va bien ? Tu jouais au sein du groupe Hollandais de rock alternatif Pauw si je ne me trompe pas. Comment as-tu intégré Temples ?

Pauw – Shambhala (2015)

Rens : Oui tout va bien ! (Rires) Tes informations sont bonnes, quand je jouais dans Pauw, nous avons eu l’occasion de faire la première partie de Temples, nous avons sympathisé à ce moment-là. A la suite du départ de Sam, le groupe m’a contacté, j’ai accepté avec plaisir de les rejoindre.

Les 70’s comme source d’inspiration pour briser les normes du Présent

Weirdsound : Vous portez des vêtements vintage, votre musique est ancrée dans les sonorités des années 60 et 70, est-ce que vous trouvez que la musique d’aujourd’hui n’est pas forcément intéressante ?

Adam : Nous ne sommes pas spécialement nostalgiques de ces années-là, on y trouve beaucoup de sources d’inspiration pour Temples et on écoute beaucoup de musique issue de cette période.  En définitive, je pense que ce qui nous plait le plus dans la musique de ces décennies passées, c’est l’esprit de contre-culture qui régnait, aujourd’hui c’est….

Weirdsound : Très différent ?

Adam : Clairement ! A l’époque la musique jouait un rôle central, ça a donné lieux à des expérimentations musicales et la naissance de groupes et d’albums fabuleux.

Weirdsound : Là où aujourd’hui on assiste à une certaine forme de conformisme ambiant ? Notamment au niveau culturel ?

Rens : Oui et c’est vraiment dommage.

Weirdsound : Une partie du public semble pourtant toujours apprécier ces mélodies et sonorités inspirées des 70’s….

Adam : Oui, comme on vient de le dire je pense que nous sommes nombreux à rechercher ce sens, cet esprit subversif ou cette contre-culture qui fait peut-être un peu défaut de nos jours. Ça ne veut cependant pas dire qu’il n’y a plus de créativité ou de créations artistiques aujourd’hui !

Weirdsound : Qu’avez-vous apprécié parmi les sorties de ces dernières années ?

Rens :  Dernièrement, j’ai bien aimé Warhaus !

Warhaus – Love’s A Stranger (2018)

Adam : J’ai écouté pas mal de choses, notamment de l’électro, en règle générale j’écoute beaucoup de choses, complètement différentes.

Weirdsound : Votre dernier album, Hot Motion semble plus sombre que les précédents. Vous trouvez que le Monde est devenu un endroit plus sombre ces derniers temps ? En tant que musiciens, mais aussi en tant que personnes, vous vous sentez concernés par tout ce qui se passe actuellement : le Brexit, la crise environnementale…

Adam : Le Brexit est une belle connerie ! Pour te répondre, en tant que personnes nous sommes sensibles à tout ce qui se passe : on vit à une époque vraiment bizarre. Cela a sûrement un impact conscient ou non sur notre musique…

Weirdsound : En tout cas il y a de la profondeur dans vos textes, on ne peut pas vous résumer uniquement à des mélodies accrocheuses !

Adam : Merci, c’est un compliment qui fait plaisir.

Rens : Peut-être que nous sommes à un tournant dans l’histoire de l’Humanité, il y a des choix importants à faire. Je ne pense pas que la musique de Temples soit engagée, mais si elle aide à s’interroger, à se réveiller, eh bien tant mieux !

Weirdsound : Je faisais référence au Brexit et donc au Royaume Uni : Noel Gallagher affirmait il y a quelques mois, au moment des débats du Brexit, que votre musique pouvait sauver le pays ! Du coup, avez-vous un plan pour revenir avec nous en Europe ? 

Adam : Il a dit ça ? (Il regarde Rens) Tu es au courant ?

Rens : Non, mais si c’est le cas, c’est sympa de sa part !

Weirdsound : En préparant l’interview, je suis tombé sur un journal anglais qui citait Noel Gallagher, visiblement il vous a en haute estime… Et pour l’Europe, vous avez un plan alors ?

Adam : Ah non désolé !

Weirdsound : Sujet plus léger, le même Noel Gallagher a annoncé il y a quelques jours que Oasis allait se reformer, faut-il y croire ou non ? Vous vous en foutez peut-être ?

Adam : Comment te dire… Je crois que je n’ai jamais acheté un seul de leur CD, et que je n’ai jamais accroché avec ce qu’ils faisaient, donc…

Weirdsound : Vous vous en foutez ! (Rires)

Weirdsound : La scène anglaise actuelle regorge de groupe plein de talents : Shame, Idles, Life, Fontaines D.C pour ne citer qu’eux. Y a-t-il des groupes que vous nous conseilleriez de découvrir ?

Adam : Hum… Oui je connais ces groupes, j’aime bien Fontaines D.C notamment. Les groupes que tu cites, ce n’est pas forcément ce que j’écoute, ils sont tous très bons mais sans doute pas assez axés sur la mélodie pour moi. Sinon au niveau anglais… Je suis plutôt branché sur des groupes psychédéliques. (Il me regarde avec un sourire, ça sent la blague) En fait, pour te faire une confidence, on n’écoute que Temples ! (Rires)

Weirdsound : Question plus dure, Je crois que vous connaissez/écoutez des groupes français ? Qu’avez-vous écouté récemment ? Adam je crois que tu apprécies bien Magma ? Ils passaient à Nantes il y a quelques jours…

Adam : Ah oui ? Effectivement c’est un groupe que j’aime beaucoup. Concernant les artistes français j’écoute pas mal de musique concrète… (il réfléchit) Sinon j’ai bien aimé Sébastien Tellier !

Weirdsound: Tu connais son album My God is Blue? C’est mon préféré pour ma part.

Adam: Oui je l’apprécie, c’est un très bon album

Weirdsound : Nous sommes d’accord ! (Rires) Tu aimes bien l’électro française en règle générale ?

Sébastien Tellier – Pépito Bleu (2012)

Adam : Effectivement, des artistes comme Justice par exemple.

Weirdsound : Et toi Rens ?

Rens : Il y a ce groupe français, Là… (il cherche le nom)

Weirdsound : La Femme peut être ? J’ai cru voir dans une interview que vous y faisiez référence.

Rens : Oui c’est ça, merci ! Et sinon, je pense à Ratatat, mais je ne suis pas certain qu’ils soient français ?

Weirdsound : Hum… Ça ne me dit rien (je vérifie), ah non ils sont new-yorkais visiblement ! (Rires)

Weirdsound : Dernière question ! Ce soir, faut-il s’attendre à des surprises au niveau de la setlist ?

Adam : En ce moment, on travaille sur un nouveau morceau…

Weirdsound :  On l’entendra ce soir alors ? Et peut-être quelques raretés que vous jouez moins souvent ?

Adam : Ah non il n’est pas encore prêt (rires), ce soir il y aura des morceaux de notre dernier album Hot Motion, mais aussi pas mal de titres plus anciens tirés des deux autres… Tu seras là ce soir ?

Weirdsound : Bien sûr, au premier rang même !

Adam : Alors tu verras bien ! (Rires)

Le temps a filé, il faut stopper, ainsi se conclut donc notre interview. Alors que nous terminons, les autres membres du groupes, James et Tom arrivent. Ils viennent dire bonjour et partent jouer au Baby-Foot présent dans la pièce à côté. On bavarde un peu avant de se quitter, ce qui nous donne l’occasion de croiser les canadiens de Half Moon Run. J’ai apprécié cet entretien, avec un groupe abordable et répondant honnêtement à mes questions, la marque d’une certaine forme de sérénité propre aux grands artistes.

Un concert sans surprises et sans failles !

Arrive l’heure du concert, salle Micro du Stereolux. Les 400 places sont parties rapidement au moment de la mise en vente, et malgré les risques liés au COVID 19 elle affiche complet pour ce soir.

Afin de faire les photos, je me rends au premier rang de spectateurs devant la scène, l’occasion pour moi de saluer de fidèles lecteurs de weirdsound.net ! La première partie est assurée par Mystic Peach, un groupe que pour ma part je ne connaissais pas jusqu’à alors. Les anglais, originaires de Southampton, suivent Temples sur toute leur tournée européenne.

Mystic Peach – The Eye And The Twitch (2019)

Le son n’est pas très bien réglé, et c’est bien dommage car le chanteur du groupe a une voix tout à fait intéressante. Pour le reste, c’est indéniablement du rock garage/grunge avec quelques fulgurances plus new wave. Ils s’en sortent plutôt bien en tout cas et méritent que l’on s’intéresse à eux par la suite.

La salle est comble, les roadies s’affairent sur scène, nous attendons Temples ! La lumière vire au rouge, les premières notes de The Howls (morceau du dernier album) résonnent, nous voilà partis ! C’est un réel plaisir de voir Temples en salle Micro, la proximité avec le groupe est immédiate. James Bradshaw occupe le centre de la scène, vêtu d’une de ses habituelles tenues 70’s !

James Bradshaw - Stereolux mars 2020 / photo B.Guillet pour weirdsound.net
James Bradshaw – Stereolux mars 2020 / photo B.Guillet pour weirdsound.net

Le claviériste et guitariste Adam Smith est sur la gauche, et à droite on trouve Tom Warmsley à la basse. Rens Ottink, le nouveau batteur du groupe depuis fin 2019, prend place derrière les futs.

Adam Smith, guitariste et clavier de Temples - Stereoulux mars 2020 / photo B.Guillet pour weirdsound.net
Adam Smith, guitariste et clavier de Temples – Stereolux mars 2020 / photo B.Guillet

Petite prise de parole de James pour saluer l’auditoire, puis nous repartons sur Certainty et A Question isn’t Answered, un morceau que j’aime beaucoup issu de Sun Structures, le premier album (2014). Puis l’indémodable Colours to life, le titre qui a réellement lancé Temples à leurs débuts !

Je suis assez étonné par le manque de réaction du public. Certes ce n’est pas le Hellfest ou un concert de punk, mais je m’attendais à voir plus de gens danser. Moi-même j’ai le popotin qui bouge, alors qu’est-ce qu’on attend ? Loin de mes considérations, Temples déroule : You’re Either on Something, excellent titre là encore tiré de Hot Motion (2019). Plus lent que les morceaux qui ont précédé, il permet d’apprécier à sa juste valeur la voix de James Bradshaw.

Temples - mars 2020-26
James Bradshaw – Stereolux mars 2020 / photo B.Guillet pour Weirdsound

D’ailleurs ce soir, il y a un léger problème de réglage, comme pour Mystic Peach, James est souvent « couvert » par la musique, ce qui finit par provoquer l’arrêt du concert pendant quelques minutes, le temps de résoudre le souci. Le groupe en profite pour improviser une petite ritournelle qui fait rire tout le monde. L’album Sun Structures est définitivement à l’honneur, avec le titre The Golden Throne, puis viendra l’hymne Hot Motion ! Le public se réveille enfin sur le titre emblématique du dernier album, il faut dire que c’est une petite merveille ; l’entendre en live me confirme tout le plaisir que j’ai à l’écouter au quotidien avec mes écouteurs.

Temples – Hot Motion (2019)

Viendront ensuite Atomise, et The Beam puis On The Saviour. Le groupe est super bien calé, avec un niveau de maitrise impressionnant. Dommage qu’ils soient quelque peu trahis par la « technique », cela reste un bon concert cependant. Je l’attendais impatiemment, Holy Horses, petite pépite de Hot Motion, ce morceau est vraiment top.

Pour la dernière ligne droite du concert, nous avons le droit à Keep in The Dark, Context et l’incontournable et magistral Shelter Song. Le groupe nous fait le coup du faux départ, on ne se fait pas avoir ! Les voilà de retour après quelques instants, pour jouer un morceau en rappel, et quel morceau, Mesmerise ! Un super extrait de l’album Sun Structures. Pour l’occasion Temples va allègrement doubler sa longueur initiale, avec un solo endiablé de James Bradshaw !

Temples – Shelter Song (2012)

Les lumières se rallument, la salle commence à se vider. Ce lundi soir, j’étais encore loin de m’imaginer que cela serait mon dernier concert avant longtemps… Nous avons assisté à un concert d’excellente facture de Temples, malgré quelques mauvaises surprises au niveau technique. Le set est bien calé, peut-être un peu trop, en témoignent les setlist quasi similaires entre ce concert et celui de Paris en novembre dernier. Grosse déception pour ma part concernant l’ambiance, le public nantais n’a pas été à la hauteur de l’événement ! Je sens que je vais me faire des amis. J’assume.

Temples - mars 2020-28
James Bradshaw – Stereolux mars 2020 / photo B.Guillet pour Weirdsound

Temples est définitivement un grand groupe, qui refuse les discours tout-faits et la facilité. Je vous invite à redécouvrir les albums Hot Motion et Volcano à travers les chroniques de mes estimés collègues : Ne passez pas à côté, car ces mecs-là sont bien partis pour marquer l’Histoire de la musique du XXI siècle !

Liens :

http://www.templestheband.com/

https://www.facebook.com/templesofficial/

Fatherubu

Co fondateur du site, il est doté d'une culture musicale allant de Carlos à Black Sabbath, en passant par Laurent Garnier et les Stooges.Il fait son possible pour écrire des articles dans un français correct, tout en se prenant pour un grand photographe en devenir!

Fatherubu has 133 posts and counting. See all posts by Fatherubu

Fatherubu

One thought on “Temples : l’éloge du Passé pour redéfinir le Présent

  • Avatar
    20 mars 2020 à 10:38

    Le public pas à la hauteur, certe ! Nous étions lundi et l’ombre du Corona virus planait sur toute les têtes, j’ai adoré te piquer la set list 😂😂😂😂

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *