Alex Maas The Black Angels - SxSW 2007 @KrisKrüg

Alex Maas sans les Blacks Angels, une première réussie !

Ne serait-ce donc pas l’une des belles surprises de cette fin d’année… Celle qui va chambouler les tops 10 du millésime 2020 des rédacteurs de Weirdsound. Vous l’avez peut-être d’ores et déjà appris, mais Alex Maas, leader, chanteur et guitariste emblématique texan des Blacks Angels a annoncé la sortie de son premier album solo, Luca (sortie le 4 décembre dernier).

La rédaction est tout émoustillée par cette annonce intervenue début octobre. C’est donc avec un réel plaisir que nous vous proposons une petite découverte de ce très beau premier album.

Mais qui est cet Alex Maas ?

Une barbe bien fournie, une casquette toujours vissée sur le crâne, c’est depuis 2004 que vous avez pu peut-être avoir l’honneur et la chance de découvrir le chanteur des Black Angels. Une voix inimitable, mais surtout un groupe qui a créé une véritable déferlante dans le milieu de l’indie-psyché-rock grâce à l’excellent album Passover sorti en 2006 tout d’abord (incluant les titres du premier EP éponyme du groupe en 2005, notamment Black Grease)…

Black Grease – Passover – The Black Angels

Puis via des albums tout aussi dévastateurs pour les aficionados des rythmiques profondes et dark à la limite du Blues, du groupe originaire d’Austin, je pense particulièrement à l’extraordinaire Directions to See A Ghost en 2008. Le 2ème album est toujours une étape difficile pour un groupe, mais elle a été gérée avec brio par les Blacks Angels. Un coup de cœur monumental également pour Phosphene Dream (2010) à la pochette une nouvelle fois complètement psychédélique.

Phosphene Dream – Live on KEXP – The Black Angels

Plus récemment, le dernier album en date Death Song (2017), est, (mais cela ne m’engage que moi et Ziggy qui l’a chroniqué, il y a 3 ans), l’un des opus les plus aboutis notamment par son titre introductif et fracassant Currency.

Currency – Death Song – The Black Angels

Vous l’avez compris, Alex Maas est partie prenante de l’âme des Black Angels, groupe instigateur d’un son réellement unique qui nous berce depuis presque 15 ans. La force de cette véritable icône musicale réside dans une puissance et une réelle vibration ancrée dans les racines américaines (de bonnes racines bien sûr) avec une authenticité brute et un texte toujours accrocheur et virulent.

Alex Maas : Pourvoyeur, diffuseur et instigateur musical

Le CV des Black Angels ne se limite pas à leur créativité artistique. Les Black Angels ont effectivement initié, chapeauté, dorloté depuis 2008 le très fameux Austin Psych Fest (devenu en 2015 le LEVITATION Festival). Et autant dire que 12 éditions plus tard, le palmarès des amis et artistes qui sont apparus sur les affiches de ce festival psyché-indie sont signes du rayonnement d’Alex Maas et sa bande.

On peut recenser, de manière non exhaustive : A Place To Bury Strangers, The Warlocks, les Brian Jonestown Massacre, les Black Rebel Motorcycle Club, les King Gizzard & the Lizard Wizard, The Raveonettes, Spectrum, Black Lips, Olivia Tremor Control, Amen Dunes, Thee oh Sees, Acid Mother Temple, Deerhunter, Woods, Liars, The Zombies, John Cale,… bon on peut continuer encore longtemps… Ce festival est un véritable carnage musical !!!

Alex Maas - Luca (1)
Face à face avec Alex Luca

A la rédaction de Weirdsound… on a encore ni les subventions publiques, ni gagné assez à l’Amigo pour faire le déplacement jusqu’au Texas… mais The Reverberation Appreciation Society (organisateur du Levitation à Austin et label – dont font partie Alex Maas et Christian Bland) en partenariat avec So What?! (l’association qui a la gestion de la scène de musique actuelle du Chabada) ont eu la bonne (l’excellente) idée d’importer le festival à Angers en 2013 pour notre plus grand plaisir. La qualité de la programmation vaut celle proposée aux States (le festival est également exporté à Vancouver et à Chicago). Vous ne me croyez pas sur parole… Les lives report 2019 parlent d’eux-mêmes (avec les venues de Fat White Family & des Warlocks), et en 2018 avec les venues de Mien (projet parallèle d’Alex Maas) et des Spiritualized notamment. Alex Maas devait venir nous y faire découvrir son projet en octobre 2020… le Levitation Festival d’Angers a malheureusement et sans surprise été annulé.

Allé assez pavoisé, nous avons un album à écouter et découvrir ensemble.

2 ans de travail pour accoucher de Luca

Luca a donc atterri dans les bacs à vinyles, Compact Disc et K7 ainsi que sur nos plateformes musicales de streaming début décembre sous le label Innovative Leisure.

Tel que le confesse Alex Maas, ce projet s’est construit en parallèle du projet des Black Angels. Deux ans de travail, d’écriture et de recentrage sur un travail plus individuel et personnalisé. La genèse de Luca prend naissance avec celle de son fils… Luca en 2018. Alex Maas a conséquemment passé un peu plus de temps à domicile, restant présent auprès de son fils, un « premier confinement » tel qu’il l’évoque. Durant cette phase de recentrage familial, Alex en a profité pour contextualiser ses ressentis, ses joies, ses craintes et ses doutes, afin de les fusionner dans une phase de création à la fois musicale et rédactionnelle.

Album Luca d'Alex Maas (Décembre 2020)
Album Luca d’Alex Maas (Décembre 2020)

L’album était donc prêt avant l’année 2020, prévu pour une sortie en début d’année et repoussé pour les raisons que l’on connait (on aurait pu penser à un album confinement 2020)

Un album sombre, brut et folk

La première chose qui me frappe à l’écoute de Luca, on ressent une ambiance sombre tout droit tirée des Black Angels. Toutefois l’album conserve une personnalité propre. Il y a bien entendu moins d’instruments et moins de psychédélisme, mais l’attitude et la conception artistique des morceaux est interconnectée au groupe d’Austin, c’est indéniable.

Ne vous méprenez pas toutefois, car la ligne directrice est folk et quasi-minimaliste. On s’en aperçoit rapidement sur Slip into qui introduit l’album. Une ambiance tamisée voir quasi jazzy-folk ponctue ce premier titre. La guitare est sous-mixée et très peu présente, le phrasé d’Alex Maas ne permet pas de discerner d’intonation de chant. Enfin la ligne de basse joue un véritable rôle de métronome.

Slip Into Live – Luca – Alex Maas

Les dernières notes entonnées de cette introduction, The Light That Will End Us enchaîne dans une direction assez similaire : le caractère sombre du texte prend une signification d’autant plus marquée avec le léger gimmick batterie et la profondeur de la ligne de basse décidément très marquée dans les créations d’Alex Maas.

Des influences folk, blues, country

Une autre tendance majeure ressort de l’album Luca, Alex a orienté sa création dans un esprit de quasi-comptine ponctuée par des racines blues. Les chante-t-il à son fils ? L’aspect comptine est en tout cas assez flagrant dans les titres Special et The City (qui clôture l’album) où l’on ressent un sentiment de douceur musicale et la puissance d’une influence blues noir des années 1930.

The City – Luca – Alex Maas

Vous l’aurez compris lors de votre propre écoute, Alex Maas nous guide à travers son album solo dans les contrées du slow tempo. Pas d’accélération impromptue et un style finalement enivrant apparait dans le morceau What Would I Tell Your Mother, la ritournelle de l’orgue est je trouve somptueuse, berçante,… pas de doute, l’un de mes coups de cœur de Luca. L’approche est assez similaire sur la psyché-folk d’All Day.

500 Dreams est un melting-pot des caractéristiques vues sur les titres précédents, douceur de la berceuse et impact folk de la composition, tout comme Shines Like the Sun (Madeline’s Melody) aux sonorités assez pop. Quant à Been Struggling, Alex Maas nous emmène dans une Amérique profonde, naturelle et vintage, notamment grâce à aux slide guitars country et (de nouveau) une pointe de psychédélisme.

Been Struggling – Luca – Alex Maas

La classe américaine ?

Enfin, à chaque écoute d’American Conquest, j’ai la sensation d’avoir dérivé sur un album des Black Angels sur ma playlist Spotify (oui… oui… ok j’attends mon vinyl de Luca, mais il n’est toujours pas arrivé sur ma platine… pas besoin d’en rajouter une couche). L’impact est plus abrasif, plus noir et on imagine très facilement Alex Maas entouré des 4 autres membres en train de nous envoyer du décibel dans la tête. Le texte et le clip d’American Conquest conforte cette idée, avec une revendication anti-arme très marquée (les Blacks Angels ont toujours été impliqués sociétalement dans leurs prises de position et leurs textes).

American Conquest – Luca – Alex Maas

Des projets pour 2021

Une sortie d’album déjà repoussée à cette fin d’année, la promotion de l’album est rendue difficile par le contexte sanitaire actuel. Alex Maas réfléchit à des alternatives pour proposer une promotion de l’album par des retransmissions de concert en live sur la fin d’année 2020, voir même en Réalité Virtuelle sous casque à domicile.

Alex Maas a un peu de crainte actuellement d’initier une tournée qui pourrait se dérouler « dans les mauvaises conditions » à savoir, avec une jauge limitée dans des salles de concert surdimensionnées pouvant créer de la frustration pour le public. Un public masqué et des potentielles annulations du fait de la COVID le persuade de ne pas trop pousser la promotion de Luca, et donc de plutôt s’orienter vers des alternatives : des live en comité restreint, et/ou en streaming sur la fin 2020, voir même des projets de concerts en Réalité Virtuelle.

Alex Maas - Luca (2)
Quand on vous dit qu’il porte toujours une casquette Alex Maas

Alex garde donc dans un coin de tête une tournée sur 2021, mais priorise les Blacks Angels pour l’année prochaine. Il a confirmé sur novembre qu’accompagné de Stephanie Bailey, Christian Bland, Kyle Hunt et Adam Demtri il souhaite se remettre au boulot pour sortir un 7ème album studio pour notre plus grand plaisir… en voilà donc une bonne nouvelle.

D’ici là, prenez le temps de vous délecter de Luca, le très bel album solo et folk d’Alex Maas. Un véritable bijou créatif.

Avatar

2 réflexions sur “Alex Maas sans les Blacks Angels, une première réussie !”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page