Ministry- Moral Hygiene

Moral Hygiene, le meilleur album de Ministry depuis quinze ans !

Et de quinze ! Fêtant leurs quarante ans de carrière, Ministry a encore du mordant. Groupe pionnier et emblématique de la scène industrielle, la bande de Al Jourgensen revient pour un quinzième album nommé Moral Hygiene, sur le label Nuclear Blast. Admirateur du groupe depuis mon adolescence, j’attends chaque sortie de Ministry avec une grande impatience. Leur dernier disque en date, Amerikkkant (chroniqué dans nos colonnes en 2018) était sympathique mais présentait quelques faiblesses : trop prévisible et parfois simpliste, le brûlot anti Trump m’avait laissé sur ma faim. J’étais donc toujours dans l’attente d’un album capable de rivaliser avec le duo Rio Grande Blood (2006) / Last Sucker (2007).

Après une pause volontaire (un an), Al Jourgensen a repris le combat, en s’entourant de nombreux copains ( Arabian Prince, Jello Biafra, Billy Morrisson…) : Ministry invitant des mecs issus de N.W.A, des Dead Kennedys et de The Cult, ça ne pouvait qu’envoyer du bois ! Alors oui, comme d’habitude le son de Ministry Sur Moral Hygiene est punchy, mais ce n’est pas le rouleau compresseur auquel on pouvait s’attendre, ce qui surprendra certains fans. Plus mélodique (plus sage ?) qu’à son habitude, Tonton Al s’attaque à tous nos maux actuels, et la liste en est longue. L’album est un appel à notre responsabilité collective pour arrêter les conneries et réparer ce qui peut l’être.

Ce quinzième album studio s’ouvre sur le morceau Alert Level diffusé largement dès le printemps dernier sur le net durant le premier confinement. Avec son sample entêtant How concerned are you ?  qui tourne en boucle, Ministry commence simplement, sans agressivité (du moins si l’on s’en tient aux standards de Ministry), nous faisant nous interroger sur cette récente crise sanitaire…

Alert Level – Le morceau d’ouverture de l’album

Succède alors le plus énergique Good Trouble, second single de Moral Hygiene. Là encore, après son rythme sur les chapeaux de roues et son premier break, le couplet laisse place à une accalmie. L’harmonica impulse un refrain plus énergique et heavy au niveau des guitares de la paire Cesar Sotto/Monte Pittman (ex-guitariste de… Madonna et auteur de deux excellents albums metal en solo chez Metal Blade !), rappelant un peu la période de la seconde moitié des années 90 de Ministry, notamment Filth Pig et Dark Side Of The Spoon. Un sample ironique de Trump (encore) nous rappelle au passage AmeriKKKant. Comme quoi, finalement, Trump ou Bush sont les meilleurs ennemis et sources d’inspiration qu’a peut-être jamais eues Al Jourgensen pour relancer sa carrière durant les années 2000 ! Au moins ces deux abrutis auront servi à quelque chose…

Ministry – Good Trouble

Sur le plus nerveux mais néanmoins mélodieux Sabotage is Sex , Jello Biafra (Dead Kennedys), bien connu pour ses diverses collaborations avec Sepultura, Neurosis ou Brujeria, s’invite au micro sur une superbe chanson à l’orchestration soignée et au rythme entraînant, entre Rammstein et Killing Joke. Ou plutôt, l’ex-chanteur de la célèbre formation punk assure un bref retour dans Ministry ici, cette fois en studio, lui qui avait été le chanteur du groupe sur scène durant l’année 1990 pour suppléer à Al Jourgensen… (vous pouvez chercher sur youtube, c’est collector!).

Les choses s’accélèrent un peu avec le morceau Disinformation avec son tempo martial et typiquement industriel, sur fond de fake news et autres absurdités dont Trump était le spécialiste. Mais très vite, le soufflé retombe de nouveau pour laisser place à un morceau, certes catchy, mais peut être un peu trop calme, à l’image de la reprise bien tranquille de Search and Destroy des Stooges. Cela se révèle assez déconcertant pour les fans de longue date. Nous sommes loin des riffs rageurs et du climat d’auto destruction permanent planant sur les albums The Mind Is a Terrible Thing to Taste (mon préféré, sorti en 1989) ou Psalm 69 (1992).

Pour ce nouveau disque, Al Jourgensen semble privilégier la mélodie et des mécanismes efficaces, quitte à aller vers des titre plus easy listening que d’habitude. Le propos a aussi évolué depuis Amerikkkant ; sur la forme le cynisme est toujours de mise, sur le fond l’envie de tout péter cède la place à quelque chose de plus optimiste. Là, on touche un point fondamental de cet album : pour continuer à faire passer son message sur la décadence des USA, le fondateur de Ministry préfère voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide. Plaçant presque un espoir inattendu dans l’espèce humaine malgré toutes les actualités anxiogènes véhiculées par les médias. Le titre Believe Me étant la parfaite illustration de cette évolution chez Oncle Al.

Une belle reprise du morceau culte des Stooges, Search and Destroy

Après des années de folie et d’excès, c’est pour le moins troublant d’entendre Al Jourgensen se prononcer pour le retour de valeurs traditionnelles comme le vivre ensemble et la modération. Lui même s’en amuse en interview, comme vous pourrez le découvrir dans cette vidéo. Si vous parcourez le web, vous découvrirez que les critiques concernant Moral Hygiene sont soient enthousiastes (et la mienne va dans ce sens), soient assez incisives voir négatives. Pour ma part, si je devais résumer, j’apprécie :

  • certains morceaux qui se classent parmi les meilleurs du groupe ces deux dernières décennies ( Alert Level / Good Trouble / Believe Me…), qui seront sûrement très bons en live
  • La réelle évolution (bénéfique) depuis Amerikkkant, donnant lieu à un album moins auto-parodique et prévisible
  • Les mélodies, sans doute plus travaillée qu’à l’accoutumée (et vu le line-up actuel du groupe, on était en droit de s’y attendre)

L’album Moral Hygiene de Ministry est disponible depuis le 01 octobre dernier, sur toutes les plateformes de streaming et bien évidemment en CD et disque vinyle. Pour ma part, il finira sans doute dans mon classement des meilleurs albums de 2021.

Fan du groupe depuis trois décennies, j’estime que Moral Hygiene est parmi les meilleures productions de Ministry. L’époque dans laquelle nous vivons semble être encore et toujours une source d’inspiration prolifique pour Al Jourgensen, qui à l’aube de ses soixante quatre ans continue de se placer en narrateur acerbe des errances de notre société. Merci Tonton Al!

Ministry - Moral Hygiene (2021)
L’artwork de Moral Hygiène – Prêtez attention à ce qu’il y a d’inscrit sur les emballages!

Liens :

Site officiel de Ministry : https://ministryband.com/

Page Facebook officielle : https://m.facebook.com/WeAreMinistry/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page