Album Superwolves 2021

Superwolves: un duo pour une 2ème alchimie Folk en 16 ans

En 2005 paraissait l’album Superwolf, l’album enfanté par Matt Sweeney et Will Oldham aka Bonnie “Prince” Billy. En Juillet, vient de paraître en version physique, l’album Superwolves, sur le label Domino. Nous vous avions présenté, il y a quelques mois, un premier extrait. Ce deuxième opus vient après une longue période de 16 ans où nos deux compères ne sont pas restés inactifs!

Superwolves: la longue maturation de l’album

le titre d’ouverture de l’album Superwolves, un brin psyché

Superwolf avait vu le jour à l’initiative de Will Oldham. Après la fin du groupe Chavez, Matt Sweeney avait joué en tournée avec Guided By Voices en 1997 et, déjà, avec Will Oldham. Les deux hommes se connaissaient déjà donc bien lors de la fin du groupe-décevant- Zwan, en 2003, où jouait Sweeney. L’album de 2005 est alors rapidemment devenu culte. Il faut dire que la folk saupoudrée de Country du duo était plus que séduisante. Beaucoup espéraient une suite qui ne venait pas.

Evidemment, depuis 16 ans, les deux artistes ont évolué. Au delà d’une discographie brillante, Bonnie Prince Billy a multiplié les collaborations et beaucoup d’artistes ont compris son talent, de Johnny Cash à Bjork. Plus récemment, nous l’avons retrouvé avec Cabane et Kira Skov. De son côté, Matt Sweeney joue, entre autres, avec Current 93, Andrew Wk ou Iggy Pop et Josh Homme. Matt Sweeney est ainsi parti en tournée, en 2016, avec ces deux derniers après l’album Post Depression d’Iggy Pop, que nous avions ici chroniqué.

L’album Superwolves a mis 5 ans pour trouver son aboutissement. Les deux compères ont travaillé de la même façon que pour le premier album. Bonnie Prince Billy écrit les paroles et les envoie à Sweeney qui compose les mélodies. La première session d’enregistrement a eu lieu il y a un an au studio Strange Weather à Brooklyn. La suivante se fit au Butcher Shoppe de Nashville. Sweeney a supervisé le mixage des sessions de New-York et BPB celles de Nashville.

Superwolves: une alchimie qui nous éblouit

Le très épuré et délicat My Blue Suite

L’alchimie quasi magique entre les deux musiciens nous éblouit. La voix du parolier, Will Oldham est sublimée par les mélodies du guitariste Matt Sweeney. Le processus de partage est devenu fusion, les voix chantant avec les guitares. Les deux hommes nous éclairent sur cette magie.

“L’alchimie vient des vies, vécues séparément, dans lesquelles la musique est un moyen de subsistance crucial. Nous l’écoutons avec gratitude et admiration, sachant que nous y avons notre place. Ainsi, nous construisons nos rêves avec la foi que ces rêves auront leur chance dans la vie. Nous savons ce dont nous sommes capables et nous avons juste besoin du soutien des autres pour donner vie aux propos imaginés”. — Will Oldham

“J’aime le défi d’écrire des mélodies que Will puisse chanter. Je me bats aussi avec ce défi. Savoir que la voix de Will élèvera la mélodie me fait me dépasser et me pousse à réfléchir plus profondément à celle-ci. Cela me donne envie de l’associer à une partie de guitare qui tient sa voix comme un calice tient le vin (ou le sang, ou tout ce qui est nécessaire pour vivre la meilleure vie). J’aime aussi chanter les harmonies et répondre à sa voix”. — Matt Sweeney

Superwolves: un duo et de talentueux invités!

Quand l’alchimie du duo rencontre la magie Touareg

Les deux musiciens ont composé, seuls, 11 des 14 titres. Pour le superbe Hall Of Death, ils ont reçu l’aide précieuse du guitariste producteur touareg Ahmoudou Madassane. Il y joue de la guitare électrique et est rejoint par ses compagnons de groupe: Mdou Moctar et sa guitare solo inimitable, Mike Coltun à la basse électrique et Souleyman Ibrahim à la batterie. Le titre I am a Youth inclined To Ramble est basé sur un traditionnel arrangé par l’irlandais Paul Brady à la fin des années 70. Un titre que l’on pourrait aussi imaginé chanter par… Bruce Springsteen.

Le morceau There Must Be A Someone a, lui, un côté….Half Moon Run (Ok, vous allez réagir…..vous préférez The Byrds?). Il a été composé par Les Gosdin Brothers, fratrie du county Rock à la fin des 60’S. Sur l’album, on croise aussi, à la batterie, le texan Ryan Sawner et Peter Townsend qui jouait déjà avec Will Oldham dans son groupe Palace à Louisville il y a… 25 ans! Sur le très beau et bucolique Resist The Urge, c’est David Ferguson qui descend de sa table d’enregistrement pour jouer de la contrebasse! “Le titre avait besoin de l’ascendant que seul un Ferg pouvait lui donner” rappelle le duo.

Dès le 1er titre, Make Worry For me, sur le pouvoir et l’horreur, la 1ère face de l’album nous embarque irrésistiblement. La deuxième face du vinyle s’ouvre sur My Popsicle, une ode à la fille (1 an) de Will Oldham. Cette deuxième face offre aussi le très épuré My Blue Suit et un très beau final avec You can Regret What You Have Done et Not Fooling. Difficile de ne pas mentionner tous les titres, l’album est bon, du début à la fin!

Epilogue: Une nouvelle saga des Loups….dans 16 ans?

Resist The Urge!

Cet album va ravir les amateurs de (très) bon folk teinté de country bluesy. Bonnie Prince Billy a écrit, dans son album Master And Everyone, en 2003, une chanson triste, A Wolf among Wolves. Il y chantait alors: “Pourquoi ne puis pas être aimé comme je suis…un loup parmi les loups et non pas comme un homme“. Le loup, plus ou moins solitaire, a compris et montré depuis un certain nombre d’années qu’il avait relevé un défi. La collaboration et le partage sont toujours source d’enrichissement. Depuis Superwolf, c’est encore plus devenu une évidence. Ce Superwolves, cru 2021 reflète une nouvelle alchimie musicale artistique superbe. Rendez vous dans 16 ans?

https://www.dominomusic.com/releases/bonnie-prince-billy/superwolves/limited-edition-curacao-coloured-vinyl

Les derniers articles par Ziggy (tout voir)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page