Silverbacks crédit photo Roisy Murphy O'Sullivan 2021

Silverbacks: Archive Material, séduisant et entêtant

En Une Silverbacks Crédit Photo Roisy Murphy O’Sullivan

Silverbacks, quintette irlandais sort son deuxième album, Archive Material, sur le label Full Time Hobby. Vous trouverez la version physique dans les bacs à partir du 18 Février. Il sort seulement un an et demi après leur premier album auto-produit, Fad. Archive Material semble poursuivre la veine du premier album, fermant-on l’espère- la parenthèse pandémique. Marqué fortement par ce contexte, l’album est à la fois sombre et drôle. Tant mieux, on en a aussi besoin! Sur le plan musical, il se révèle addictif au fil des écoutes!

Silverbacks: un long cheminement avant Fad, le premier album.

Silverbacks, c’est d’abord une fratrie, les frères O’Kelly. Enfance et adolescence à Bruxelles-avec leurs parents et 2 soeurs- où ils découvrent, dans l’énorme discothèque paternelle, Zappa, Miles Davis et The Beatles. Quelques albums vont cependant les marquer davantage: l’album Marquee Moon de Television (1977)qui a » beaucoup compté » pour Daniel, l’aîné. Il faut aussi mentionner Crooked Rain Crooked Rain de Pavement(1994) et puis aussi « tout Sonic Youth » et Talking Heads. Leurs influences majeures sont donc américaines même si leur jeunesse bruxelloise les ancre profondément dans l’esprit européen. Les 2 frères commencent à écrire dès 14/15 ans.

Daniel O’Kelly part, à 18 ans, pour des études de musicologie à Kildare en 2008 et est rejoint , en 2010, par son frère Kilian. C’est à l’université de Maynooth qu’ils prennent le nom de Silverbacks et rencontrent leurs camarades étudiants Peadar Kearney(guitare) et Emma Hanlon(basse). Entre 2014 et 2016, Peadar Kearney est en France, à Toulouse. Ce n’est qu’à son retour à Dublin que le groupe trouve sa configuration actuelle. Gary Wickham (batterie) a alors rejoint le groupe.

Dunkirk titre ouvrant le premier album Fad de Silverbacks en 2020

Dès leur premier single, Just For A Better View, en 2017, l’accueil et les critiques sont plus qu’encourageants. Le titre qui évoque, avec humour, un homme en pleine crise de la quarantaine fait mouche. En 2018, le single Dunkirk (Dunkerque)- produit par Dan Cox– confirme cette première bonne impression. Leur premier album, Fad, prévu pour l’automne 2019, connaît un premier contre temps. Reporté à Mars 2020, le début de la pandémie le repousse encore! Le groupe décide de le sortir tout de même, en Juillet 2020. Contre l’avis de leur label, Wichita Recordings, ils ont alors créé leur propre label , Central Tones, pour l’auto-produire.

Archive Material: une savante alchimie pour un album plus abouti

Silverbacks a retrouvé Dan Fox pour la production de l’album, enregistré à Dublin, en Novembre 2020. Rappelons que Dan Fox est, par ailleurs, le bassiste du groupe dublinois Gilla Band-ex Girl Band- avec lequel Siverbacks a aussi tourné en Europe. Le groupe n’a pas perdu de temps entre ses 2 albums. Il a surtout pris le temps de peaufiner musique et conception de l’album, en l’absence de concerts. L’album Fad privilégie l’énergie du Live. Archive Material réussit à conserver celle ci, tout en nous offrant des arrangements musicaux et vocaux plus complexes et plus riches.

L’album Archive Material propose, à l’image de la pochette multicolore, une approche presque anthropologique. La pandémie s’est invitée dans la thématique sociétale. Observation minutieuse de la société par le prisme de la pandémie qui a rythmé ces 2 dernières années. Cela semblait inévitable pour les frères O’Kelly.

« Je ne me souviens plus de qui c’était, explique Daniel, mais j’ai vu un musicien qui disait qu’il se garderait d’écrire quoi que ce soit sur la pandémie, car qui a envie d’entendre parler de ça ? Mais je préfère de loin entendre parler d’un événement par quelqu’un qui l’a réellement vécu, plutôt que par quelqu’un qui invente« . Il fallait aussi de l’humour dans des moments difficles nécessitant un peu de légèreté.

La chanson titre du deuxième album, tournée à Dunkerque!

Sur le plan musical, la musique de Silverbacks est souvent labellisée Art Rock-post punk…. Aujourd’hui, à l’image de Yard Act, de nombreux groupes veulent faire valser ces étiquettes (sans inflation:)). La dimension artistique fait partie intégrante de l’identité musicale de Silverbacks. En tous cas, l’alchimie fonctionne bien . L’énergie est particulièrement présente dans de nombreux titres. Les mélodies, comprenant les harmonies vocales, sont aussi plus abouties que dans Fad. Les refrains se révèlent addictifs, surtout après plusieurs écoutes.

Silverbacks nous éclaire sur la thématique des titres

La chanson titre, qui ouvre l’album a été tournée par Daniel et sa compagne à…Dunkerque. Un clin d’oeil au titre ouvrant le premier album et qui peut être interprété comme une marque de continuité entre les deux albums. L’idée d’y inclure des paroles en français a « probablement été influencée par l’idée que le son de la batterie est venu d’un français » expliquent les frères O’Kelly dans une ITV aux anglais de Stereogum. Les curieux écouteront le roulement de batterie du titre Bonne Année du producteur musicien niçois J.P Massiera, décédé fin 2019.

Réflexion sur le travail futile et utile!

La deuxième chanson amène Daniel à réfléchir sur un « travail qui vaut quelque chose » comme le rappelle le titre. Il travaille alors pour une compagnie d’assurances automobile française-après avoir déménagé à Paris. Il a alors honte de certains de ses mensonges et de la futilité de son travail. Sa soeur soigne, pendant ce temps, des patients dans une unité Covid de l’hôpital de Dublin. Cela donne aussi l’occasion à Daniel de se poser d’autres questions: « Pourquoi je ne sors pas le soir pour parler-ou donner à manger– (à des marginaux) alors que je dors à 40m de là« .

Wear My Medals, comme I’m Wild, le dernier titre, ont été écrits spécialement pour la voix-plus douce- d’Emma. They Were Never Our People dénonce le déclin des villes victimes d’un contournement routier. Rolodex City et ses riffs rock évoque un type qui tente une escroquerie immobilière dans une nouvelle ville. Different Kind Of Holiday, un de mes 3 titres préférés, s’ inspire de la nouvelle relation de Daniel avec ses voisins pendant la pandémie. Un titre plus funky -avec une belle basse-et dansant: « nous voulions que cela sonne comme une jam de Hot Chocolate rencontrant Gang Of Four et peut-être un peu de LCD Soundsystem » avoue Daniel à Stereogum.

Une face B tout aussi séduisante.

Titre construit pour la voix d’Emma

La face B du vinyle commence par un instrumental, Carshade. Un passage en douceur au mellotron voulu par le groupe. Central Tones(clin d’oeil au nom de leur label?) part de l’expérience de Killian qui travaillait dans un centre d’appels. Les sonorités reproduites peuvent rappeler ce travail pénible. Recycle Culture est un titre inspiré par le magasin Pêle Mêle à Bruxelles où l’on revend et rachète des disques. Si vous voulez y percevoir un humour subliminal, pensez au Post Punk que l’on recycle peut-être trop facilement?. Econymo est un titre qu’affectionne particulièrement Daniel. Groove d’ouverture avec double guitare Lizzy mais aussi riffs cool.

Nothing To Write Home About est une chanson plutôt triste. Les accords saccadés ont été inspirés à Kilian par le titre Home de David Byrne. I’m Wild clôture de belle et douce manière l’album. On peut imaginer que Archive Material est l’album prolongeant Fad. Il s’inscrit davantage dans le contexte Covid cependant dont il veut marquer aussi la fin de cette parenthèse difficile. Il reste plus abouti et la part des vocaux d’Emma Hanlon semble annoncer la page musicale suivante. Un album où Emma chantera de plus en plus. Les frères O’Kelly le souhaitent!

Silverbacks Archive Material pochette de l'album
Silverbacks Archive Material pochette de l’album

https://fulltimehobby.co.uk/artist/silverbacks

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page