Protomartyr: Ultimate Success Today, une noirceur libératrice

Temps de lecture : 4 minutes

Protomartyr sort enfin, ce 17 Juillet, son 5ème album, Ultimate Successs Today, toujours sur le label Domino. Prévu en Mai, l’album, comme beaucoup d’autres, a été retardé dans sa parution, pour cause de Covid. L’album sort 3 ans après le superbe album Relatives in Descent que nous avions chroniqué (voir article) et un an après la réédition du 1er album, No Passion All Techniques, (voir article) qui était introuvable pour de nombreux fans du groupe. Nous avions aussi eu droit à un très bel E.P, Consolation, en 2018, pour nous faire patienter entre les deux albums! Alors que Joe Casey, chanteur et frontman de Protomartyr était malade, l’album aurait pu être celui des adieux: un peu conçu dans cette approche, sa noirceur, au final, n’en est que plus lumineuse, la verve de Joe Casey étant toujours aussi brillante et libératrice.

Ultimate Success Today, né dans un contexte de noirceur

Protomartyr pochette du vinyle collector Ultimate Success Today
Protomartyr pochette du vinyle collector Ultimate Success Today

C’est Joe Casey lui même qui nous éclaire sur le contexte qui a prévalu à la genèse de ce 5ème album. “La réédition de notre 1er album (paru initialement en 2012, ndlr) m’a fait réfléchir au temps qui passe et son ultime conclusion” explique Joe Casey; “En réécoutant No Passion All Techniques, je m’entendais espérer un début et un futur prometteur, mais tout en étant conscient qu’il aurait pu être notre seul et unique album”….”Alors, quand est venu le moment d’écrire Ultimate Success Today, je me suis souvenu de cette première urgence et à quel point elle est à l’opposé de mon combat actuel, et à quel point je me suis senti malade ces derniers temps. Etait ce alors cette maladie qui transformait mon rapport au monde ou était ce l’inverse?“.

Alors, y a t-il de la noirceur dans cet album, sans doute mais pas seulement! “Il y a de la noirceur dans la poésie d’Ultimate Success Today” raconte ainsi Ana Da Silva, la légende punk, fondatrice de The Raincoats et amie du groupe. L’idée de la fin, avant tout de l’existence humaine est présente et rappelle La Route de Cormac MacCarthy” (Roman post-apocalyptique publié en 2006 et prix Pulitzer en 2007, ndlr). Puis elle précise: “notre monde a atteint un état terrifiant: des incendies, des inondations, des tremblements de terre, la faim, la guerre, l’intolérance…il y a des cris de désespoir!Y a t-il de l’espoir? La cupidité est la maladie qui met la vie en danger“!

Mais Joe Casey sait positiver sur sa maladie qui, d’une certaine façon, lui a permis de rebondir avec l’énergie qu’on lui connait en Live.

Parodie d’un clip TV brésilien

“Une panique libératrice”

Cette panique était en quelque sorte libératrice” nous explique Joe Casey. “Cela m’a permis de voir notre cinquième album comme une sorte de discours d’adieux d’une bruyante pièce de théatre en cinq actes. Je le vois également comme un jalon intéressant de la première décennie de notre groupe- telle la crête d’une colline le long d’une longue autoroute. Bien que ce ne soit que pour couvrir mes arrières, je me suis assuré de prononcer mes derniers mots tant que j’avais encore le souffle pour les dire“. Heureusement, nous sommes maintenant rassurés et nous pouvons imaginer que Protomartyr produira d’autres albums après Ultimate Success Today!

Un album toujours rageur et plus riche musicalement

Construit avec les décombres…de Detroit

L’album Ultimate Success Today ne va pas déroger à ce nous aimons chez Protomartyr: la voix de Joe Casey, souvent rageuse et nous rappelant encore et toujours Mark E Smith. Les soudaines explosions instrumentales voire bruitistes sont encore là aussi. Mais notre quatuor s’est entoué d’autres musiciens qui contribuent à enrichir considérablement ce nouvel opus: on trouve ainsi une des légendes du jazz, Jemeel Moondoc (alto sax) mais aussi Isaak Mills (clarinette basse, sax, flûte) et Fred lonberg Holm au violoncelle. Cela donne une nouvelle dimension et ouverture à la musique de Proptomartyr et c’est une vraie réussite!

Ainsi, dès le premier titre, Day Without End, ces cuivres peuvent surprendre mais ajoutent, avec leur tonalité free jazz, une tension encore plus grande. Vient ensuite Processed by The Boys, premier extrait de l’album auquel nous avons eu droit en Mars. Riffs de guitare et voix rageuse mais là encore un parfum enchanteur de saxo; Le titre est accompagné d’une vidéo très réussie, parodie d’un clip télévisé brésilien.

Je ne vais pas détailler les dix titres et un fan n’est pas forcément toujours objectif mais tout l’album est excellent! le spoken word est toujours ravageur, la batterie d’Alex Leonard effectue un travail époustoufflant. Que dire de la basse de Scott Davidson souvent très présente et subtile en même temps comme dans I am you know. Les riffs ou petits solos de Greg Ahee sont toujours aussi efficaces, en témoigne un titre comme The Aphorist. Nadi Rose aka Half Waif (de Pinegrove) nous surprend au début de June 21, en commençant à chanter avant Joe Casey.

Michigan Hammers est un des plus beaux titres de Ultimate Success: basse ronflante, guitare jouée en staccato et la voix rageuse et fataliste de Joe Casey: tout ce qui a été déchiré peut être reconstruit/et tout ce qui a été reconstruit peut être détruit. Nous sommes encore plongés au coeur du désenchantement et de la misère qui ont frappé Detroit. Ce ne sont pas la gentrification et un certain type de tourisme nostalgique qui vont, aujourd’hui, atténuer les plaies de ceux qui gardent la rage de ce gâchis industriel et social. La vidéo a été faite avec un peu ce qui restait, en ces temps de pandémie qui empêchaient de tourner une vraie vidéo, nous rappelle Joe Casey: “Je pense que cela reflète les propos de Michigan Hammers, construire avec les décombres“.

Dernier titre en forme d’épitah

Tranquilizer nous offre encore un bel exemple énergisant de la cohabitation des cuivres à la tonalité très free avec les riffs de guitare. Après un tonique Modern Business Hymns, vient Bridge and Crown, un peu plus cool musicalement parlant. L’album s’achève sur le très beau Worm in Heaven, titre présenté en Avril et qui sonne comme une épitath.

Ultimate Success Today ne sera certainement pas le dernier opus de Protomartyr et pourrait aussi être celui qui va ouvrir le groupe à un public encore un peu plus large. La richesse musicale qui complète celle du quatuor n’enlève rien au propos toujours empreint de révolte et souvent de nostalgie.

https://www.protomartyrband.com/

Ziggy

Passionné depuis toujours par la musique et par le support vinyle! Son premier grand concert : King Crimson à Londres,il y a très longtemps! Aujourd'hui il aime de nombreux styles, pourvu que la musique soit bonne,mais ça, c'est très subjectif!!

Ziggy has 224 posts and counting. See all posts by Ziggy

Ziggy

One thought on “Protomartyr: Ultimate Success Today, une noirceur libératrice

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *