Mt Mountain by Sam Eastcott

Mt Mountain: Centre, un bel album de rock psyché kraut

Photo de une credit: Sam Eastcott

Mt Mountain, groupe australien, sort son quatrième album, Centre, ce 26 Février. C’est aussi un départ sur leur nouveau label, le label londonien Fuzz Club Records. Nous avons eu la chance de pouvoir échanger avec le quintet pour nous éclairer sur leur album. Le groupe est composé de Stephen Bailey (parolier, orgue et flute), Thomas Cahill (batterie), Brendan Shanley (basse) et des guitaristes Glen Palmer(qui gère aussi synthés et design) et Derrick Treatch.

Mt Mountain, reflet d’une nouvelle scène australienne dynamique.

Mt Mountain vient de Perth, sur la côte Ouest de l’Australie où leurs membres vivent toujours. Même si la scène musicale de Perth est intéressante, c’est sur la côte Est (entre Melbourne et Sydney) que sont « les plus grosses scènes musicales » rappelle le groupe. Cela constitue d’ailleurs « le plus gros obstacle pour les groupes venus de Perth. Il faut 4 heures de vol et cela coûte cher »; Mt Mountain eût cependant la chance, pour leur première tournée australienne d’accompagner le groupe allemand Kadavar. Cela leur a permis d’élargir leur audience !

Il est vrai que la scène australienne est, aujourd’hui, riche d’artistes et groupes, même s’ils n’ont pas forcément tous l’aura internationale de leurs aînés, Midnight Oil ou Nick Cave. La jeune génération, dans des styles divers, fait son trou. Nous avons pu le voir, notamment au festival des Escales à St Nazaire en 2018 . Éclectisme avec RVG, Alex Lahey, Ben Whiting ou Ecca Vandal, qui vit aujourd’hui à Melbourne.

Bien sûr, aujourd’hui, et Mt Mountain le reconnait, c’est King Gizzard qui tire « une grande partie des groupes rock psyché et inspire une importante génération de musique nouvelle que nous écouterons dans le futur ». Les groupes peuvent compter aussi sur « une solide communauté au sein de la scène radiophonique à travers l’Australie« . Celle ci permet, plus que les grandes radios traditionnelles de soutenir et de proposer leur musique.

Centre, un quatrième album plus Krautrock de Mt Mountain?

Diablo sur l’album Cosmos Terros en 2016

Mt Mountain a sorti un premier EP, Omed, en 2013, mais attendu 2016 pour le premier LP, Cosmos Terros. Le groupe a ensuite signé avec le label Cardinal Fuzz pour leurs albums Dust, paru en 2017, puis Golden Rise, en 2018. Un premier label anglais qui les rapproche de la scène Rock-psyché européenne. Leur nouvel opus, Centre, paraît chez Fuzz Club Records. « Cela s’imposait comme un choix évident, une fois l’enregistrement terminé » avoue le groupe. « Fuzz Club a été le premier à qui nous avons envoyé l’enregistrement ce fut une belle surprise de recevoir une réponse positive si rapide« !

Si l’identité musicale du groupe oscille entre rock-psyché et Krautrock, le groupe reconnait « un virage plus kraut » dans ce nouvel album. Le groupe a davantage travaillé les rythmes. On utilise souvent le néologisme motorik . Celui ci, à l’image des groupes allemands Neu!, Faust et Can, est caractérisé par une rythmique généralement répétitive et hypnotique. Les influences revendiquées principalement par Mt Mountain sont Moon Duo, le groupe rock psyché californien et les japonais du collectif Acid Mothers Temple. « Beaucoup de ce (nouveau) disque vient de leur influence…Regarder leurs concerts nous inspire aussi sur ce que nous voulons apporter dans le mix de notre ensemble actuel« .

Quand je leur fais remarquer que l’un des titres, Two Minds, a aussi un parfum de The Black Angels, le groupe avoue que « The Black Angels eurent une influence énorme dans les débuts du groupe« . L’album a été enregistré dans le studio de la ferme de leur ami Ron Pollard. C’est lui aussi qui, à North Dandalup, à une heure de route au sud de Perth, a mixé l’album.

Centre, un album issu du collectif et des jams de Mt Mountain

Tassels, le très beau titre ouvrant le nouvel album Centre

L’album Centre a pris un peu plus de temps au groupe que les 3 précédents au rythme d’un par an! Je leur faisais d’ailleurs remarquer que ce n’était pas forcément une course pour rivaliser avec King Gizzard! « Nous avons enregistré l’album en 2 temps. Nous avons réalisé un 7′ avec 2 des chansons lors de la 1ère session » rappelle Glen Palmer. Ce 7′, avec le titre Tassels qui ouvre, et Deluge, bel instrumental qui ferme l’album est sorti l’an dernier. A noter que c’était sur le label français, le savoyard Six Tonnes de Chair Records. Le reste de l’album a ensuite été enregistré. »C’est super d’avoir une approche un peu plus lente, moins stressante, avec cet enregistrement« . Un peu ce que suggère le titre Aplomb : ne pas se précipiter, ralentir et le mettre en pratique dans la vie courante !

L’écriture mais surtout la composition sont d’abord l’œuvre du collectif. « Nous essayons d’écrire comme un groupe, dans une pièce, ensemble le plus possible. Cela démarre souvent par de longues jam sessions, d’un simple riff ou d’une idée que nous décortiquons ensuite pour voir ce que nous pouvons en tirer de meilleur. C’est aussi une approche plus simple qui signifie que chacun peut à la fois contribuer à la composition et apporter quoi que ce soit de son influence« . Le groupe souhaite aussi avoir un son, sur album, qui se rapproche le plus possible du live.

Le titre Peregrination, un instrumental de 7 minutes, est un bel exemple du travail collectif du groupe : « une jam song qui évolue lentement au fil des mois, jusqu’à trouver sa propre structure. A la fin de l’enregistrement, le chemin pour en arriver là a été si étiré qu’il n’y a presque aucun souvenir de ce qu’était la chanson au début« .

Je m’intéresse ensuite à l’ordre des titres et au choix de l’alternance de ceux ci, instrumentaux ou non. Comment s’effectue le choix !? « Cela nécessite beaucoup d’écoutes » ! Rires. « C’est une des parties les plus difficiles ou, du moins, qui prend le plus de temps » avoue Glen Palmer. « Je pense que c’est un moment super important pour nous d’avoir l’album, ce qui crée une expérience d’écoute plus longue. Je pense, habituellement, à quelqu’un qui s’assoit pour mettre le disque et l’écouter du début à la fin. C’est cela qui me renseigne le plus sur l’ordre(des titres)« .

Centre, une sorte d’album concept autour de la religion ?

Peregrination, instrumental reflet de l’évolution d’une jam session
Mt Mountain n’avait pas de concept précis avant d’enregistrer l’album Centre. « Quand nous sommes en train d’écrire, on fait juste une démo d’un enregistrement dans notre espace de répétition. C’est parfois dur d’entendre ou de comprendre les paroles comme un tout. C’est plus facile après l’enregistrement de l’envisager comme un concept basé plus sur des sujets ou des thèmes que de l’envisager surtout à travers les chansons et des les lier ensemble une fois que tout est en place« .

Il est vrai, cependant qu’une grande partie de l’album, au niveau des paroles, tourne autour de la religion et des expériences de Steve Bailey, le chanteur. C’est une sorte de dissection de la foi-à la foi spirituelle et séculière-et sa relation personnelle, parfois compliquée, à celle ci. Elle explore les conceptions et les règles qui lui furent enseignées de l’enfance à l’âge adulte et ses propres connections à ceux ci. Le titre lui même, Centre, découle de cette thématique. « Tu peux considérer que l’idée de Dieu et de la religion sont un point central pour beaucoup de gens...et quelque chose vers laquelle ils reviennent comme un point de référence » m’explique ainsi le groupe.

A propos du titre d’ouverture, Tassels, Steven Bailey explique : « je me sens très déconnecté de l’idée de vie après la mort, de toutes les règles à respecter pour y parvenir ; Mais je n’ai aucune certitude, c’est exactement le thème de cette chanson« . Le fil conducteur de Second Home est « cette tentative de comprendre cette déconnexion avec l’au-delà « … »C’est un jeu avec la vie après la mort, notre deuxième maison n’est ni le paradis ni l’enfer mais ici sur terre« . Le titre Hands Together raconte, quant à lui, « la fin du monde et les non chrétiens qui prient dans ces moments d’incertitude, mais qui, finalement, n’obtiendront rien de leurs prières« . Les paroles du refrain sont « Lâche prise, seulement quand tu approches de la pierre-il s’agit de la pierre tombale ».

Epilogue: les projets de Mt Mountain au delà de la Covid !

Aplomb et la pochette du disque Centre de Mt Mountain

D’une certaine façon MT Mountain a peu souffert de la Covid. La ville de Perth est, en effet, une des villes les plus isolées du monde ! Les plans de tournée sont cependant aujourd’hui incertains. « Nous aimerions faire une tournée en Australie et dans l’U.E et au R.U… pour jouer cet album en Live aussi vite que possible » explique Glenn Palmer. Avec le groupe, nous allons croiser les doigts. « Nous continuons à écrire depuis que nous avons fini l’album. Nous espérons avoir le temps de retourner en studio bientôt » ajoute-t-il enfin.

Il faut aussi dire que 4 des 5 membres de Mt Mountain ont des projets solo parallèles. Ainsi, Stephen Bailey a déjà sorti 2 albums sous son nom, Silo en 2017 et 9 en 2019. Brendan Shanley, Thomas Cahill ont aussi un projet en cours et Glen Palmer mène un projet d’ambient synth baptisé Slow Point. Mt Mountain, avec son album Centre, devrait séduire tous les amateurs d’un rock psyché où le parfum Kraut s’affirme aussi.

https://fuzzclub.com/

https://fr-fr.facebook.com/mtmountainperth/

Ziggy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page