MARILYN MANSON : THE PALE EMPEROR

cover

Le dernier album de Marilyn Manson en date! Artiste que je suis depuis bientôt 20 ans, je désespérais de le voir nous ressortir un bon album. Flashback à la fin des années 1990, en 99 précieusement, ou en pleine adolescence je mis la main sur une copie du live « The Last Tour On Earth« , copie enregistrée de manière illicite sur une K7…Le mp3 n’était pas encore arrivé!

Marilyn Manson – Rock is Dead (1998)

En pleine période de découvertes musicales ( Prodigy, Defstones, Silverchair, Limp Bizkit, Rammstein…), il était logique d’aller vers Marilyn Manson! D’abord séduit par l’iconographie provocatrice du personnage, l’écoute du live et quelques clips visionnés sur MTV la nuit m’ont mis une sérieuse claque dans la figure!

J’ai acheté (ou gravé) la plupart des albums allant jusqu’à 2003 et à « The Golden Age of Grotesque« . Cet opus m’ayant quelque peu déçu, je me suis éloigné de Marilyn, que j’ai pourtant eu l’occasion d’aller voir en concert à Bercy à Paris, ainsi qu’au Hellfest à Clisson. Cette dernière prestation a été, disons le, à chier! Juste le minimum syndical, un Manson condescendant voir con, avec ses musiciens comme avec le public : une vraie Bérézina!

Pour un fan de la première heure, c’est toujours dur à encaisser. J’ai pourtant écouter tout les albums jusqu’à « Born Villain« , sans retrouver l’alchimie qui m’avait tant plus! « C’était mieux avant » comme dirait les vieilles citrouilles.

Pour en revenir à « The Pale Emperor », Marilyn Manson avait prévenu que ce serait un album assez différent de ce qu’il avait produit jusqu’à alors. J’ai donc décidé de lui laisser une chance, et je me suis procuré le double vynile sorti en édition limitée ( à l’époque j’avais des thunes). Outre un packaging soigné, j’ai beaucoup apprécié l’esthétisme des photos en noir et blanc, j’étais prêt à les faire encadrer pour les mettre dans mon salon, mais ma douce moitié m’en a dissuadé : parait que ça fait peur aux enfants! C’est décidément toujours ces petits merdeux qui dirigent nos vies!

L’album commence par « Killing Strangers », un bon titre plutôt équilibré, où l’on peut apprécier la voix de Marilyn Manson et des arrangements sonores assez sympas…S’en suit un enchaînement de 2/3 titres qui permettent de rentrer dans l’univers de cet album effectivement très différent des autres productions de Marilyn. Beaucoup de place est laissé à des passages un peu « blues » et à un peu de guitare folk, qui s’intègre bien dans l’ensemble. « Third Day of a Seven Day Binge » et « Cupid Carries a Gun«  sortent du lot! « Deep Six » est pour sa part une pure merveille (à mon sens). Les 3 titres rajoutés sur l’édition limitée n’apportent pas de surprises même si très bons. Globalement, je suis de nouveau sous le charme, c’est un album mature avec des paroles sans concessions et un accompagnement musical sans faute. Il saura séduire un large public!

Marilyn Manson – Deep Six (2015)

0