Les 20 ans des Z’éclectiques: entretien avant le feu d’artifice musical!

Les Z'éclectiques entre le 14 et le 17 Novembre 2018 Les Z'éclectiques entre le 14 et le 17 Novembre 2018

Le festival des Z’éclectiques propose, depuis plusieurs années, trois rendez vous musicaux annuels, un peu à la manière des collections vestimentaires: « collection » Automne, Hiver, Printemps. S’y ajoute aussi une collection été avec une « balade scrète dans les Mauges », rendez vous sonore et bucolique. Si le programme des Z’éclectiques d’Automne entre les 14 et 17 Novembre 2018 (voir fin de l’article) s’annonce, une nouvelle fois, de grande qualité et évidemment éclectique; c’est aussi l’occasion de fêter dignement les 20 ans du Festival et de revenir sur quelques temps forts de cette belle aventure en compagnie de Thierry Bidet, programmateur et coordinateur du projet assisté maintenant de  Victor Laplanche, son bras droit , chargé de communication et des actions culturelles depuis 2 ans. Nos lecteurs vont aussi savoir comment a évolué ce projet et comment il fonctionne aujourd’ui!

weirdsound: petit rappel, comment est né le Festival des Z’éclectiques? dans quel contexte socio-culturel/musical?

 

 

 

Thierry Bidet: « L’association Zic Mac avait déjà une activité musicale saisonnière dans la salle du centre social de St Macaire en Mauges (Près de Cholet) et s’occupait, déjà avant 1998, de l’organisation d’un festival en salle capable de réunir 2000 personnes ». Il y avait aussi une dynamique musicale locale favorable liée à des groupes locaux comme  » les Namas Pamos » (qui avaient participé à un festival près de Tours, les « Teuf Yo »). Thierry Bidet poursuit: »On ajoute à cela l’envie de l’association de créer un festival de plein air et l’on obtient la 1ère édition »….Celle ci se déroula à St Philbert en Mauges, fin Août 1998.

weirdsound: depuis 20 ans…sans doute beaucoup de temps forts, de bons souvenirs?!(Ils sont effectivement nombreux et j’ai essayé d’en mentionner le plus possible, pour ne pas gâcher le plaisir de Thierry Bidet ni son mérite d’avoir pu inviter tous les groupes et artistes évoqués!ndlr)

Thierry Bidet: « Les trois festivals qui se sont déroulés à St Philbert en Mauges (1998,2001 et 2003) ont marqué les esprits car c’était des évènements novateurs, mêlant musique, art de rue et scénographie très soignée. Le public baignait dans une atmosphère particulière. On retiendra le passage des Thugs et de Zenzile en 98, le premier plateau Jarring effect en festival en 2001 avec High Tone (revus au printemps 2018!), Ez3kiel et la Phaze et les fabuleux concerts de Virago, La Rumeur et Dupain en 2003 (2 jours et 30 groupes)  . En 2006, déménagement à La Chapelle Rousselin..On perd une grosse partie de nos bénévoles liés à St Macaire en Mauges; cela provoque aussi une régénération de l’association et l’édition 2006 est celle de la maturité à beaucoup de niveau….mais sans le succès malheureusement! On y découvre un artiste qui va faire beaucoup parlé de lui ensuite, Wax Tailor« . En 2007, nouveau déménagement, au « Forail de Chemillé »(entre Cholet et Angers). Le projet est entièrement revisité et devient un festival en salle: Arno et Tiken Jah Fakoly marquent cette 1ère édition automnale ».                                                   Les souvenirs ne manquent pas pour les années 2008/2009 et 2010 avec Bashung « un concert lunaire qui marquera tout le monde à jamais » en 2008, « Goran Bregovic qui a réussi à mettre la salle entière en ébullition, un grand moment de fête » en 2009 et, en 2010, « un rêve de gamin qui se réalise avec la venue de Public Enemy ».

 

 

 

 

2011 marque une nouvelle étape pour les Z’éclectiques: « on passe à 2 scènes au Foirail » de Chemillé… »Concert fou de Chinese Man en pleine ascension et Catherine Ringer charme tout le monde ».

2012: « Retour fracassant aux Zec des Puppetmastaz et grosse claque avec Youngblood brass band ».

2013: « Petite Noire et Fauve mettent tout le monde d’accord » et, en 2014, « Groundation se révèle être un formidable groupe de reggae ».

2015 est « clairement un moment clé, un moment important dans l’histoire de l’asso: après 5 ans de galère, premier succès, au printemps, avec 4500 festivaliers et Fakear (que les Z’ec ont retrouvé au printemps 2018, ndlr). A l’automne, on décide de transformer la seconde scène en un chapiteau extérieur avec la possibilité d’accueillir des formations artistiquesimportantes…On réussit à programmer tout ce que l’on désire, cette année là, avec un plateau de folie…Résultat: un premier festival affichant complet, une 1ère, et 7100 festivaliers, preuve que la barre des 5300 festivaliers de 2009 n’était pas infranchissable »…. Ce qui en fait aussi un « moment très particulier », poursuit Thierry Bidet, c’est que nous sommes le lendemain des attentats de Paris, que des groupes annulent leur venue, que nous ne savons pas si nous allons ouvrir les portes et que cettedécision libératrice n’arrive qu’à 15h…Le Festival vit alors  un moment de liesse populaire absolument magique et unique qui restera gravé dans toutes les mémoires » (J’ai vécu ce moment très particulier au festival des Inrocks, à Nantes…eh oui..gênant quand 2 bons festivals ont lieu le même jour à 60 kms de distance!ndlr). Thierry Bidet tient encore à remercier Naâman qui a « joué 2 heures et a rendu un hommage magnifique aux victimes avec le concours du public, des artistes et de l’association venus le rejoindre sur scène ».

 

 

 

2016: « Encore un festival qui affiche complet avec le plus beau show visuel jamais eu, celui de Vitalic« .

2017: On passe à 3 scènes, et c’est sans doute un retour aux sources avec la possibilité de programmer 13 artistes sur une seule soirée et d’exprimer davantage encore une vraie diversité musicale. Dakhabrakha et Steve’n’Seagulls surprennent tout le monde »!

weirdsound: il y a sans doute aussi quelques souvenirs moins bons ? (Thierry ayant notamment aussi parlé de « galère », précédemment).

Thierry Bidet: 2006 a été une année très dure…on accusait un déficit monstrueux et, sans la solidarité des bénévoles, du C.A de l’époque et des prestataires, on n’aurait pas réussi à remonter la pente. On mettra 9 ans à s’en remettre financièrement, tout en bâtissant un vrai projet culturel de territoire et en créant de l’emploi. Cela a été un vrai tour de force mais cela a laissé beaucoup de traces ».

weirdsound: comment fonctionnent les Z’éclectiques aujourd’hui? (avec combien de bénévoles, qui décide de la prog..).

Thierry Bidet: « L’association fonctionne avec un C.A d’une quinzaine de référents impliqués en amont des gros évènements et 700 bénévoles sur l’ensemble de l’année. L’association a fait le choix d’un programmateur unique qui soumet ses choix au C.A ».

 

 

 

 

weirdsound: quel est le budget des Z’éclectiques en 2018?

Thierry Bidet: hiver: 17.000 euros/ Printemps: 230.000 euros/ Eté: 23.000 euros/ Automne 345.000 euros..et action culturelle 10.000 euros.

weirdsound: L’équilibre financier est-il fragile et n’est-il pas soumis à des cachets de groupes de plus en plus gourmands qui peuvent confondre… Rock en Seine et les Z’éclectiques?

Thierry Bidet: « Oui…l’équilibre financier est vraiment fragile. 300 personnes qui manquent, depuis 3 éditions, au printemps, et c’est tout de suite 12 à 15.000 euros de déficit pour cette collection chaque année…L’automne est vraiment l’unique poumon de l’association qui permet à l’ensemble des collections d’exister; si l’on échoue fortement à l »automne, on compromet l’ensemble.

L’augmentation des cachets des têtes d’affiche est exponentielle; elle est due à l’effondrement du marché du disque, l’investissement de plus en plus conséquent des tourneurs sur leurs artistes qu’il faut ensuite rentabiliser(c’était avant le rôle des majors de l’industrie du disque), mais aussi la concentration de plus en plus forte d’évènements sur nos territoires…et donc la loi de l’offre et de la demande »! Nous faisons ainsi face à une problématique de plus en plus régulière de cachets trop importants au vu de notre budget, de notre situation géographique en milieu rural, de notre capacité d’acceuil du public qui n’est pas la même qu’un festival de plein air d’été , de notre prix d’entrée et des prix que nous pratiquons sur le site que nous souhaitons accessible au plus grand nombre. Cela nous invite à requestionner le projet dans les années futures, car nous faisons ce festival par passion et non pour gagner de l’argent; notre dynamique a toujours été de faire découvrir de la musique. Nos valeurs sont donc mises, de plus en plus, à rude épreuve »!

Victor Laplanche complète ces propos: « J’ajouterai que les Z’éclectiques sont avant tout un projet de territoire, entre Angers, Chemillé et Cholet (Les « Mauges ») qui propose tant la diffusion de concerts que des actions culturelles et notamment des actions éducatives »…

Les Z’éclectiques, collection automne 2018, édition qui se veut »curieuse et populaire » vous attendent avec un véritable feu d’artifice musical pour célébrer ces 20 ans d’existence!

Jugez plutôt en (re) découvrant l’affiche…Il y en a pour tout le monde et surtout pour tous les passionnés et curieux de musique.

Vendredi 16 novembre: Cholet/jardin de verre: Inuït/Voyou/Kepa

Samedi 17 Novembre: Chemillé…Feu!Chatterton/ Boris Brejcha/ Agar Agar/ Bagarre/ Romeo Elvis/ Therapie Taxi…etc!

Allez sur le site des z’éclectiques!!

collection automne 2018 Z’éclectiques

Boris Brejcha, D.J et producteur de "High Tech minimal" , une des têtes d'affiche de la Collection automne à Chemillé le 17 Novembre 2018.
Boris Brejcha, D.J et producteur de « High Tech minimal » , une des têtes d’affiche de la Collection automne à Chemillé le 17 Novembre 2018.