J.M Dupas: 25 ans de programmation musicale entre Nantes et Bourges!

Jean-Michel Dupas est aujourd’hui le programmateur (section musique) des 2 salles de concert de Stereolux Nantes, tout en s’occupant aussi du festival Scopitone, créé en 2002 et, depuis 2004, de la programmation du festival du « Printemps de Bourges ». Fatherubu et moi l’avons rencontré pour évoquer quelques unes des plus belles pages de son parcours et de sa passion musicale et aussi ses coups de cœur d’aujourd’hui.

equipe_olympic-1024x761

Arrivé à Nantes à l’âge de 14 ans et se retrouvant, avec son frère en appartement, il a profité de cette liberté pour assouvir rapidement sa passion pour la musique, retrouvant d’autres passionnés au sein d’associations nantaises comme Pyromane.Il écoute alors Cure, Suicide et Patti Smith. Après être passé par le champ du Rock à Saffré (association créée en 1993 qui organisait alors un festival dans l’enceinte même du château), J.M Dupas se retrouve programmateur dans la salle mythique nantaise de l’Olympic en 1995: la ville de Nantes avait récupéré la salle (baptisée le « Majestic » depuis 1988 et qui avait déjà vu défiler des concerts Rock avec La Mano Negra, Bashung, les Béruriers noirs…) et l’avait confiée à Eric Boistard pour proposer un projet culturel « avec une forte entrée musiques actuelles » mais où les volets action culturelle, soutien aux initiatives et notamment aux artistes locaux étaient déjà présents.

contrat-daftpunk-copie-768x1024

Un des 1ers contrats signés par J.M Dupas pour l’Olympic en 1995…. Daft Punk.

Nous ne pourrons évoquer les centaines de concerts et d’artistes passés par l’Olympic pendant 16 saisons (Jean-Michel nous avoue avoir assisté à 80% des concerts avant de lever le pied pour raisons familiales!) mais on peut mentonner que, dès l’ouverture, à l’automne 1995, Lloyd Cole, The Foo Fighters, Oasis, Tricky, Pulp et Sinclair passeront par la programmation de Jean-Michel Dupas….Il rêvait de faire venir ses « chouchous » de l’époque, Sonic Youth, Fugazi et Jon Spencer ..Il réussira à les faire venir dès ses 3ères années de programmateur… Le 1er concert de Jon Spencer était « exceptionnel » nous rappelle-t-il, Jon Spencer « était en transe »….

Jon Spencer « Bell bottoms » extrait de l’album « Orange » (1994).

1996 (2ème saison de l’Olympic), voit aussi l’arrivée à Nantes du « Festival des Inrocks » qui délaissait la rivale rennaise. A noter aussi que la dimension sociale fut présente dès 1996 avec le 1er concert de l’association « Les Rockeurs ont du coeur » née autour du groupe nantais Elmer Food Beat (et d’Anita qui nous vendait aussi les tickets de concert pour l’Olympic).J’évoquais aussi, avec J.M Dupas, quelques souvenirs de concerts exceptionnels de Ben Harper en 1996 (3 heures de concert et 6 rappels) à Arcade Fire en 2005 en passant par Sigur Rös en 2000 et tant d’autres!

lolympic-devient-la-fabrique-bellevue-chantenay

La salle de L’Olympic/Nantes et le café fréquenté par artistes et spectateurs!

Après la fermeture de l’Olympic, en mai 2011, l’aventure continuait sur l’île de Nantes avec le projet Stereolux ouvert aussi aux arts numériques. Jean-Michel Dupas continuait à officier dans cette nouvelle structure composée de 2 salles (micro/400 places et maxi/1200 places) qui font, avec d’autres salles nantaises, la réputation de sa scène musicale à la fréquentation remarquable, juste derrière Paris. L’aventure musicale reste marquée par la vocation d’ouverture et de soutien aux groupes locaux, tout en veillant aussi à ne pas programmer trop de groupes anglo-saxons. Le Festival Indigènes répond notamment à cet objectif comme « Les Femmes s’en mêlent« . La dimension sociale reste d’actualité avec l’association « Des Liens » créée par Dominique A, qui permet, nous précise J.M Dupas , à « 15/20 personnes » non fortunées de pouvoir accéder à chaque concert de Stereolux.

Le temps passant très vite, nous n’évoquerons pas le Festival Scopitone pour consacrer la 2ème partie de notre entretien au « Printemps de Bourges » qui a soufflé ses 40 bougies l’an dernier, en présence de weirdsound , et dont la prochaine édition se déroulera du 24 au 29 Avril 2018. (voir programme)

Le Printemps de Bourges…entre image et identité originale:

Sons of Raphael…les frères Raphael seront à Bourges!….J’aime!

Le « Printemps de Bourges » s’est façonné peu à peu une identité : au delà de la programmation d’artistes ou de groupes confirmés, le festival reflète les mutations musicales en favorisant les scènes émergentes. Les scènes musicales sont classées en 4 genres depuis 2000, Rock, Electro, Chanson, Hip-Hop et les « découvertes du printemps de Bourges » sont devenues les « Inouis du Printemps de Bourges » depuis 2013. Jean-Michel Dupas fait partie d’une « équipe de 3 personnes pour la programmation » et depuis 3 ans, il assure aussi la direction artistique. « Avec les Inouis, on programme 140 groupes dont 20/25 noms connus qui vont représenter l’image de Bourges alors qu’on se bat pour dire que derrière il y a 80 groupes qui sont de jeunes artistes » nous rappelle J.M Dupas. « Derrière Brigitte, Samson ou Ringer, il y a des artistes comme Sons of Raphael (NDLR: 2 frères anglais qui débutent avec leurs guitares et leur magnéto à bandes et qui font preuve d’une belle énergie Rock), Dream Life (NDLR: trio féminin Punk-Rock) ou Queen Zee ( groupe de metal-rock de Liverpool) » ….Cela promet d’ailleurs une belle soirée le 27 Avril, car sur la même scène que les 3 précités, on trouvera aussi Jessica 93 et Cabbage (voir nos articles récents sur ces groupes). J.M Dupas évoque aussi Zeal&Ardor, groupe américano suisse « un peu QOTSA avec un côté plus Hendrixien », « une grosse claque en live ». Dans les jeunes projets chansons, J.M Dupas cite Tshegue (NDLR: duo franco-congolais afro-punk techno) et Mahalia « une anglaise qui fait du R’N’B que je trouve d’enfer »…

Bourges fait aussi, cette année, (mais la décision fut prise en Juin 2017) un « focus sur la création féminine  » avec « beaucoup de projets féminins hyper intéressants » insiste J.M Dupas: « On arrive à 50% de programmation féminine alors qu’il n’y a que 13% d’artistes féminines déclarées à la S.A.C.E.M ….mais avec davantage auteures-compositrices aujourd’hui ce % devrait augmenter ». Cette année, il y a aussi d’autres projets en lien avec la littérature notamment….pour « essayer de changer l’image de Bourges » ajoute Jean-Michel.

Nous allons évoquer ensuite un certain nombre de coups de cœur de Jean-Michel, notamment en lien avec la programmation des Inouis, qui refusent maintenant les projets musicaux qui ont plus de 5 ans. Dans les « Inouis de cette année, on a des trucs super qui vont exploser » nous confie Jean-Michel qui pense notamment à Tracy De Sa en Hip-Hop « fabuleuse » , le duo féministe belge Juicy (electro/R’N’B) et la suissesse Flèche Love (NDRL: qui a aussi sorti un titre « Umusuna » l’an dernier avec Rone). Le « truc qui va vraiment exploser » c’est Terrenoire.. »un ovni ».. »avec 2 frères dont la base est plutôt chanson, avec des textes forts mais dont le live est plutôt électro ».

Cette année 2018, Bourges propose aussi un hommage à Léonard Cohen à la cathédrale de Bourges qui était disponible et grâce à « Henk (Hofstede) des Nits qui avait un beau projet avec son Avalanche quartet  » ….S’y rajoutent un orchestre à cordes et des « guests » comme Jeanne Added, Raphael, Rosemary Standley, Rover et Yann Wagner « un des meilleurs chanteurs français  » pour J.M Dupas!

Hors « printemps de Bourges », Jean-Michel  Dupas nous parle aussi de deux albums et artistes coup de coeur récents… l’album des américains de Beechwood et l’album du français Thousand (« Tunnel Végétal ») paru chez Talitres le mois dernier.

Pour terminer l’entretien, impossible de ne pas revenir sur Nantes pour satisfaire ma curiosité et offrir quelques news supplémentaires aux lecteurs de weirdsound…alors les projets d’automne et pour la prochaine saison musicale de Stereolux?…..On peut se préparer pour Feu Chatterton et Arthur H côté français, Slaves (NDLR: groupe punk rock anglais formé en 2012) et Marmozets « très barré »,  » à mi chemin entre punk rock et Death metal » dont « le live a Bourges il y a 3 ans fut une grosse claque »…Un regret (que je partage!) J.M Dupas souhaitait faire venir Jon Hopkins..cela ne se fera pas, Jon Hopkins ne fera que les grandes capitales européennes…..J’ai « conseillé » (!!) à J.M Dupas de s’intéresser à Jumaï, groupe dont il n’avait pas encore entendu parler….et lui ai fait suivre mon article !!!

Merci à Jean-Michel Dupas pour ce partage musical entre passionnés!