Go!zilla: rencontre, nouvel album et after show Levitation Angers!

Luca Landi et Niccolo Odori Go!zilla Angers Festival levitation 22/09/2018 photo benoît/weirdsound

Le Festival Levitation, à Angers, offrait un programme particulièrement attractif dans sa deuxième journée soirée (voir article bientôt en ligne!).C’est ainsi qu’après un show séduisant du groupe italien Go!zilla, notre duo se retrouvait au stand merchandising du groupe où j’en profitais pour acquérir le dernier album du groupe « Modern Jungle’s prisoners« , déjà disponible avant sa sortie officielle le 28 Septembre. Après quelques mots échangés avec Luca Landi (chanteur guitariste) et Fabio Ricciolo (au look de Frank Zappa..mais bon, ce n’est pas original tout le monde lui dit!), nous voulions, Eyobro et moi, en bons reporters de weirdsound, jeter au moins un oeil au groupe parisien Juniore. Vite déçu, je suggérais de retourner voir Go!zilla pour une éventuelle ITV du groupe…vite acceptée par Luca!

 

 

 

IMG_7952 luca recadré

Ce fut ainsi l’occasion de revenir sur la genèse du groupe, leur nouvel et troisème album, mais aussi la manière de travailler de Luca Landi et ses goûts et influences.

IMG_7939 recadrée avec mattia
Frederico Sereni (basse) et Mattia Biagiotti (guitare)  de Go!zilla

weirdsound: peux tu revenir un peu sur la genèse du groupe et parler un peu de la discograpie précédente?

Luca Landi: « Go!zilla est né à Florence (Firenze) en 2012…premiers titres composés et 1er show en Juin 2013..au début nous ne sommes que deux (Luca Landi, guitare/chant et Fabio Ricciolo le batteur) …puis Mattia Biagiotti (guitare) rejoint le groupe un an plus tard et les deux derniers musiciens (composant désormais le quintet), Frederigo Sereni (basse) et Niccolo Odori (claviers) ont rejoint le trio pour le dernier album ». Luca Landi insiste aussi sur le fait que « plus que des musiciens, il était important d’avoir des amis », surtout quand on passe beaucoup de temps ensemble dans le camion/van pour les tournées! Le 1er E.P éponyme date de Septembre 2012 avec 6 titres…(aujourd’hui épuisé). Le 1er « véritable » album « Grabbing a crocodile » date de 2013, le second « Sinking in your sea » en Avril 2015 (avec le titre « Pollution » paru en picture disc en 2016). Avant le 3ème album, sur un nouveau label, le français Teenage Menopause, le trio avait pris « un break de 18 mois » avant d’être rejoint par les deux membres précités… »Nous voulions quelque chose de différent » ajoute Luca…

Le dernier album de Go!zilla (pochette recto verso)

weirsound: Alors ce 3ème album? ..Différent?…Qu’en penses tu?

Luca Landi: « A chaque fois que l’on fait un disque, on pense que c’est le meilleur…cet album représente ce que nous sommes et écrivons aujourd’hui »…. »moins rock que les deux précédents « … mais qui ne devrait pas dérouter ceux qui connaissent le style Go!zilla « même si le style est différent »…avec « quelques titres plus longs et une inspiration de musique de films ». « L’album est un concept album avec des connexions entre les titres, les lyrics évoquant ce que le monde représente pour moi » ajoute Luca Landi « parce que je me sens un prisonnier de notre société nouvelle », « avec ses peurs »… d’où le titre de l’album (rires). Luca Landi évoque aussi la pochette de l’album, en lien avec ce « concept album » et oeuvre d’un artiste allemand , Thomas Hoepker.

weirdsound: comment se déroule le processus qui mène à l’album?

C’est Luca Landi et aussi parfois Mattia Biagiotti qui écrivent les paroles des chansons…la musique est « un travail collectif ». Luca évoque ensuite leur ingénieur du son et leur nouvelle manière d’enregistrer : « Au lieu d’enregistrer un jour la basse, un jour la guitare, maintenant on enregistre un jour une chanson, le lendemain un autre titre et nous avons la possibilité de prendre notre temps ».

weirdsound: où classez vous votre musique? (on trouve Go!zilla dans les catégories « Acid psyché », « punk » et « rock »!!).

Luca Landi: « oui c’est vrai que beaucoup de gens veulent te classer dans une catégorie, mais honnêtement on essaie de rester dans la musique rock et même si certains évoquent la musique psychédélique, nous ne nous définissons pas comme psyché….la définition de ce qui est aujourd’hui psyché était,il y a une dizaine d’années, ce que nous appelons l’indie music ». (Luca évoque aussi J.C Satan, qui avaient joué la veille, « leurs amis qui ne jouent pas de la musique psyché »). Le festival Levitation est, il est vrai, très largement ouvert à d’autres musiques non labellisées psyché!

IMG_7957 luca et fabio.jpg
Fabio et Luca fondateurs de Go!zilla en 2012

weirdsound: quelle sorte de musique écoutes tu? qu’est ce qui peut t’influencer?

Luca Landi: « C’est une bonne question, car depuis peu mes goûts/influences ont évolué: quand tu es jeune et que tu découvres les Doors ou les Beatles, c’est quelque chose de complètement nouveau…Maintenant, j’ai 32  ans, et c’est difficile de m’impressionner parce que même si j’entends quelque chose de nouveau, il y a des chances que je l’ai entendu ailleurs..Maintenant, j’écoute et m’imprègne de musique africaine, de cumbia , musique péruvienne , et de musiques de différents pays. De nos jours, peu importe que tu sois italien, américain ou anglais du moment que ta musique relie l’imaginaire des gens qui t’écoutent à ton pays. la langue, bien sûr, doit être l’anglais car cela falicite la communication, mais , dans notre cas, nous voulons apporter une touche italienne: en Italie, nous avons une Histoire au niveau de la bande originale de films avec , par exemple, Ennio Morricone; nous nous sommes donc demandé pourquoi nous ne ferions pas quelque chose de plus connecté à ce que le italiens font »…

weirdsound: as tu un artiste ou un groupe que tu apprécies beaucoup?

Luca landi: « la raison qui m’a poussé à créer le groupe en 2012, c’est un concert de Night Beats (groupe de garage rock psyché originaire du Texas mais qui a déménagé à Seattle) auquel j’ai assisté…..nous nous sommes rencontrés et sommes devenus amis. Je suis revenu en Italie en me disant que je voulais créer un groupe comme celui là! Cela nous a beaucoup aidés car, au début, même sans réfléchir, nous avons fait partie d’un mouvement-garage psyché qui nous a permis, entre autre, de jouer en France (Luca dit être venu à Nantes, il y a 4 ans, à la scène Michelet..Nantes, « une belle ville comme Florence »…merci de la comparaison!). aujourd’hui, il n’y a pas de groupe que j’écouterai tous les jours..J’écoute de vieux disques de musique italienne pour tenter d’y trouver de nouvelles inspirations et beaucoup de musique exotique (voir précédemment). Mon groupe préféré reste Iggy Pop and The Stooges…j’ai vu Iggy Pop 4 fois et ai même un tatouage de « Fun House » (Luca montre alors son tatouage… sur le bras droit…on reste tout de même pudique à weirdsound!)

weirdsond: avec quels musiciens joues tu? ceux de l’album? d’autres?

Sur l’album comme sur scène, on retrouve maintenant le quintet précité…Luca ajoute que l’on trouve « un musicien italien d’un groupe très connu, Calibro 35, sur l’un des titres ( « Falling down ground », titre non joué ce soir)… Enrico Gabrielli qui a aussi joué avec P.J Harvey au printemps dernier joue du saxophone sur ce titre dédié à l’un de nos amis décédés il y a 2 ans d’un accident de moto ».

Grazie Luca! Merci à Luca Landi pour sa gentilesse, bonne humeur et simplicité pour cette rencontre non programmée et qui a permis de mieux connaître Go!zilla, apprécié 2 heures avant en concert!

IMG_7940 fabio recadré
Fabio Ricciolo, batteur efficace au look rappelant Frank Zappa

Le concert de Go!zilla fut l’occasion, pour le groupe, de présenter une bonne partie de son dernier album puisque 7 des 8 (9 si l’on considère le court « interlude ») titres furent joués. Ce fut donc un réel plaisir que d’écouter, en avant première, ces titres qui ont su séduire le public du festival; le set s’ouvre sur la même « intro » très psyché comme sur le début de l’album, suivi du titre « Feeling clouds » , titre qui séduit immédiatement par son côté à la fois rock, péchu et psyché tout de même aussi! la voix de Luca landi vient se placer juste au dessus des nappes de claviers, interrompues par des riffs tranchants de guitare.Vient alos ‘Red light » , indéniablement rock et au tempo rapide. « Hailing, it’s hailing » est plus cool et très mélodique..une intro dans le style Zappa (tiens un clin d’oeil à Fabio) même si la voix de Luca n’est pas aussi grave! « gambling with the crocodile » est le seul titre n’appartenant pas au dernier album mais à la face B du picture disc précité. Titre très acid rock serais je tenté de dire..efficacité garantie!

 

« Demons are closer » est le titre qui ouvre la face B du vinyle et le seul qui bénéficie, pour l’instant, d’un clip video. Titre bien dans la veine rock psyché du festival, que je pourrai aussi bien entendre jouer par les Black Angels. « Evil is satisfying » est un long titre , batterie et guitares précédant le chant de Luca, la batterie breakant aussi à plusieurs reprises le morceau avant que les guitares ne s’en donnent à coeur joie. « Follow me » clôt le concert (et l’album) : très beau titre où la voix de Luca se fait d’abord douce « Follow me », repète t-il à plusieurs reprises avant d’être relayé par une guitare me rappelant ..Carlos Santana; la 2ème partie du titre est superbe avec une montée en puissance/tension  d’un titre qui pourrait être le « hit » de l’album, voire un hymne repris par les foules venues acclamer Go!zilla..Bon…le groupe n’ambitionne pas forcément de jouer dans un stade! Je trouve que ce titre représente bien le son Go!zilla aujourd’hui et il est très bon!!

 

IMG_8248 picture disc et set list
Go!zilla: picture disc de 2016 et set list festival Levitation

 

Bel album et très bon concert entre rock psyché et rock garage pour un groupe peu connu encore mais qui a gagné ses galons au festival Levitation.

Après leur retour à Firenze en cette fin de semaine, Go!zilla entame une tournée européenne début Octobre: quelques dates:

4 Octobre : Bruxelles (Madame moustache)

5 Octobre: Paris (Petit bain) avec Jessica 93.

11 Octobre : Berlin (Schokolade)

 

0