Chronique d’un album qui rend heureux : Sad Happy de Circa Waves

Temps de lecture : 5 minutes

Le quatuor britannique, Circa Waves, vient affoler les ondes pop-rock avec un tout nouvel opus : Sad-Happy. C’est à cette occasion que la rédaction de Weirdsound a rencontré les membres du groupe : Joe Falconer à la guitare, le bassiste Sam Rourke et enfin le batteur Colin Jones (Kieran Schudall, leader et chanteur, manquant à l’appel) afin de parler de leur succès grandissant.

J’ai connu le groupe Circa Waves l’année passée, avec leur album What it’s like over there. Je l’admets, ce dernier abrite un morceau “plaisir coupable” The Way We Say Goodbye, à la frontière de la pop adolescente. J’attendais donc de voir ce que réservait leur tout nouvel album, sorti seulement six mois après le précédent. Plus audacieux. Plus lumineux. Il est aisé de reconnaître les influences du groupe, entre Two Door Cinema Club (dont ils ont d’ailleurs fait la première partie à l’Olympia en Janvier) et Vampire Week-end. J’étais donc curieuse de savoir comment le groupe pouvait tenir ce rythme effréné de tournée et d’enregistrement, tout en conservant leur créativité.

Un album, Sad Happy, en deux parties

Associer deux émotions antinomiques. La tristesse. La joie. Faire de chacune la face d’un album, sorti en deux temps. C’est le pari de ce quatuor prolifique avec Sad-Happy. Une mécanique bien huilée pour contrer les travers de la consommation de musique aujourd’hui. En effet, leur constat est simple : les gens écoutent moins d’albums et davantage de singles éparses. Ils offrent donc d’abord sept morceaux en écoute, qui constituent Happy. Suivis par huit autres morceaux, formant l’ensemble Sad-Happy.

Nous avons d’abord travaillé les morceaux Happy pour le live, ce qui nous permet de décomposer le travail et de voir quelle est la réaction du public. En France, nous avons eu de très bons échos pour nos premiers concerts en début d’année.

Joe Falconer, Circa Waves

Jacqueline, le pari gagnant

Et ces bons échos viennent aussi du choix de leur premier single : Jacqueline. Avec son rythme de basse entêtant, Jacqueline donne une furieuse envie de se déhancher. Comment refuser cet intermède ensoleillé par les temps qui courent ? Je vous invite à découvrir l’univers du clip, qui reflète l’énergie du groupe et prolonge cette parenthèse.

Le deuxième morceau a été mon premier coup de cœur, Be Your Drug , avec sa basse plus énervée (merci Sam). Je vous laisse m’en dire des nouvelles, très efficace pour soulager les crises de colère (ou casser des guitares, chacun son école).

La jeunesse d’un groupe pourtant déjà expérimenté

Vient ensuite le deuxième single paru, Move to San Francisco, rappelant les influences de Two Door Cinema Club. Avec un manque d’éclat à mon goût. Cela fait partie des morceaux qu’il est aisé d’aimer dès la première écoute, mais qui ne marque pas pour autant. Pour le groupe, ce choix de single s’est néanmoins très vite imposé. Ils ont donc profité de leur tournée aux États-Unis lors de leur précédent album pour tourner le clip éponyme. Un tournage en toute simplicité, orchestré par Kieran.

Nous étions épuisés et nous voulions à tout prix avoir cette image du Golden Gate Bridge qui crie “San Francisco”. Le temps était horrible, nous avions un concert le soir et nous avons réuni le maximum d’images en une journée. C’est finalement le clip le plus personnel pour le groupe, nous avons tout fait nous-mêmes.

Sam Rourke, Circa Waves

Les morceaux Wasted on You et Call Your Name font référence à ce groupe qui grandit ensemble, avec la fougue de la jeunesse (les souvenirs d’été et de fêtes), mais également à leur expérience de l’industrie musicale (tout de même quatre albums à leur actif).

Nous nous efforçons de toujours nous réinventer. Les groupes qui ne se reposent pas sur leurs acquis sont les meilleurs. Cet album explore de nouveaux territoires, plus pop. Nous avons été inspirés par The Week-End, et même Drake!

Sam Rourke, Circa Waves

Et peut-être que nous changerons encore de direction pour le cinquième album ! Nous savons maintenant prendre des décisions, et nous y tenir.

Joe Falconer, Circa Waves

Un groupe originaire (et fier) de Liverpool

Cette citation est à l’image de la rencontre avec ce groupe, une bande d’amis, joviale et décontractée, qui prend du plaisir à jouer ensemble. Il s’agit d’une rencontre fortuite, ils se sont rencontrés en jouant au football dans leur ville natale de Liverpool. Ils ont tout de suite senti que le courant passait bien et… ils ont créé Circa Waves. Qui a dit que monter son groupe était compliqué ? Je ne peux m’empêcher de penser à l’interview avec Asgeir, pour lequel on sent que la musique est un travail acharné et sans relâche. Une vision bien différente de la création !

Pour revenir à Liverpool, cette ville a longtemps été décriée. Ancien pôle industriel, elle a même été classée parmi les pires villes où vivre au Royaume-Uni (Source Courrier International). Ce qui constitue un véritable terreau d’inspiration pour des artistes emblématiques tels que Billy Fury … ou encore les Beatles. Mais c’est un Liverpool différent que chantent les Circa Waves : une ville attractive et au rayonnement culturel incontesté. Ils devaient d’ailleurs organiser au mois d’Avril un festival avec les talents émergents de la ville : le CIRCA Fest, annulé en raison de la crise actuelle.

I was feeling out of sorts, derailed my train of thought and spun my mind around. You’re the only guiding light to get to Liverpool tonight, to get my feet back on the ground.

Extrait des paroles de “Love you more”

Love you more est la chanson qui fait référence à leur ville d’origine (avec Train de Lime Street sur la partie Sad), et la ballade que j’ai préférée sur l’album. Une invitation à fermer les yeux et à écouter le chœur qui s’étire jusqu’à la fin “I need you more than you could ever need me”. Ballade de Happy qui ouvre la voie à Sad, avec le titre Sad Happy.

L’effigie de Sad Happy: le clown

A l’origine, le groupe finissait la tournée pour son troisième album alors que le leader du groupe Kieran, écrivait Sad Happy.

Sad Happy a été conçue à l’origine comme une chanson unique, mais finalement Kieran en a fait tout un album. Enregistrer le troisième album, partir en tournée puis enregistrer le 4ème. Tout est donc allé très vite.

Sam Rourke, Circa Waves

Les tonalités pop sont évidentes avec un refrain efficace. Le clip ci-dessus montre combien le groupe refuse de choisir un état, entre la joie et la tristesse. Refus parfaitement illustré par l’image du clown, incarnée dans le clip par Kieran.

circa waves-sad happy-pochette album
Circa Waves présente son album Sad Happy

Cette couverture intrigue autant par son visuel que par son histoire. D’abord pensée comme un portait de groupe, elle fut changée au dernier moment. C’est Kieran lui-même qui, saisi d’une inspiration soudaine, a pris un cliché de la mannequin les accompagnant. Mais pas d’inquiétude, la photo originelle -qui illustre cet article- n’est pas perdue et pourra être retrouvée dans l’album en question !
Une anecdote dont le groupe parle plus en détail dans le making-of ci-dessous :

Clôturer l’album en ballades

Suivent deux ballades, Wake Up Call et Sympathy, empreintes de mélancolie. Et voici le moment de l’excellent Battered & Bruised. Au rythme des sifflements et de la basse, Kieran chante son chagrin d’amour, en restant fidèle au thème de l’album autour du clown.

Circa Waves emprunte aux sonorités électroniques des années 80, pour le morceau Hope There’s a Heaven, témoin des explorations que mentionnait Joe durant notre interview. Nouvelle exploration qu’est celle du morceau très court et sans paroles Train to Lime Street, station de métro à Liverpool.

L’album se termine sur Birthday Cake, qui regroupe les thèmes de la jeunesse et du temps qui passe. Nous aurions bien terminé avec un morceau plus énervé, comme Be Your Drug. Qu’importe, l’album est une belle réussite et les fans sont au rendez-vous… Que nous réservent les membres de Circa Waves pour leur prochain album ?

Nous ferons forcément un cinquième album très différent. J’adorerais qu’on explore le funk pour notre prochain album. Pourquoi pas ?

Joe Falconer, Circa Waves

Mes 3 morceaux préférés : Jacqueline / Be Your Drug / Love You More


Sad Happy de Circa Waves, disponible en intégralité depuis le 13 Mars.

Vous pouvez retrouver l’actualité du groupe sur leur site et achetez leur album ici.

Margaux

Biberonnée à l'indie rock depuis sa plus tendre enfance. Ses préférences se sont néanmoins diversifiées: de l'électro, de la pop mélancolique et du punk pour n'en citer que trois. Mais les riffs de guitare demeurent le plus doux des sons pour ses oreilles.

Margaux has 7 posts and counting. See all posts by Margaux

Margaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *