Christian Löffler – Fejká: périple en terre électronique allemande !

Temps de lecture : 7 minutes

Christian Löffler et Fejka à l’Elysée Montmartre, une soirée sous le signe de l’électro allemande, ambiant, son planant et nouveaux albums au rendez-vous…

Mardi 26 novembre 2019 :

Réveil à 5h30, un petit déjeuner frugal (je n’aime pas manger avant 7h du mat’ hormis les kebabs douteux post-soirée…), j’enfile mon costard et file me caler dans le TGV Nantes – Paris de 7h06. Blindé comme il se doit… de nantais en costard (ou nantaises en tailleur)… 

La différence (ou peut-être pas…) entre tous ces travailleurs BCBG et votre rédacteur Weirdsound : perso, je vais jeter un coup d’œil pour m’éviter une soirée seul-tout lors d’un déplacement professionnel à l’hôtel Okko de la Gare de l’Est le soir même…!

Je file sur l’appli de l’officiel des spectacles… dans le métro et là que vois-je ?

L’Élysée Montmartre accueille le soir même Christian Löffler…

J’en suis tout retourné… J’étais arrivé légèrement trop tard lors du festival Le Cercle à Chambord en mai (le bougre passait malheureusement entre 12h et 14h… et j’ai des principes sur les grasses matinées du samedi). Je n’avais entr’aperçu que les 2 derniers morceaux du DJ allemand devant un public disparate. Le gros du public était arrivé en effet sur les coups de 16h… L’attroupement et le dépassement de l’organisation avaient occasionné une importante vague de plaintes sur les réseaux sociaux de la part des festivaliers (pourtant… beau festival, belle prog et cadre somptueux…)

Ni une ni deux, je sors donc ma CB dans le métro, évitant les regards indiscrets en cette période de Black Friday… et achète le billet-sésame.

Autre petit point pour comprendre ma dévotion à Christian Löffler, j’écoute pas mal d’électro au taf, ça facilite ma concentration (promis, juré, craché)… et son live Cercle dans le Vaucluse a été l’une de mes plus grosses écoutes de l’année :

Un live Cercle vertigineux !

Discret dans son approche, mais méticuleux. J’apprécie beaucoup ses créations électro minimalistes, ambiantes et atmosphériques… je pars littéralement dans la stratosphère à chaque écoute.

Bref, une journée de travail plus tard (en costume), je file à l’hôtel, me change (en tenue de soirée…), et rejoins l’Élysée Montmartre. Petite émotion, la dernière fois c’était il y a presque 15 ans avant l’incendie de 2011 pour aller voir Wilco suite à la tournée « A ghost is born » en mars 2005.

Pour faire passer l’émotion, je file (logiquement) me prendre ma p’tite bière pré-concert et m’installe à quelques mètres de la scène en attendant la première partie…

Fejká, le protégé de Christian Löffler

Une entrée timide pour Fejká de son vrai nom Brian Zajak, allemand originaire de Stuttgart. Le protégé de Christian Löffler sur le label Ki-Records introduit son live par une montée tout en douceur dans l’atmosphère particulière de la salle de l’Elysée Montmartre.

Les beats augmentent toutefois après 2-3 minutes d’intro smoothie et le public se regroupe à proximité de la scène.

Fejka-Credits-Fejka
Fejká alias Brian Zajak, jeune Padawan de Christian Löffler

Fejká, un chef-hors-d’œuvre électronique.

Ce serait un brin dévalorisant toutefois de retenir un live discret. En quelques minutes, on entre, en effet, complètement dans le set et dans l’univers du jeune DJ. Les morceaux sont d’excellente qualité, on en oublie que Fejká est une première partie. Une basse posée accompagne une montée en puissance lancinante des beats.

Pour rappel… Il est 19h30 : Le positionnement horaire n’est donc pas idéal pour proposer un set (plutôt apprécié d’un public nocturne) à l’heure des poules.

Porté par l’artiste, on perçoit la patte et l’influence de Christian Löffler. Le set de Fejká oscille donc entre les créations de son mentor et celle plus frenchie de The Blaze et de Thylacine.

Classieux, envoûtant, il nous délivre un panel notamment de son dernier album Reunion, excellent album que je ne peux que conseiller aux aficionados d’électro ambiant-house berlinoise.

Un triptyque musical hypnotique…

Je retiens de ce live le triptyque musical suivant (et vous demande d’avoir la curiosité musicale) :

  • Olson et Untold, entre house et minimalisme… j’ai le sourire aux lèvres, les tonalités sont rythmiques et dansantes… le public semble conquis, tout comme votre serviteur. En effet, d’un public à la retenue initiale, on s’oriente vers des spectateurs à l’esprit de plus en plus désinhibé (par la musique… pas par les Heineken). Fejká est musicalement décomplexé et talentueux, cette 1ère partie (que j’ai failli louper) fait clairement le taf, portée par le dernier album du jeune petit prodige Reunion (intégré dans le top 10 des weirdos)
Fejká-Reunion
Fejká – Reunion
  • Le final sur Svanur retentit, il est près de 20h30… Le tube suit le martèlement-symphonique du clavier sur cet ode. Je ferme les yeux, je pars en apnée pour 7-8 minutes magiques… avec cet effet (sur moi en tout cas) de la beauté visuelle et mélodique de la « musique électronique nomade »
Le clip de Svanur sur l’album Reunion

Autour de moi, on gesticule, danse, saute, on sourit… l’alchimie a pris…

Encore une fois, prenez le temps d’écouter, découvrir, faire partager (et visionner les clips) du premier album de Fejká : Reunion. L’une de mes plus belles découvertes de musique électronique ambiant 2019 à l’image du titre Glow, conclusion de son album :

Le clip de Glow, titre clôturant le dernier album de Fejká

Christian Löffler, la force tranquille

A peine remis de mes émotions de ce premier live très surprenant, je profite de l’entracte pour recharger les batteries de mon verre consigné. Quelques minutes d’attente, repositionnement à quelques encablures de la scène et c’est reparti pour la musique et la tête d’affiche de la soirée… enfin de celui qui m’a fait prendre ma place le matin même un peu à l’arrache.

Comme je vous le disais un peu plus haut, Christian Löffler est un artisan d’une musique ambiante, planante… et quasi-symphonique. Je définis plutôt ses créations comme de réelles compositions musicales, qui s’approchent (je trouve) de la musique classique. On se fait emporter, on voit les différentes « couches » s’implémenter. Quelques minutes devant lui, et je ressens le frisson dans le dos signe d’un « grand » moment de live et de musique.

Elysée Montmartre - Jonathan Lesage
Elysée Montmartre… en attendant Christian!

On est loin de l’approche techno-electro que l’on pourrait définir par l’adage « Techno toujours pareil… boum-boum dans les oreilles » dixit Salut C’est Cool.

Un best-of de 7 années de production musicale

A l’inverse de Fejká, Christian Löffler projette des vidéos plus ou moins psychédéliques durant l’ensemble de son concert. Le son est d’excellente qualité (merci l’Elysée). Niveau matos, Christian Löffler est entouré de machines analogiques, de claviers. C’est un travail minutieux que le DJ-Producteur nous propose, chaque petit élément est ajouté très précisément. Le tempo est léger notamment sur le titre Myiama de l’album Mare sortie en 2016, tout comme sur Blind de son premier album A Forest (2012) qui fait réagir le public (dans le bon sens du terme).

Très discret, peu causant, mais diablement efficace Christian Löffler triture toutes ses machines. Il fait preuve de la concentration du joueur d’échec, un véritable puriste du minimalisme.

Christian Löffler entonne Neo… l’une de ses autres grandes créations :

Le featuring de Mohna en direct-live

Mohna rejoint Christian pour 4/5 morceaux. Pour info, cette dernière accompagne Christian Löffler sur ses projets depuis quasiment l’origine (avec d’ores et déjà une collaboration sur le très beau morceau Eleven en 2012) La voix douce et quasi-enfantine de l’Allemande nous fait entrer encore plus dans l’univers si particulier du DJ avec notamment les magnifiques compositions Like Water et surtout Haul (qui est un peu Mon coup de cœur de la rédaction). Le public s’enflamme d’ailleurs quand retentissent les premières notes du titre et cette ligne de basse enivrante, les yeux se ferment, décollage stratosphérique… (limite la p’tite larme à l’œil sur le moment). Je vous laisse découvrir la version live Haul par Christian Löffler, Mohna et un ensemble symphonique à Berlin en début d’année 2019 :

Je profite de la survenance d’iphone / samsung prenant des vidéos en non-stop dans mon champ visuel pour m’infiltrer dans les 3 premiers rangs devant la scène. Rapidement, je m’aperçois qu’une partie des auditeurs du soir ont créé une équipe « psychotropes & dents qui grince » en front de Christian Löffler… mais je pense que j’y gagne au change, ils sont à donf dans le live, plutôt joyeux et dansent frénétiquement… C’est mieux que de regarder le DJ/Producteur via le smartphone de quelqu’un d’autre.

Mohna nous remercie et refile en coulisse, l’originaire de Darß dirige alors son set sur des morceaux plus tranchants et plus bruts.

Un final renversant…

Un retour aux sources avec le morceau Beirut puis son dernier album Graal (Prologue) sont à l’honneur avec Ry et Bird :

A une minute de la fin du set, signe divin vous me direz, le macbook de Mohna (qu’elle avait laissé sur scène) tombe de son piédestal… Christian jette un œil inquiet, mais ne coupe pas pour autant son set, le final est magique comme l’ensemble de son set… et je vous avoue que je n’aurais pas misé un kopeck pour assister à un live d’une durée de 1h45 tout de même… Je suis aux anges, finalement épuisé (2h45 de set électro entre Fejká et Christian Löffler) et heureux.

Difficile de redescendre sur Terre, je file au merchandising et tombe sur Christian Löffler qui prend le temps pour de la dédicace. J’ai d’ailleurs la chance d’échanger quelques mots avec lui… et faire ma groupie :

Christian Löffler & un fan - Jonathan Lesage
Christian Löffler & un fan – Jonathan Lesage

En prime… un petit cadeau de Noël… 2020

A mi-décembre, Christian Löffler a mis en ligne un nouveau clip de sa dernière création Versailles :

Le dernier clip de Christian Löffler

Communication surtout annonciatrice de la sortie de son prochain album Lys, à paraître en mars 2020. J’ai eu la chance d’écouter l’album en avant-première… mon objectivité peut forcément être remise en cause… Malgré tout, c’est un album complet, puissant et toujours avec cette même dynamique propre à Christian Loffler. La continuité de l’album Graal (Prologue) semble logique, les partenariats avec Josephine Philip pour The End et bien entendu Mohna sur le titre Roth donnent une belle profondeur à ce très beau 12 titres.

Christian Löffler_AlbumCover_Lys
Christian Löffler Lys, à paraitre en mars 2020.

Vous allez devoir être patient pour découvrir Lys… du coup, cette conclusion d’article… c’est de la cruauté gratuite… juste pour vous mettre l’eau à la bouche!

Christian LöfflerFacebook SiteInstagram

FejkáFacebook Instagram

John O'Cube

Sous ses airs de traders aux combines maladroites, John est fasciné depuis son plus jeune âge par la musique. Brillant titulaire d'un fichier excel récapitulant l'ensemble des concerts vu depuis le début de sa vie étudiante, il cherche désormais la renommée en additionnant son record de présence en live devant Mogwai ou Deerhunter ou divers groupe folk, rock, pop, indé,... Malheureusement, malgré une énergie débordante, on le perd souvent à l'heure de l'électro... ne vous méprenez pas, il ne commence pas à rédiger des articles pour la firme Weirdsound, il est plutôt perdu au 5 ou 6ème rang d'un scène électro douteuse, lunette de soleil sur le nez car "l'électro s'écoute mieux avec des lunettes de soleil".

John O'Cube has 10 posts and counting. See all posts by John O'Cube

Avatar

Laisser un commentaire