Cat Power crédit photo mario sorrenti

Cat Power : Covers ou l’art de dé-re-construire avec brio

En Une Cat Power: crédit photo Mario Sorrenti

Cat Power sort, ce 14 Janvier, un album de reprises, le sobrement bien nommé Covers ! C’est son troisième exercice du genre en un peu plus de 20 ans. Elle retrouve le label Domino qu’elle a intégré pour son superbe Wanderer en 2018. Sur cet album, Chan Marshall aka Cat Power nous rappelle déjà encore qu’elle aime les reprises et les collaborations. Elle y reprend, en effet, Stay-de Rihanna- et invite Lana Del Rey pour un somptueux Woman. Aujourd’hui, Cat Power nous révèle tout son talent en déconstruisant et ré-imaginant aussi bien les titres de Nick Cave que The Pogues, en passant par Bob Seeger, Iggy Pop ou Jackson Browne.

Cat Power : des Covers occupant une place importante dans sa carrière

Cat Powers Covers édition de luxe avec un 45 t
Cat Powers l’album Covers édition deluxe avec un 45 t reprenant You Got Silver des Stones

Les Covers-reprises en français- ont occupé très vite une place importante dans la carrière de Cat Power depuis 25 ans. Elle a ainsi déjà réalisé The Covers Record en 2000 puis Jukebox en 2008. En 2000, ce sont autant les Stones que Dylan, Lou Reed ou Bill Callahan qui ont les faveurs de Cat Power. En 2008, elle reprend Hank Williams, Joni Mitchell, encore Dylan et déjà Nick Cave entre autres. Les chansons traditionnelles ne sont pas délaissées pour autant. Cat Power montre qu’elle peut aisément se les rapproprier. On trouve ainsi le très beau-bluesy- Lord, Help The Poor & Needy. A noter que Cat Power reprend parfois des titres qu’elle a déjà précédemment chantés. Ce dernier, emprunté à l’immense Jessie Mae Hemphill, figure sur Speaking For Trees, album dvd-cd sorti en 2004.

Ce troisième exercice de reprises est pourtant, sans doute, le plus réussi car le plus abouti de cette trilogie. Cat Power a peut-être mis plus de temps à se décider, à sélectionner avec plus de minutie les titres réarrangés. Cat Power sait nous surprendre par des interprétations originales où elle s’implique totalement. Pitchfork le résume bien en écrivant que Cat Power peut « réarranger une chanson d’un simple coup d’œil« . La chanson en est parfois totalement métamorphosée-je pense à White Mustang de Lana Del Rey.

Covers, un choix de reprises éclairé par Cat Power

Cat Power, en Live en Octobre, sur cette reprise de Frank Ocean

Bad Religion de Frank Ocean a l’honneur d’ouvrir cet album Covers. I’ll be seing you de Billie Holiday le clôture. Cat Power nous éclaire souvent sur ses choix motivant sa sélection. Ainsi, l’envie de reprendre Bad Religion est née, explique t-elle, après avoir, en tournée, interprété In Your Face-le 2ème titre de l’album Wanderer.  « Cette chanson me mettait à terre », admet Chan. « Alors j’ai commencé à extraire des paroles de ‘Bad Religion’ et à les chanter au lieu de devenir super déprimée. Lorsqu’il s’agit de faire de la musique, interpréter des reprises est une façon très agréable de faire quelque chose qui me semble naturel. »

L’album s’achève sur la belle et émouvante reprise du standard de Billie Holiday, I’ll Be Seing You. Ce choix lui a été inspiré par les récents décès au sein du cercle créatif proche de la chanteuse. On pense notamment à Philippe Zdar, décédé tragiquement en 2019. Il avait déjà mixé l’album Sun de Cat Power, en 2012. La chanteuse participe aussi à l’album Ibifornia de Cassius en 2016. « Lorsque des personnes que vous aimez vous ont été enlevées, il y a toujours une chanson qui garde leur souvenir dans votre esprit », explique Chan. « C’est une conversation avec ceux qui sont de l’autre côté, et c’est vraiment important pour moi d’aller à leur rencontre de cette façon. » 

The Pogues, la reprise préférée de Cat Power

Un titre joué en live dès 2012 lors des manifestations d’Occupy Wall Street

Après Bad Religion, Cat Power réinvente son propre titre Hate, extrait de The Greatest en 2006. La nouvelle version est ainsi rebaptisée Unhate! Pa Pa Power et sa belle guitare cristalline est une reprise des Dead Man’s Bones (2009). Après la version plus rock de White Mustang, vient la favorite de Cat Power. Il s’agit de A Pair Of Brown Eyes, un traditionnel irlandais popularisé par The Pogues au milieu des 80’S. L’orgue tremblotante-un mellotron?- et la voix de Cat Power font merveille. Un des sommets de l’album. Against The Wind de Bob Seeger renaît brillamment après 40 ans pour clôturer la première face du vinyle.

La 2ème face démarre avec The Endless Sea, titre d’Iggy Pop de 1979. On croisait d’ailleurs Iggy Pop sur l’album Sun en 2012. Rythme martial ponctué de riffs de guitare pour une de mes covers préférées. These Days, belle balade acoustique, est empruntée à Jackson Browne via Nico. Il n’a que 16 ans quand il la compose avant que Nico ne la chante en 1967. On recule encore un peu plus dans le temps avec la reprise du standard country de Kitty Wells. It Wasn’t God Who Made Honky Tonk Angels et ses guitares hawaïennes fut un énorme hit en…1952 !

I had A dream Joe -de Nick Cave– nous offre de belles notes de piano. Titre épuré, avec quelques variantes dans les lyrics, qui progressivement nous happe par son atmosphère presque anxiogène. Here Comes A regular est un emprunt à Paul Westerberg et ses Replacements. Ce titre est sur le Jukebox de Mona’s, un bar d’East Village que fréquente Chan Marshall. Elle a quitté Atlanta et le lycée pour New-York alors qu’elle a 20 ans. Version au piano, sans guitare, et mélancolique.

Epilogue: Cat Power, nostalgique et bien entourée

Nostalgie et émotion

Le dénominateur commun de toutes ces reprises est peut-être une certaine nostalgie qui s’en dégage ; mais celle ci se veut rassurante souvent et nous enveloppe comme dans un doux cocon. A noter, enfin, que Cat Power est toujours bien entourée musicalement. Une équipe qui a aussi maintenant l’habitude de l’accompagner ; Comme en 2008, on retrouve le multi instrumentiste Erik Paparazzi (aka Paparazzo). A ses côtés, 2 femmes : la française Adeline Jasso (guitare et basse) et l’américaine Alianna Kalaba (percus).

Ce sont eux que nous retrouverons sans doute, dans quelques mois. Après 2 annulations pour cause de Covid, une nouvelle tournée est programmée. Après Paris (salle Pleyel), entre Berlin et Stockholm, elle passera notamment par Nantes/Stereolux le 7 Juin. J’y serai évidemment !

A noter, enfin, pour ceux qui achèteront l’édition vinyle deluxe; Un 7″ avec la reprise du titre des Stones You Got The Silver

https://www.dominomusic.com/releases/cat-power/covers/exclusive-limited-lp

2 réflexions sur “Cat Power : Covers ou l’art de dé-re-construire avec brio”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page