Anna Calvi: « Hunter » album manifeste rouge!

Hunter - Le nouvel album de Anna Calvi (2018) Hunter - Le nouvel album de Anna Calvi (2018)

A 37 ans, Anna Calvi vient de sortir son 3ème album « Hunter » , 5 ans après « The Breath » et 7 ans après son 1er album éponyme.

Dans ce nouvel album, Anna Calvi s’affirme davantage, se libère, se posant comme féministe et porte parole LGBTQI à travers des textes introspectifs en gardant une énergie débordante! Rien à voir avec de l’opportunisme lié à l’air du temps (Chris est aussi dans le même type de « combat » sans opportunisme!). Anna Calvi est plutôt dans une voie de délivrance et sa voix libère sa parole. Anna Calvi déclarait d’ailleurs, il y a quelques semaines: « c’est un album Queer qui explore une sexualité subversive qui va plus loin que ce que l’on attend d’une femme dans une société patriarcale ». Sur Instagram elle avat aussi posté, juste avant la sortie de son album: « je crois que si nous étions autorisés à être quelque part au milieu, non poussés vers les extrèmes des performances masculines ou féminines, alors nous serions plus libres « .

 

Avec « Hunter« , Anna Calvi a sorti un album de rock pop féministe mais avec une énergie et une rage de guitare héroïne avec ses riffs souvent tranchants!

 

 

« As a man » ouvre l’album de belle manière …la voix d’Anna Calvi se fait alternativement douce et forte, reflétant le cocktail souvent subtil énergique et fragile à la fois caractérisant souvent notre chanteuse et cet album en particulier. Anna calvi murmure « If I was a man in all but my body, oh would I now onderstand you completely »..le ton est donné! Vient alors « Hunter », le titre éponyme qui vaut, à lui seul, déjà, l’achat de l’album. Il est accompagné d’une video, très réussie elle aussi: « The red light of the window », « the red light on the leather »..la couleur de l’album est donnée à l’image de la pochette et de mon vinyle…rouge bien sûr..alors qu’Anna Calvi crie « I wanted to survive ».

 

 

Le 3ème titre est en fait la 1ère video sortie /extrait de l’album « Don’t beat the girl out of my boy« . Le titre, très rythmé, voit Anna Calvi nous livrer un chant torturé. « Indies or paradise » nous entraîne dans un titre torride: les guitares hurlent tandis qu’Anna Calvi nous montre des vocalises étonnantes et un refrain addictif »I Want us in the air in Paradise ». Le calme revient avec le dernier titre de la face A, « Swimming pool », magnifique et presque dream pop avec vbraphone, cordes, mellotron (aux claviers c’est Adrian Utley…de Portishead) et l’on se laisse facilement emporter par les « Waves of desire »!

La face B s’ouvre avec « Alpha » aux guitares torturées, puis « Chain » qui démarre en trombe pour délivrer à nouveau un message explicite « Je serai le garçon, tu seras la fille..je serai la fille, tu seras le garçon »… »Chain me » vocifère Anna Calvi dans ce titre qu’aurait certainement affectionné Bowie, y compris musicalement parlant avec la guitare rageuse d’Anna Calvi. « Wish » me fait penser à Patti Smith dans sa partie rythmée avant un refrain superbe qui nous laisse planer « Cherie your eyes ». la tension retombe un peu avec les deux derniers titres, « Away » et « Eden », très cool et fonctionnant un peu en dyptique… »There is no time to lie » chante t-elle dans « Away » avant d’ajouter, à deux reprises, « I tell a lie » dans « Eden »! la voix et la guitare d’Anna Calvi font encore merveille.

Ce 3ème album d’Anna Calvi est, pour moi, le plus abouti et le plus réussi. Il s’impose déjà comme un disque indispensable de ma discothèque!

Ajoutons que l’album a été produit par Nick Launay (qui a aussi travaillé avec Killing Joke, Arcade Fire et surtout Nick Cave, lui même fan d’Anna Calvi) et qu’à la basse on trouve, justement, Martyn Casey…de The Bad Seeds.

Anna Calvi sera en concert cet automne et hiver: quelques dates parmi d’autres:

8 Octobre: Lille

9 Octobre: la Rochelle

10 Octobre: Nantes/Stereolux (complet)

25 Octobre: Bruxelles (Botanique)

8 Novembre: Praha(Lucerna)

18 Janvier: Berlin

29 janvier: Cenon/Bordeaux: le Rocher de palmer

30 Janvier: Paris (salle Pleyel)

7 Février: London (Roundhouse)

0