The Ramona Flowers, ou les Strangers de la pop-funk anglaise

The Ramona Flowers (2018)

 

The Ramona Flowers débarquent avec leur nouvel album Strangers et le moins qu’on puisse dire c’est qu’on est bluffé par les sons qu’ils proposent. Un bon mélange de funk et d’électro, porté par des moments pêchus et toniques et d’autres morceaux plus soft. Au final, on se laisse porter par des mélodies qui réveillent les sens et qui nous font nous demander pourquoi on les a pas écouté plus tôt!

The Ramona Flowers c’est un groupe de cinq anglais, à savoir Dave Betts (keys/guitar), Steve Birds (chanteur), Ed Gallimore (batteur), Sam James (guitar) et Waynes Jones (basses). Weirdsound.net a eu l’occasion de les rencontrer à Paris, pour parler de ce nouvel album, et pour faire connaissance avec ce jeune groupe qui compte bien partir à la conquête de l’Europe!

The Ramona Flowers
De gauche à droite : Wayne Jones, Dave Betts, Steve Birds, Sam James, Ed Gallimore.

 

W : Salut les gars bienvenus en France ça fait plaisir de vous avoir parmi nous ! Première qu’est-ce que vous pensez de paris ?

Ça fait déjà plusieurs fois qu’on vient à Paris, pour des petits concerts. C’est toujours sympa, y a des bonnes ondes et une bonne ambiance, on aime cette ville. La nourriture est bonne ! (Ils rigolent) aussi les petits déjeuner sont super !

W : Avez-vous eu l’occasion de faire un peu de tourisme ?

Oui lors de notre dernier passage, 5 jours après la tournée on avait un petit moment pour visiter. Mais sinon on est chacun venu séparément pour faire du tourisme, certains d’entre nous n’avait pas encore eu l’opportunité de découvrir la ville donc c’était une bonne occasion.

W : Pas trop inquiets avec le Brexit?

C’est une question assez difficile, dans un premier temps ça va surement réduire le tourisme chez nous. Ça prend des proportions énormes en tout cas…

W : Allez, première question, qu’est-ce qui vous a donné envie de sortir un nouvel album ?

On a pris le pli de sortir un album tous les deux ans, en alternant avec les tournées, en fait on n’arrête jamais vraiment d’écrire. En tout cas, on a senti qu’il était temps de sortir quelque chose, de proposer du neuf.

On écrivait surtout en se demandant qu’elle serait la prochaine étape ! on voulait ressortir un album alors on s’est dit « on se lance ! ». C’est surtout excitant et stimulant de se dire qu’on peut, ou qu’on doit faire mieux, que la fois d’avant. Et surtout on aime créer : on ne voulait pas se limiter on avait toujours envie de plus. Ce nouvel album est venu de manière assez naturelle c’était la suite logique des choses.

the-ramona-flowers - strangers

W : Pourquoi Strangers comme titre éponyme du disque ?

On n’a pas pensé à un titre en particulier, en fait c’est en terminant le morceau strangers qu’on s’est dit que ça devait être ça et pas autre chose. Ça évoque beaucoup de choses parce que d’une certaine manière on est tous un peu étranger les uns pour les autres. On peut avoir eu une relation particulière avec quelqu’un, pour se rendre compte ensuite qu’on ne la connait pas si bien : on pensait connaitre par cœur cette personne pour ensuite découvrir qu’elle nous est parfaitement étrangère.

W : S’il y avait un message particulier derrière cet album, lequel serait-ce ?

Achetez le (ils rigolent) !! L’esprit de cet album tourne autour des relations qu’on a avec de vieux amis ou de vieilles connaissances, de conserver ces relations et de retenir les bons points, dégager les moments marquants, et même les moments difficiles, par lesquels on a pu passer. Et d’une certaine manière ce message c’est ce qui nous a permis de créer le groupe et de le conserver.

W : Si vous deviez conseiller une personne qui vient d’apprendre la sortie de Strangers, quel morceau lui direz vous d’écouter en premier pour qu’elle se fasse une idée de qui vous êtes et de ce que vous composez ?

C’est assez difficile à dire… il y en a deux ou trois qu’on pourrait donner mais la meilleure serait surement Strangers, elle résume bien ce qu’on fait et donne le ton du groupe. Il y a aussi Numb Drunk c’est l’un de nos morceaux préférés, mais sans être en tête d’affiche de l’album. Et on espère justement que le public ne ratera pas un morceau qui passe un peu en dessous des radars.

W : Cet album sonne pas mal électro et funk. Est-ce que c’est un choix délibéré de votre part ou bien est-ce une simple question d’inspiration ?

On est très branché hip hop et funk. En fait en composant on finit par dériver sur des sonorités différentes. Souvent quand on fait un son on s’arrête plusieurs fois et on se dit « mmh, ça manque de groove, ça manque de peps, ça devrait plus être comme ça… ». Et ça aboutit sur la musique qu’on compose, à savoir un son qu’on a travaillé jusqu’à obtenir ce qui nous plait.

W : L’album est sorti il y a un mois maintenant, êtes-vous satisfait des premiers retours ?

On est plutôt contents, ça nous touche et ça nous boost de savoir que ça a plu, mais là encore ce n’est que le début donc on attend encore un peu avant de savoir ce que les gens ont pensé. Comme tout le monde, on était anxieux en sortant Strangers, on ne savait pas sur quel pied danser, on attendait la boule au ventre mais maintenant que c’est fait on est détendu, la pression retombe.

W : Est-ce qu’on peut s’attendre à une tournée en Europe ? Pourquoi pas en France ?

Ça vient d’être confirmé ! On sera en France en septembre. Pour l’occasion on viendra jouer à Paris. On adore cette ville on a vraiment hâte de commencer cette tournée !

W : Vous êtes un groupe de cinq personnes, comment se passe le travail de composition, arrivez-vous toujours à vous mettre d’accord ?

On règle ça aux poings (ils rigolent) ! Plus sérieusement, quand on doit écrire une chanson, généralement l’un d’entre nous vient avec une idée de base, on se retrouve tous et là le travail commence. On commence à chanter dessus pour voir sur quel air tourner le morceau et puis il y a un moment où l’un d’entre nous dit « hé ! ça sonne bien ! ». Du coup on reste sur ce qu’on vient de trouver et on le travaille de nouveau. Puis on continue à modifier certains détails, on ajoute de l’instru, on tente de chanter différemment…

Mais il arrive parfois que ça mette plus de temps, et ça peut être frustrant. On sait quand ça nous plait à tous, c’est généralement là que tout le monde est d’accord pour se lancer. C’est impératif pour débuter une chanson parce qu’on ne sera jamais productif en sachant qu’un gars de la bande n’aime pas, il ne sera pas dedans il aura plus de mal à apporter un plus au titre.

 

W : Combien de temps mettez vous pour écrire un son ?

Ça dépend vraiment, parfois ça se fait en un éclair, Strangers par exemple s’est écrit en un jour. D’autres chansons ont mis plus de temps et c’est assez fatiguant, on a l’impression d’être sous contrainte et ça casse un peu l’envie de continuer parce qu’on est face à un mur. On compose longtemps pour qu’au final on se rende compte que ça ne marche tout simplement pas. Il y a des chansons qu’on a imaginé en plusieurs semaines. Ghosts fait partie de ses morceaux sur lesquels on a passé un temps fou (un mois au moins).

W : Tout en conservant le groupe, est ce que vous avez déjà envisagé de faire carrière solo sans pour autant rompre avec les racines des Ramona Flowers ?

Ça serait marrant de voir ça ! Voir comment chacun se débrouille avec son propre talent. Mais on veut avant tout que notre groupe réussisse et se démarque, on fonctionne bien ensemble. Le moment n’est pas encore venu pour qu’on se sépare, on est au tout début de notre carrière en groupe on a encore tellement de chemin à parcourir. Mais en y repensant, si chacun partait en solo, nos sons n’auraient absolument rien à voir avec ce qu’on propose aujourd’hui.

W : Selon vous, qu’est ce qui fait la force de votre groupe, qu’est ce qui lui fait garder cette originalité ?

On adore tout simplement faire de la musique et on adore être un groupe, une vraie bande de potes. C’est avant tout sur ça que repose notre créativité, on veut avancer ensemble, comme un seul homme. On se fait une confiance aveugle quand il s’agit de réussir, c’est sans doute ce qui nous a motivé et poussé aussi loin.

W : Y a-t-il des artistes avec lesquels vous aimeriez collaborer ? Plus précisément des artistes français ?

Bonne question, il y en a tellement ! On adorerait travailler avec Allison Park, elle de la très bonne pop, on est fan de son style. Aussi avec des artistes de jazz, ça pourrait être intéressant. Et surtout Snoop Dogg (ils rigolent) ! Katy Perry ! Il y a un groupe d’artistes français dont on est complètement fan c’est M83, ça serait énorme de pouvoir bosser avec eux, ou encore Phoenix, on adore leur style !

 

LIENS :

Site officiel : http://www.theramonaflowersmusic.com/

Page facebook : https://www.facebook.com/theramonaflowersmusic/

Pour écouter Strangers : https://www.deezer.com/fr/album/57860162

 

0