Lords of Altamont - 1 Large

The Lords of Altamont : une leçon de pur Rock N Roll en live!

Le 06 mars dernier, The Lords Of Altamont étaient de passage sur la région nantaise pour une date unique ! Un évènement à ne pas manquer pour le fan de longue date que je suis. Grâce à un efficace travail de lobbying, j’ai réussi à embarquer dans l’affaire notre illustre Mr.Moonlight et Éric, le meilleur traducteur anglophone de l’équipe de weirdsound. Quelle équipe de choc : tremblez Rolling Stones. Je préciserai que toutes les photos de cet article sont l’oeuvre de votre dévoué serviteur : Let’s Rock N Roll!

Notre trio de hors loi constitué, nous avons enfilé nos vestes en cuir et chaussé nos santiags avant de prendre la direction de l’Ak Shelter à Saint Herblain. Une rapide chevauchée en Harley Davidson (bon ok…nous étions en Renault Modus…) nous amène à bon port.  Nous avons juste le temps de rentrer dans la salle et de nous envoyer une bière avant de découvrir la première partie.

Une bonne « Experience » en guise de première partie

Cette première partie est assurée par un homme en solo sur scène, le dénommé Piero Quintana (qui a déjà un beau CV à son actif!) et son projet Quintana Dead Blues eXperience. Le type a du cran (je n’oserai pas utiliser une définition plus imagée) pour faire face à un auditoire « les yeux dans les yeux ». Je précise que le concert commence tôt : 17H. Une habitude anglaise plutôt bienvenue pour un dimanche soir, synonyme de retour à la maison pour une heure décente ! Je sais, ce n’est pas une attitude très rock, mais que voulez-vous, papy aime bien son petit confort.

Revenons-en à Quintana. Il a du courage, je l’ai déjà dit. Mais en plus, il a du talent. L’exercice de la première partie peut parfois s’avérer être ingrat (pouvant aller jusqu’à l’humiliation…je me souviens de la première partie de QOTSA à Bercy…) et pourtant il assure. Piero Quintana nous embarque dans son univers de compositions rock très bluesy, et nous passons un bon moment en sa compagnie. La salle se réchauffe, et les premiers rangs se resserrent. Il arrêtera sa performance sur une sympathique reprise de I Wanna Be Your Dog. Les applaudissements fusent et c’est justifié, c’est clairement du bon boulot ! Je lui souhaite de se faire connaitre à un plus large public, le gars le mérite.

Petite pause le temps de procéder à un rapide enlèvement du matériel de Piero Quintana, et voilà qu’arrivent les Lords Of Altamont ! Entre temps la salle s’est bien remplie, nous devons être dans les 150/200 personnes. Cela doit être mon quatrième concert des Lords Of Altamont, groupe que j’ai découvert il y a environ 6 ans. Je pense que ce sont d’ailleurs les lives qui ont provoqué mon attachement pour le groupe, Jake Cavaliere et son crew assurant toujours le spectacle.

The Lords Of Altamont : le Rock N Roll comme religion!

Comment présenter The Lords Of Altamont ? Un rock garage marié avec des influences psyché, une ambition simple et sincère : Faire du bon rock qui sonne old school et qui ravira les fans des années 70’s. On précisera que les compositions des Lords sont très largement inspirées des Stooges et du MC5 : Le nom du groupe le laisse supposer, nous ne sommes pas chez les hippies à poils et joueurs de tambourins !

La formation existe depuis 1999, elle gravite autour de son chanteur et parolier, le singulier Jake Cavaliere. Élevé dans la plus pure tradition « biker », Jake a commencé la musique alors qu’il était au lycée à San Diego en Californie. Il a plaqué les études supérieures pour se consacrer pleinement à sa passion, devenant roadie, mais aussi tourneur pour des groupes. Parmi eux on citera les légendaires Cramps dont Jake a été le manager pendant dix ans.

A la création du groupe, les Lords reprennent logiquement l’iconographie des motards américains, chaque membre adoptant un surnom, comme il est coutume dans les clubs de bikers. En plus de vingt ans de carrière, de nombreux musiciens ont contribué au projet. Pour vous citer le line up actuel, nous avons : Jake « The Preacher » Cavaliere (chanteur, parolier et organiste), Rob « Garbage man » Zim (bassite), Dani « Dani Sin » Sindaco (guitare) et Barry Van Esbroek (batterie).

Depuis leur démarrage, les albums se suivent et se ressemblent, ce n’est pas leur faire offense que de le dire. Les Lords restent ancrés dans leur univers en reprenant les codes essentiels du punk et du garage rock, et en bons artisans, ils font les choses bien.

Rendus à sept albums, le gang déroule sa musique de manière imperturbable sans se soucier des modes en vigueur et des commentateurs. Pour ma part, chaque nouvelle sortie des Lords est la promesse d’une virée musicale (à défaut de faire de la moto) entre copains : On sait déjà tout du programme mais on prend la route avec plaisir.

Fait intéressant, la France est un des pays de coeur des Lords Of Altamont, le groupe y ayant acquis une notoriété certaine. Leurs tournées présentent en général plusieurs dates dans l’Hexagone, celle de 2022 ne faisant pas exception à la règle.

La petite salle de l’AK Shelter se révèle parfaite pour un concert des Lords : Les premiers rangs sont collés à la scène et la proximité avec le public permet à Jake de proposer des cours d’orgue gratis (voir photo en une et un peu plus bas). L’ambiance est vraiment cool, détendue et familiale (j’ai cru apercevoir quelques enfants avec des casques de protection auditive). Le groupe va jouer pendant un peu plus d’une heure en piochant aux quatre coins de leur discographie.

Pour les amateurs de setlist, j’ai pris quelques notes. Comme à leur habitude, ils démarrent sur I Said Hey (un titre de 2017 présent sur l’album The Wild Sounds Of The Lords Of Altamont) avant d’enchainer avec Death On The Highway, autre « classique » et morceau efficace du groupe. Pour mon grand plaisir, ils joueront ensuite Living With The Squares, un titre de leur dernier album en date, Tune In, Turn On, Electrify! Un excellent choix tiré d’un bon disque (chroniqué par votre serviteur par ailleurs). Showman vétéran, Jake ne cesse de tendre son orgue aux spectateurs des premiers rangs, il se livre aussi à un périlleux exercice d’escalade (l’épreuve d’escalade d’orgue est elle reconnue aux J.O?).

L’AK Shelter s’est bien réchauffé, ça se trémousse et ça danse. Très détendus les membres du groupe prennent le temps de plaisanter avec le public. Autres morceaux du dernier album, Million Watts Electrified, We’ll Never Leave (This World Alive) et surtout Levitation Mind! Ce dernier est sans conteste le titre que je préfère du disque de 2021 (et sans doute un des meilleurs des Lords Of Altamont à ce jour).

Je reconnaitrai ensuite Burn Me Out, et The 7th Day, un vieux morceau qui date des débuts du groupe (2002 sur l’album To Hell With The Lords of Altamont). Le temps file, nous sommes déjà rendus à une heure de musique. Le groupe quitte une première fois la scène, disparaissant en backstage quelques instants avant de revenir pour le rappel. Le concert se termine devant un public conquis! Mr Moonlight fera une petite pause au merchandising pour acquérir le dernier album des Lords : Assurément une bonne idée!

Jake Cavaliere - Mars 2022

Bilan des courses ? Nous avons passé une très bonne soirée. Un concert brut de décoffrage, du rock à l’état pur, un groupe qui ne boude pas son plaisir et qui se donne à fond : « Job is done ! » Une fois de plus Les Lords Of Altamont sont fidèles à leur réputation de bêtes de scène. A titre personnel, leur musique, sans être la plus recherchée qui soit, me touche par sa sincérité et sa générosité. Si je devais définir ce que j’appelle le Rock N Roll, en voilà un bon exemple ! Je connais un paquet de groupes se rêvant rockstar et qui pourraient en prendre quelques leçons.

Si vous ne l’avez pas déjà écouté, tendez l’oreille au dernier album en date du groupe, Tune In, Turn On, Electrify! que j’avais chroniqué sur le site. Par ailleurs The Lords Of Altamont sont en tournée européenne : une occasion de les voir peut-être ?

Liens :

Pour suivre The Lords Of Altamont

Mais aussi Piero Quintana

et aller donc boire une bière à l’Ak Shelter!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page