Iggy Pop: meilleur album depuis…..39 ans!

Iggy Pop, l’iguane des Stooges approche des 70 ans….j’avoue que je n’en attendais plus grand-chose !

Pourtant c’était un son que j’affectionnais, quand, très jeune, j’écoutais le premier album des Stooges (sorti en 1969) avec notamment un titre exceptionnel que j’adorais « I wanna be your dog ».

Ce titre, repris depuis par des dizaines d’artistes, de Bowie à …Emilie Simon, en passant par les Sex Pistols ou Sonic Youth , fait d’ailleurs toujours partie des quelques morceaux préférés d’Iggy Pop et dont il dit que c’est la chanson qui le définit le mieux. Au-delà des paroles polémiques, la mélodie était parfaite et le piano entêtant de John Cale (producteur aussi du disque !) pouvait aussi nous faire imaginer qu’il s’agissait d’un morceau du Velvet Underground.

WP_20160405_18_27_19_ProIggy Pop (en 1972) entre Bowie et Lou Reed.

Puis Iggy pop et les Stooges se déchirèrent avant que Bowie ne les ressuscite en aidant une 1ère fois Iggy à sortir du pétrin avec l’album « Ray power », en 1973, (comprenant notamment le titre « Search and destroy »).

Et puis il y eut le deuxième repêchage d’Iggy par son ami Bowie qui découvrit une loque à los Angeles en 1976…Bowie emmène alors Iggy Pop à Berlin et tout en préparant ses 2 albums Low et Heroes (sortis en 1977), ils composent ensemble les deux albums lumineux d’Iggy Pop, sortis eux aussi en 1977 : « The Idiot », enregistré comme Low de Bowie, au château d’Hérouville près de Paris, sorti en Avril puis « Lust for life »sorti en Septembre 1977. Sur « The idiot », on trouve notamment « Nightclubbing » , repris ensuite par Grace Jones et « China girl » dont Bowie fera un tube en 1983 (album « Let’s dance »).

 

Sur « Lust for life », on trouve « Tonight », lui aussi sur l’album de Bowie en 1983, «The passenger », très beau morceau dédié à Jim Morisson et « Lust for life » que l’on retrouvera sur la B.O de « Transpotting ».

 Video rare d’Iggy Pop en 1977 : »The passenger »

 

L’année 1977, en pleine vague punk naissante (avec les Damned, les Sex pistols et les Ramones), fut particulièrement riche quant au nombre d’excellents albums produits et notamment pour nos deux complices Iggy et David : on les retrouva d’ailleurs ensemble pour une tournée d’une vingtaine de dates entre Mars et Avril 1977 pour promouvoir « The Idiot »…..quelques enregistrements existent comme le concert de Cleveland, celui de Chicago (aux studios Mantra) le 28 mars , sorti en cd il y a deux semaines et en vinyle édition limitée lors du disquaire day 2015.

 

WP_20160405_18_26_37_ProIggy Pop et Bowie (au piano) /Masonic Auditorium Detroit:Mars 1977.

 

Puis vint une longue éclipse pour moi où les écoutes furtives des albums d’Iggy me laissaient froid et indifférent.

En ce début d’année 2016, marqué évidemment par la disparition de Bowie, un regain d’intérêt pour Iggy Pop se manifesta lorsque je tombais sur « Gardenia » (2ème titre de l’album « Post pop depression »sorti le 18 mars). Je songeais immédiatement à Bowie !!à juste titre puisque Iggy Pop le revendique aussi : il avait envoyé une ébauche de texte (Gardenia, une fille « chaude et dangereuse » avec qui Iggy avait eu une liaison) à Joshua Homme. Joshua Homme (né à Joshua en Californie et de 24 ans le cadet d’Iggy) avait fondé Kyuss puis Queens of the stone age(en 1997) puis co fondé Eagles of death metal (en 1998) et avait multiplié les expériences musicales (y compris avec Nosfell !).

Afficher l'image d'origine
Joshua Homme et Iggy Pop.

 

J.Homme trouva la bonne mélodie pour « Gardenia » et Iggy Pop avoue :  « cela sonnait vraiment comme du Bowie » et qu’il allait chanter ce titre « comme Golden years » de Bowie (sur Station to station, album de 1976). Iggy Pop ajoute aussi que la façon dont ils ont travaillé et réalisé l’album ressemble à « la façon dont nous travaillions à l’époque de Bowie ». Il faut dire que Josh Homme est aussi obsédé et fasciné depuis son enfance par les deux albums d’Iggy réalisés en 1977 avec Bowie !

Certains évoquent même des ressemblances entre « Sunday »(sur Post pop depression) et « Sixteen » (sur Lust for life). Dans « chocolate drops », Iggy chante « quand on touche le fond, on est proche du sommet »…..Iggy Pop est conscient d’avoir trouvé en Josh Homme l’homme providentiel qui le ressuscite une 3ème fois : un collaborateur rêvé qui a su le stimuler tandis qu’une confiance absolue s’établissait « sans rivalité ni jalousie ».

Concert à Austin/Texas: Mars 2016

 

Ainsi, ce dernier album d’Iggy Pop, qu’il a voulu « artisanal » et « dans un esprit jazz » (tiens, encore une influence bowienne ??) est une véritable résurrection dans laquelle il ne faut pas oublier les deux autres compères musiciens : Dean Fertitia, lui aussi des Queens of the stone age et Matt Helder, batteur des Artic Monkeys. (A ce sujet, je signale aussi le 2ème magnifique opus d’Alex Turner , chanteur des Artic Monkeys, avec Miles Kane au sein  de » The last shadow puppets » 8 ans après leur 1ère collaboration).

La chanson « Paraguay » qui clôt l’album évoque une envie de tout quitter. Iggy dépressif, sentant la vieillesse arriver ??? Cette chanson lui est venue, en fait, il y a déjà plusieurs années, dans sa petite maison de Floride. : en pleine tournée des Stooges (qui étaient reformés depuis 2003), Iggy se sentait fatigué…Il avait envie de disparaître « en rêve »et « peut-être pas qu’en rêve ». Cette chanson douce, mélancolique, Iggy Pop disait qu’il la ressentait profondément.

En cette année 2016, les occasions seront rares de voir Iggy Pop en France…..le 15 mai au Grand Rex à Paris, le 29 juillet à Saint Nazaire ( !!) et le 28 août au festival Rock en Seine.

Sur scène, la set list devrait être organisée autour de « The idiot », « Lust for life » et « Post pop depression », le dernier album….Joshua Homme, géant d’1m94, avait le sourire d’un gamin en proposant à Iggy de refaire sur scène « Success » de « Lust for life »!!.

Des concerts qui devraient ravir les anciens et les nouveaux fans…

 

0