Geezer, groove is in the heart!

Temps de lecture : 4 minutes

Rien ne s’Hérode (vieux comme), tout se recycle

Geezer, c’est certes le surnom du bassiste de Black Sabbath, Terrence Buttler. Mais c’est aussi un terme péjoratif pour désigner un “old timer”, un “ieuv”. C’est également le nom d’un projet solo du même personnage, G//z/r, ou aussi Geezer. Mais comme le terme n’est pas exclusivement la propriété du bonhomme et qu’il évoque à la fois la légende des papys du stoner et un individu d’âge respectable, c’est également le nom que s’est choisi ce trio de New-York. Soit : Pat Harrington (guitare/chant), Richie Touseull (basse) et Steve Markota (batterie). Ce dernier, plus récemment arrivé, semble avoir eu une influence positive sur l’évolution musicale du trio. Ils ont signé sur le label stoner par excellence, Heavy Psych Sounds Records et enregistré l’album à Darkworld Studio comme ce fut le cas de leur précédent E.P., Spiral Fires. Une nouvelle fois, l’enregistrement et le mixage ont été confiés à Matthew Cullen (Black Lips, Lana Del Rey, Sean Lennon). Pour la première fois, le groupe est entré en studio avec un concept complet, de la pochette aux arrangements.

“The album title, stylization, even the basic idea for the artwork were all established before all the songs were written.”

Geezer

Du groove qui vous sourit!

Ça commence un peu comme un titre de Fu manchu, chant scandé plus que chanté, riff syncopé, fuzz à mort, cloche marquant lourdement les temps. Dig, qui ouvre ce quatrième album des newyorkais, condense à lui seul l’esprit de ce Groovy. On y retrouve donc logiquement les similitudes avec les potes du stoner/psyché, tel les jams enfumés de Wo Fat et bien sûr ce groove imparable dans la lignée des meilleurs titres d’un Brant Bjork ou de Nebula—également sur le label Heavy Psych Sounds. Mais si Dig ouvre cet album dans une direction, les sept titres qui s’enchainent ensuite font preuve d’une grande diversité. Les suites de thèmes et riffs groovy sonnent comme des jams bien huilés. En effet, une bonne partie des morceaux de Groovy a été élaborée à différentes périodes et bien rodée en live depuis. Ce qui tranche avec des titres plus structurés, plus récents, où l’influence du nouveau batteur, moins porté sur l’improvisation, se fait sentir. De l’aveu même du groupe, cela leur à permis d’acquérir une plus grande rigueur dans l’écriture. D’autre part, en rassemblant le matériel pour l’album, ils se sont aperçus que les morceaux pré existants étaient moins heavy et beaucoup plus groovy. Ils se sont alors attelés à composer des morceaux dans cette même veine afin de redonner une plus grande cohésion à l’ensemble.

Atlas Electra a un petit quelque chose du Loner de Neil Young accompagné de son Crazy Horse, une couleur dans le riff qui rappelle que les racines de ce style plongent aussi dans la musique des années 70. Le chant s’éloigne un peu, se noie dans un feedback et une réverb brumeuse qui donne cette étrange impression d’entendre la voix des esprits, ou de mal digérer les champignons cueillis dans le champs à côté, ceux qui entourent la grenouille sur la pochette.

Un feelgood album gavé d’heavy blues

Pat Harrington admet que certains textes de ce Groovy sont des références directes à des évènements personnels. Mais toujours est-il que le Dig d’ouverture apparait comme ce qui semble être une charge subtile contre les ravages du capitalisme vorace et destructeur ainsi qu’un appel à vivre plus intensément l’instant présent. Après l’enregistrement qui s’est déroulé sur deux jours et dont les prises ont été essentiellement live, le groupe a cherché à adoucir certains thèmes un peu trop syncopés, comme celui d’Awake ou sur le titre éponyme de l’album. Ils ont demandé à Jeff Mercel (Mecury Rev) d’ajouter des nappes de B3. Sont venus également attendrir le terrain, quelques accords de guitare acoustique (Slide Mountain, bien planant) ainsi qu’un panel de percussions diverses.

Le résultat est un ensemble de titres au rythme certes lourd, mais au groove tellement prenant et à l’ambiance psychédélique si forte, qu’on y entre avec bonheur. On suit le chemin de cette mystery machine (scooby-doo-beedoo!) colorée de la pochette comme dans un rêve enfumé et certains titres, comme Slide Moutain ou Black Owl et sa montée de guitare gavée d’effets, nous font bien planer, et ce, sans aucun recours à des psychotropes quelconques! Attention, pas question de s’endormir. Les titres sont entrainants et dégagent une bonne énergie (qui a dit Good Vibration?). Les variations de tempo et les breaks tiennent l’attention tout du long, même durant les neuf minutes et quelque de Black Owl.

“The song is a response to the craziness of our modern world. When feeling overwhelmed, be groovy. Be groovy to yourself; be groovy to others. Instead of letting things get you down, let the groove build you up. If we want to save ourselves, we gotta groove! Now more than ever.”

“Le morceau est une réponse à la folie de notre monde moderne. Quand tu te sens dépassé, sois groovy. Sois groovy envers toi-même, envers les autres. Au lieu de te laisser abattre, laisse le groove te soutenir. Si nous voulons nous sauver de nous même, nous devons groover! Maintenant plus que jamais!”

Geezer

Trouver la voie

En se penchant sur les autres productions de Geezer et en lisant les précédentes chroniques les concernant, on s’aperçoit que le groupe a fait un bon bout de chemin avant de trouver cette apparence de sérénité musicale qui ressort de Groovy. Le trio a réussi à se frayer une voie, un chemin musical et spirituel personnel au sein de la nébuleuse stoner où beaucoup de groupes se copient les uns les autres. L’identité d’un groupe n’est d’ailleurs pas toujours chose évidente à constituer ; tout comme un être humain se construit au fil des expériences, acquiert maturité et assurance, affirme ses opinions et ses objectifs, Geezer a réussi à se bâtir un son et une unité indéniable. Les trois piliers revendiqués des musiciens newyorkais sont : heavy, trippy and groovy. Lourd, trippant et groove. Je pense qu’on y est.

J’avoue humblement découvrir Geezer avec cet album, mais plus je l’écoute, plus il me séduit. Sans prétention, tranquille et sur de lui, il s’impose au fur et à mesure des écoutes et tend à devenir un classique dans ma playlist. Que je lise, travaille ou me repose, il commence à m’accompagner comme un des albums qui risque bien de figurer dans mon top dix à la fin de cette année.

Groovy est sorti ce 29 mai chez Heavy Psych Sounds Records

Liens :

https://www.facebook.com/geezerNY/

https://geezertown.bandcamp.com/

https://www.heavypsychsounds.com/epk/hps131GZGV/

Mr Moonlight

Entremetteur! Non, pas celui qui concocte des entremets, mais bien un passeur. C'est cela Mr Moonlight, un amoureux de la musique sous toutes ses formes : du métal le plus extrême à l'électronica la plus douce. Pour vous servir

Avatar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *