Franz Ferdinand: « Always Ascending » signe leur nouveau brillant départ!

J’étais fan de Franz Ferdinand dès leurs débuts discographiques, en 2004 , mon ami tchèque-allemand Lubos, qui était leur  » parrain » commercial m’ayant donné plusieurs cd et vantant leur talent! je les avais vus en concert dès 2004 (avec The Kills en 1ère partie). J’avais ensuite aimé les 2ème et 3ème album (« Tonight » en 2009 ), tout en restant un peu sur ma faim et les avait oubliés ensuite….Puis était venu le très bon album F.F.S (en 2015) , collaboration très réussie de Franz Ferdinand et de Sparks…je recommençais alors à espérer un retour de l’archiduc… écossais!

WP_20180228_15_49_35_Pro

Le nouvel album aux côtés de mes souvenirs de 2004/2005! / Photo Benoît/

Le vrai bon retour de Franz Ferdinand est donc ce 5ème album, « Always Ascending« , paru le 9 Février (comme Son Lux, le jour de my birthday!). Un disque marqué par un peu plus d’électro et la patte de Philippe Cerboneschi aka Zdar, la moitié du duo de la « French touch » Cassius, par ailleurs producteur de Phoenix ou de The Rapture. Zdar a apporté surtout au groupe « l’émotion » (celle qui doit être procurée aussi au public) selon Alex Krapanos, leader-chanteur, dans un album qui devait marquer « un nouveau départ », notamment après celui du guitariste Nick McCarthy , pour raisons familiales louables! McCarthy a été remplacé par Julian Corrie (claviers/guitare) pour cet album de Franz Ferdinand qui a été rejoint depuis par un autre guitariste , Dino Barbot, que le public peut rencontrer dans la nouvelle tournée.

franzferdinand

De gauche à droite: B. Hardy/A.Krapanos/P.Thomson/ J.Corrie/D.Barbot= F.F 2018!

Philippe Zdar a sans doute surtout apporté des influences dance-music mais n’a pas dénaturé pour autant la musique et le style Franz Ferdinand: beaucoup de titres sonnent vraiment F.F (comme « Lazy Boy« ) mais avec souvent ce petit (gros?) plus qui mélange rock et dance music (ex « Feel the love go« ) pour notre plus grand plaisir! On peut évoquer l’influence de Bowie « qui est toujours dans nos veines« , déclarait, aux « Inrocks », début février, Alex Kapranos ..qui adore/ait aussi The Talking Heads.

Le titre d’ouverture « Always Ascending » , excellent, donne bien la tonalité globale de l’album: Franz Ferdinand, plein d’énergie et de groove, va nous régaler tout au long des 10 titres, en poussant plus ou moins les synthés. « Lazy Boy« , aux paroles très simples, est un morceau composé, au lit, par un Alex Kapranos gros bosseur mais qui sait apprécier les bons moments de paresse!. « Paper cages » est un petit bijou pop/rock au refrain sous forme d’hymne « Step out/step out of our cages, we’re living our lives in paper cages ». Après « Finally » où Alex Kapranos se réjouit d’être bien…avec des gens comme lui(!), vient un de mes titres préférés « The Academy award« , commençant sur un tempo lent , magnifique….clavier/guitare et voix crooneuse d’Alex et comportant des harmonies vocales très réussies (souvent présentes sur ce nouvel album) .

« Lois Lane » débute la face B du vinyle sur un rythme à nouveau très dance et plaisant même si le thème mêle optimisme et cynisme sur la profession de journaliste. « Huck and Jim » est un titre original, au chant mi-scandé qui permet à Alex K. de critiquer le démantèlement des systèmes de santé publique des USA et du R.U (« allez en Amérique et dites leur ce qui se passe avec le NHS« / service de santé publique en Angleterre) mais aussi certains profiteurs du système….

« Glimse of love » renoue avec une rythmique dance mais aussi très F.F….et comme « Feel the love go » avec sa basse ronflante dance disco et au final au saxo sont des purs représentants du nouveau F.F estampillé Philippe Zdar. « Slow Don’t kill me slow » conclut l’album d’une manière superbe, dans la mélodie, les harmonies vocales et le final instrumental mi symphonique mi électro…..une pure merveille!

Le titre « Demagogue » , écrit dans une tructure à 9 temps, inspiré de la musique de l’héritage paternel grec , composé et mis en ligne en 4 jours, dans l’urgence de l’automne 2016 où Trump allait gagner les élections U.S a, finalement, été écarté de l’album, sans doute car il correspondait à un moment précis de l’angoisse du groupe.

Rock et Dance Music pour un album plein d’énergie et des Live qui promettent!

Un album de Franz Ferdinand qui nous/me réconcilie avec le groupe ; la voix d’Alex Kapranos n’a jamais été aussi séduisante , faisant preuve d’une grande souplesse. Paul Thomson(à la batterie), Bob Hardy (à la basse), et Julian Corrie (guitare/claviers) assurent une rythmique donnant souvent envie de danser et de profiter de la vie!

Franz Ferdinand seront notamment à Rennes le 23 Mars.

22780478_10155128965422549_6864536692306472865_n

0