Fin de la route pour Mark “The Shark” Shelton

Guitariste compositeur et producteur de Manilla Road, Mark Shelton Guitariste compositeur et producteur de Manilla Road, Mark Shelton

Dernier membre fondateur du groupe d’Epic-metal Manilla Road, Mark Shelton est décédé subitement ce 27 juillet. Le nom du guitariste/chanteur ainsi que la musique du groupe sont peut-être assez peu connus du grand public, mais les fans de métal savent ce que ce genre doit au combo de Wichita, Kansas, qui fit ses premières armes au début des années 80.

Influencé par Jimi Hendrix ou encore Black Sabbath, Deep Purple, Uriah Heep, Pink Floyd, Rush, ou UFO, Mark Shelton fonde Manilla Road en 1977 avec des amis de lycée.

Ben Murkis, notre premier batteur, et moi étions en train de regarder Monty Python’s Flying Circus sur une petite télé noir et blanc dans sa cuisine en buvant des bières. Dans notre esprit embrumé, nous sommes sortis avec ce nom, Manilla Road, en se disant que cela évoquait la route de la lumière. Je ne sais pas pourquoi, nous nous sommes accrochés à ça, mais c’est resté et c’est devenu le nom du groupe.

http://www.psychedelicbabymag.com/2011/06/manilla-road-interview-with-mark.html

Le groupe produit deux albums qui sortent sur leur propre label, Roadster Records, et un autre, qui ne sortira qu’en 2002, puis après un changement de line-up avec l’arrivée d’un batteur plus “trash metal”, Crystal Logic en 1983.

C’est avec cet album que je découvre le groupe et son univers constitué d’un mélange de mythologies nordiques, de légendes arthuriennes et de références à Edgar Alan Poe, Lovecraft ou Tolkien… Pour un pré-ado, j’ai onze ou douze ans à l’époque—quel est l’âge du capitaine?—qui est déjà plongé dans ces univers fantastiques, qui explore l’heroic-fantasy, le groupe est exactement ce que je cherche. De longs morceaux évoquant des chevauchées, des quêtes, des combats de monstres, avec des envolées lyriques, de longs ponts mélodiques et ce côté un peu trash-metal (déconnons pas, on en est qu’au début, Metallica va sortir Kill ’em All la même année). Mark Shelton va continuer quasiment non-stop l’aventure Manilla Road, avec quand même  une pause de dix ans et des changements de line-up, mais en gardant une constance d’écriture et un style très personnel, alliant rock progressif, heavy metal, ballades rocks. Des albums qui suivront Crystal Logic, on pourra retenir les formidables Open The Gates et The Deluge. Et malgré une production assez mauvaise, l’album Mystification renferme quelques pépites.

Je ne me suis jamais senti trop vieux pour jouer du métal, Et je le ferais jusqu’à ma mort!

C’est justement cette production qui a toujours été, à mon avis, le talon d’Achille du groupe. Bien que le son caractéristique des productions soit une marque de reconnaissance du groupe avec la voix nasillarde très typée de Mark Shelton, puis après 2001 celle de Bryan « Hellroadie » Patrick, le manque d’ampleur et d’épaisseur des enregistrements ne permettront pas à la musique du guitariste de prendre toute sa dimension.

Circus Maximus aurait du être un projet solo de Mark Shelton. Il sortira pourtant comme un album du groupe. On y ressent plus fortement les influences prog du guitariste.

Prolifique, il ne cessera d’écrire et produire des albums jusqu’au très bon Mysterium en 2013 qui sera suivi de deux derniers et non moins appréciables albums, The Blessed Curse et To Kill A King en 2017.

Mark Shelton est décédé en Allemagne, pays qui a grandement contribué au succès du groupe, après un concert lors d’un festival. Il avait 60 ans.

Que les portes du Vahalla s’ouvrent pour accueillir ce guerrier du métal mort au combat! Rest In Peace, Mark Shelton.

Liens :

http://www.manillaroad.net/

Très bonne interview (en anglais) :

http://www.psychedelicbabymag.com/2011/06/manilla-road-interview-with-mark.html