Editors : un nouveau départ avec « Violence » (Album et tournée!)

Le 6ème album d’Editors, « Violence« , va paraître, en fin de semaine (le 9 Mars), chez le label Pias, 3 ans après « In dream » …Sixième album après 15 ans d’existence, même si le nom d’Editors ne fut adopté qu’à l’automne 2004, on ne peut dire que le groupe produise des albums à la chaîne!

file3

J’ai découvert Editors dès leur 1er album, « The Back Room » en 2005 mais j’ai préféré leur 2ème « An End Has a start« , sorti en Juin 2007 , alors que je voyais Editors en Novembre 2007, dans notre salle nantaise mythique, L’Olympic, qui vivait sa dernière saison. J’aimais beaucoup cet album (qui restait mon préféré jusqu’alors), et la voix de Tom Smith qui , à la fois sombre, douce et caverneuse, me paraissait souvent assez proche de celle de Paul Banks (d’Interpol), groupe que j’affectionnais et avais vu aussi dans la même période. En 2009, j’avais acheté aussi leur 3ème album, »In This light and on this evening« , marqué par plus de synthés….

J’avoue avoir été moins séduit par les deux opus suivants, les écoutant, du coup, plus distraitement….Entre temps, Editors avait connu un remaniement dans la mesure où, au moment de la préparation du 4ème album, en 2012, le guitariste (au jeu caractéristique) Chris Urbanowicz avait quitté le groupe, remplacé par Justin Lockey  et complété aux claviers par Elliot  Williams.

35689587212_69aed24131_o

Tom Smith/ Editors/ Festival de Beauregard/08 Juillet 2017/ photo weirdsound

Lors de l’été 2017, à la faveur de plusieurs festivals, Les « Eurockéennes » de Belfort et Beauregard/Hérouville en France, nous avons déjà pu entendre 3 des titres de l’album qui se préparait… « cold« , « Hallelujah(so low) » et « Magazine« , des titres sonnant rock et laissant présager d’un nouveau départ qui suscitait, évidemment, un regain de curiosité. Il a fallu attendre Janvier pour que la 1ère video d’un titre « Magazine » fasse son apparition puis, il y a 10 jours, le titre « Hallelujah(so low) ». Ces Clips video sont, une nouvelle fois, l’oeuvre de Rahi Rezvani.

Pour cet album, et contrairement au précédent « In Dream« , auto-produit après une longue retraite écossaise, le groupe a fait appel à Leo Abrahams (Florence and The Machine, Wild Beast) et à Blank Mass, qui vient de la scène électro et cela se sent , notamment sur un titre comme « Violence » qui peut faire un malheur sur les Dance Floor!

« Cold » ouvre de belle façon l’album….il y presque du U2 (hum…) dans le style de Tom Smith, même s’il a toujours revendiqué R.E.M comme groupe favori!Un titre où la voix de Tom Smith (qui fait preuve d’une grande souplesse) s’affirme d’emblée pour nous charmer les oreilles même si c’est pour évoquer la solitude après une séparation. « Hallelujah-so low) » démarre dans la douceur guitare/claviers et voix de Tom Smith prolongée par des chorus/synthés puis le titre explose après la 1ère minute, révélant un rythme pêchu pouvant rappeler les influences/goûts plus métal(lica) de 3 membres du groupe avec quelques riffs plus lourds.

Le 3ème  titre « Violence » ‘le plus long de l’album) est bâti sur une structure, là aussi, progressive et est prêt à nous faire danser, (surtout les deux dernières minutes!)même si le groupe y déplore la violence du monde moderne. « Darkness at the door » reflète d’ailleurs l’ambiance qui a prévalu à la réalisation du disque, morosité pour ne pas dire angoisse face à l’évolution du monde. Dans une ITV récente à Plugged, Tom Smith confiait son inquiétude: « Aujourd’hui il est difficile d’ignorer toutes ces choses effrayantes qui se déroulent d’un bout à l’autre de la planète, y compris ici, en Angleterre. On a l’impression que tout ça nous dépasse , que la civilisation que l’on connaît est sur le point de disparaître« .

Les deux titres qui suivent montrent aussi le refus de baisser les bras: le très beau titre « Nothingness » que Tom Smith imagine comme une sorte de « Blues moderne« , les paroles évoquant cette volonté de »ne pas se laisser dépasser par l’absolu non sens de notre vie moderne et de cette ultra communication qui nous tue à petit feu » rappelait Tom Smith à Plugged.

« Magazine » est l’un de mes 3 titres préférés: le titre nous embarque très vite dans un rythme fait de ruptures et d’accélérations très rock, presque hard rock-metal là encore!Tom Smith fustige « les gens au pouvoir, ces politiciens et businessmen corrompus qui, avec leurs postures vides, se jouent des masses pour satisfaire leur soif de pouvoir ».

Vient alors un moment de pause appréciée avec la très belle ballade « No sound but the wind« , la voix de Tom Smith étant accompagnée par son piano ..magnifique!  « Counting spooks » nous propose 3 minutes de calme relatif avant une rupture plus musclée et répétitive…et « Belong » clôt l’album de façon apaisant et très mélodique…

Pour ceux qui achèteront les versions » limited » (vinyle et cd) avec 2 titres « Bonus », vous retrouverez le titre « The Pulse« , souvent joué en Live et « When we  were angels« .

6 EDITORS ©Rahi Rezvani 2017

EDITORS/  photo Rahi Rezvani (aimablement envoyée par PIAS France)

L’album « Violence » me/nous réconcilie de manière brillante avec Editors et correspond, semble t-il aussi, à une certaine thérapie pour Tom Smith: « Ce disque m’a permis de réaliser que j’avais besoin de m’évader de ce monde, de retrouver des liens humains et de l’affectif..Pour ça, il faut accepter d’éteindre sa télévision et son téléphone ». L’album s’éloigne de la « darkwave » d’Editors et de l’atmosphère plus théâtrale qui prévalaient dans les albums précédents mais Editors, comme l’an dernier à Beauregard devrait faire vibrer le public des concerts et festivals à venir!. Pour le chanceux qui (comme moi, il y a très longtemps!) pourront aller à Hyde Park/Londres pour ces fameux « British summer Time » du samedi (en l’occurrence le 7 Juillet), l’affiche des 40 ans du groupe Cure est très alléchante (Cure, Editors, Interpol, Slowdive  et Ride notamment!!)

EDITORS seront en concert en France:

16 Mars :Lille (complet)

20 Mars: Strasbourg (La laiterie)

23 Mars: Paris/Olympia

25 Mars: Villeurbanne (Le transbordeur)

1513254389-1-1024x1024

0