CASSIUS : IBIFORNIA

cassius-ibifornia-2016-2480x2480-696x696

Ah Cassius! C’est une longue histoire d’amour entre ce groupe d’électro français et moi. Tout a commencé par une belle nuit de 1999, j’étais alors en 4ème et obligé d’écouter les émissions de radio planqué dans mon lit à des heures indues.

En effet, mon émission préférée traitait uniquement de la musique électronique, et devait etre diffusée vers 1h du matin sur Fun Radio ( Max était l’animateur au top à l’époque). Malgré mes 14 piges, j’étais déjà convaincu que l’eurodance était en train de mourir, ceci étant j’étais convaincu que Eiffel 65 et Gala c’était de la merde…Je sais, quel bon gout a un si jeune age!

Bref, j’écoutais les DJ français du moment, qui ne se faisaient pas encore appeler la « french touch », et leurs collègues anglo saxons. Daft Punk, Bob Sinclar, Underworld, Stardust, Mirways, Fat Boy Slim, Prodigy, Junkie XL, Mr Oizo, Roger Sanchez, Junior Senior…Je pourrais continuer la liste longtemps.

Autant dire que je me suis rarement plus éclaté musicalement que sur cette période! Et voilà qu’une nuit, où je devais me marrer en pensant à mon devoir de math du lendemain que j’avais du sous traiter à un larbin,  sans doute contre une compilation de jeux playstation gravés (il y a prescription) : BOUM , je croise le chemin de Cassius!

Et là mon petit père, j’ai découvert LA voie, et j’ai compris que l’électro française allait tout péter sur la planète pour la décennie à venir. Le premier morceau que j’ai entendu? Il devait s’agir de « Cassius 1999″ dans sa version originale que voici :

Cassius – Cassius 1999 (1999)

Pour les plus durs de la feuille d’entre vous, ce morceau mythique a été remonté pour la radio FM sous cette forme :

Cassius – Cassius 1999 radio edit (1999)

Osez me dire que vous n’avez pas trémoussés vos derrières là dessus? Hormis les paraplegiques et les sourds, on ne peut que se laisser entrainer.

Mais qui se cache derrière Cassius? En 1999, je n’avais pas wikipedia et je devais me contenter des revues musicales et des jaquettes de CD. En 2016, il m’a fallu quinze secondes pour apprendre ça: Ils sont deux et se font nommer ZDAR et BOOM BASS…Je pourrais m’arrêter là et vous laisse vous débrouiller avec ça.

Vu que je suis sympa et que Ziggy s’amuse à nous faire articles dignes du supplément week end des Inrocks, je vais etre obligé de préciser un peu les choses. Tous les deux grands amateurs de Hip Hop, mais aussi d’électro, nos deux amis se lancent et montent un premier groupe nommé la FUNK MOB. Ils rencontrent un succès d’estime important de la part du monde musical, et se retrouvent rapidement à remixer Depeche Mode, Bjork etc. La giga classe quoi!

Très vite, ils collaborent sur un premier album, qui sera un mix de funk, hip hop et électro. Il sera sobrement intitulé « 1999 » et sortira en…1999. Fait amusant, pour briller en société, l’album porte le même nom que l’un de Prince – Hommage ou coincidence? A vous de creuser la question!

L’album est bien accueilli par la critique et le public. On y trouve des sacrés cartons : « 1999 » mais aussi « La Mouche » et « Feeling for you« , ce dernier morceau étant sans doute l’un de mes préféré du groupe.

Cassius – Feeling for you (1999)

J’en profite pour m’excuser auprès de la famille de O.Frelon, camarade de classe que j’ai martyrisé du fait de son patronyme, en lui passant « La Mouche » autant de fois qu’il a été humainement possible de le faire en sa compagnie…

Olivier, nous t’avons forcé à danser en imitant la mouche : j’espère que tu es ressortis grandi de cette épreuve et qu’avec les années tu es devenu quelqu’un de respectable!  A ma décharge ce morceau est juste IN-VA-SIF : l’entendre une fois suffit à vous pourrir le cerveau pour la journée…mais étrangement on aime bien l’écouter, allez savoir!

En 2002 sortira « Au Rêve« , superbe album selon moi, qui sera pourtant un échec commercial. Alors que « 1999 » s’était écoulé en son temps à 250 000 exemplaires, « Au Rêve » dépassera difficilement les 50 000. Pourtant il y a dedans d’excellents titres comme « I’m a woman » ou bien « The sound of violence« , ce dernier étant encore régulièrement repris par différents groupes et publicistes.

Cassius – The sound of violence (2002)

Ah j’en ai passé des bons moments là dessus! La morale et la décence m’empêche de m’étendre sur le sujet…Petite baisse de régime pour Cassius, qui sortiront leur troisième album seulement en 2006. Il se nomme « 15 again« , ça se prononce fifteen again pour ceux qui se poserait la question.

Le groupe tente résolument un virage beaucoup plus pop, avec de nombreux invités sur l’album,  il est globalement considéré comme un bon album mais j’ai pour ma part un peu de mal avec « 15 again« .

Le temps passe, je vais à la fac, au boulot (bref on va nommer ça une ellipse assez chiante), et voilà que Cassius refait parler d’eux en 2010 avec « I Love U So« . Morceau génial, juste une tuerie. Seul bémol, les publicitaires arrivent à en faire une pub pour une bagnole…Ou comment castrer l’imaginaire musical des braves gens! J’ai pas envie de fermer les yeux et de voir une blonde me vendre une Audi quand je pense à un morceau de musique…merde! Chiotte! Flute! Crotte!

Cassius – I Love U So (2010)

Nouvelle ellipse (je sais c’est facile), et on arrive en 2016. Année faste pour moi et Cassius. Le Disquaire Day m’offre le plaisir de vider mon compte en banque pour acheter « Au Reve« , « 1999 » et « Action » en version vinyles! je tairai le prix (2 mois du PIB du Darfour).

Et voilà que quelques mois après sort « Ibifornia« …Je l’ai écouté en boucle dès sa sortie, et une bonne âme me l’a offert pour Noël en format vinyle (3615 MAVIE). C’est un excellent album, ni plus ni moins!

Il suffit pour s’en convaincre d’écouter « Action« , au clip complètement barré, visible ci dessous.

Cassius – Action (feat Cat Power) (2016)

Si ça ce n’est pas super! En cas d’avis contraire, quittez ce blog et plantez vous des pics à bigorneaux dans les oreilles jusqu’à ce que mort s’en suive. Le titre « Ibifornia » est très bon aussi, après quelques bières vous allez vous sentir partir pour une sacrée excursion sur ce type de son !

Cassius – Ibifornia (2016)

L’album comporte 10 titres, pas mal d’invités, pour à peine une heure de musique, mais bon dieu que c’est bon! C’est dansant, entrainant, enthousiasmant…eu-pho-risant! Et c’est un retour à un état de grâce que je commençais a désespérer de retrouver! Ce modjo des productions de la fin des années 90 est bien présent, mais sans pour autant etre passéiste. Les arrangements et les vocals sont modernes, ça donne la pêche et envie de danser dans la rue ou au Monoprix… Cassius joue l’offensive, contrairement à ma dernière critique des Chemicals Brothers qui pour leur part ont bien du mal à sortir de leur zone de confort.

A cause de Cassius, beaucoup de mes soirées à venir vont se terminer en gueule de bois et avec les flics qui tapent à la porte, mais on s’amusera comme des petits fous, je vous le garantis! (Eric les prochaines soirées seront chez toi, on ne va quand même pas retourner mon appart).

0