Iggy Pop - Love Missing
The Offspring - Why Don't Get You A Job?
The Dropkick Murphys - Dirty Old Town cover
Washington Dead Cats - I'm A Dead Cat
Bob Vylan - We live here
Ghost - Kaisarion
Decius
The Brains

Une soirée de la mort avec les Death Valley Girls

Une soirée de la mort avec les Death Valley Girls

Mardi 26 mars dernier, j’ai pris le chemin du Stereolux pour aller à la rencontre des Death Valley Girls, groupe que j’ai découvert et apprécié lors d’une édition passée du festival Levitation. L’évènement se tenait en salle Micro, bien pleine pour l’occasion! Après une première partie qualitative de la part de La Sessualità, le quatuor féminin qui compose Death Valley Girls a pris le relai pour un concert aussi chaud que la vallée de la Mort en plein mois d’aout!

Dans le microcosme bouillonnant de la scène musicale garage, où les frontières entre les genres s’estompent et où l’expérimentation est reine, émergent des groupes qui captivent l’auditeur par leur énergie brute et leur originalité. Parmi ces valeurs montantes, les Death Valley Girls se distingue comme une force à part entière. Ce groupe de rock originaire de Los Angeles a su se forger une réputation bien méritée grâce à son mélange unique de punk, de rock psychédélique et de sonorités vintage.

Formé en 2013 par Bonnie Bloomgarden (chant/guitare) et Larry Schemel (guitare), Death Valley Girls a rapidement attiré l’attention avec son approche musicale franche et sans compromis. Inspirés par l’esprit rebelle du punk des années 70 et le psychédélisme des décennies suivantes, le groupe a créé un son qui défie les conventions tout en capturant l’essence même de la musique garage.

Ce qui distingue Death Valley Girls des autres formations, c’est leur capacité à fusionner des influences diverses pour créer quelque chose de singulier. Leurs chansons sont souvent empreintes d’une atmosphère mystique, mais elles dégagent également une énergie contagieuse, boogie woogie, qui invite l’auditeur à se laisser emporter par le rythme. Les paroles, souvent teintées de références à l’occulte et à la rébellion, ajoutent une couche supplémentaire de profondeur à leur musique tout en rappelant la contre culture californienne en passant de Manson aux Beach Boys!

Au fil des années, Death Valley Girls a élargi sa formation pour inclure de nouvelles membres, Rachel Orosco (batterie) et Alana Amram (basse), ajoutant ainsi de nouvelles dimensions à un son déjà puissant (on pourrait parfois basculer dans le stoner!). Le groupe a également accumulé une impressionnante discographie, avec des albums acclamés par la critique tels que Street Venom (2014), Glow in the Dark (2016) et Under the Spell of Joy (2020).

Au-delà de leur musique, Death Valley Girls incarne un véritable esprit de camaraderie et de résistance. Elles sont connues pour leur engagement en faveur de causes sociales et politiques, utilisant leurs différents réseaux pour défendre des idéaux tels que l’égalité, la justice et la liberté d’expression.

En somme, la démarche artistique des Death Valley Girls va sans doute au delà simple groupe de musique. Elles sont les gardiennes d’une esthétique audacieuse et d’une attitude rebelle qui résonne auprès de celles et ceux qui cherchent quelque chose de plus que de simples accords et mélodies!

Death Valley Girls est actuellement en tournée, pour en savoir plus : https://www.facebook.com/DeathValleyGirls/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *