LAIBACH : OPUS DEI

laibach-opus-dei

Vous aurez compris à la lecture de ce blog que je nourris une passion certaine pour la musique industrielle. De ce fait, comment faire l’impasse sur Laibach? Collectif slovène précurseur dans le domaine, et source d’inspiration pour de nombreux groupes.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que Laibach ne laisse personne de marbre. Ce n’est pas un simple groupe de musique, mais plutôt un mouvement artistique, pour le moins controversé et incompris.

Créé en 1978, dans un pays sous tutelle soviétique, le groupe initial se forme autour de la mouvance punk, très présente dans le pays. Très rapidement, il commence à avoir des problèmes avec les autorités locales et les musiciens se font interdire leurs concerts. Dans un pays en totale déliquescence et au bord de l’explosion, Laibach se retrouve dans les médias et dans les débats politiques et culturels, non pas pour leur musique mais à cause de ces interdictions et de leur iconographie provocatrice vis à vis du parti communiste.

Laibach_1983

Laibach – 1983

En terme de réflexion artistique, le groupe nie le concept « d’originalité », ni voyant qu’un simple reflet de la société de consommation qui doit en permanence proposer de nouveaux produits. De même, il n’y a pas de membres fondateurs ou de leader mis en avant au sein du groupe. Reprenant à contre-pieds la maxime d’Andy Warhol, où chacun cherche à avoir sa minute de gloire sous les projecteurs, le groupe se définit comme un collectif artistique où chacun amène sa contribution de manière anonyme. Pour rentrer dans Laibach, l’individu abandonne toute prétention à une quelconque gloire personnelle. De même les apparitions et les concerts de Laibach sont ultra rares, avec un line up quasiment interchangeable, personne n’étant essentiel au fonctionnement du groupe.

Le groupe a porté pendant longtemps des uniformes yougoslaves, avec un symbole en forme de croix sur le bras, l’idée étant de parodier des groupes comme les Beatles ou les Monkees qui a leur début étaient en costumes.  En termes de visuel ce choix fut payant, puisque le péquin lambda s’arrêta seulement à l’uniforme, sans y voir une forme de contestation ou d’expression artistique…Laibach décida donc de garder les uniformes!

En 1983, à Zagreb, le groupe assura un concert, durant un festival destiné à la jeunesse, qui marcha si bien qu’ils se firent expulser par les forces armées serbes. Les mauvais esprits diront que cela est sans doute lié à la projection d’un film pornographique qui dénotait quelque peu à coté des films officiels vantant la nature et l’économie de la belle Croatie. Une fois de retour en Slovénie, Laibach fut sommé de s’expliquer via un interview à la télévision officielle, interview où ils allèrent encore plus loin dans la provocation. Ils gagnèrent 5 ans d’interdiction de parution dans les médias du pays.

Le fameux interview (sous titré) de 1983

Interdit de représentation dans son pays, le groupe partit sur les routes en Europe et aux USA, semant un joyeux bordel dans toutes les salles accueillant leurs performances. Affublé du titre de « Nazis » du fait des uniformes et de la musique un tantinet martiale, le collectif continua ses provocations et ses performances. Laissant un public médusé, et des critiques musicaux entrain de se palucher pour définir le message derrière tout ça!

En dérision de la pop culture et de groupe comme Queen, le groupe se mit à plancher sur l’album Opus Dei, qui comporte des reprises de « life is life » d’Opus et de « One Vision » de Queen. Le collectif décide avec cette album de créer sa propre « pop music », en réaction à l’omniprésence totalisante, et totalitaire, des tubes FM venus des USA et d’Europe de l’ouest. L’album est considéré comme le « masterpiece » de Laibach!

Life is life – Laibach

Depuis, le collectif continue son bonhomme de chemin, ils ont revisité la plupart des hymnes nationaux européens sur l’album « Volk », ont participé  à des festivals de musique classique (ils ont aussi revisité Wagner), et fait une apparition dans le film « Iron Sky », ainsi que la BO du dit film (qui est en lui même très décevant). Ils ont aussi fait un concert en Corée du Nord durant l’été 2015!

Leur site web est une vraie mine d’informations pour ceux et celles qui souhaitent en savoir plus : http://www.laibach.org/