Kreator : Enemy of god

71udplvy9el-_sl1088_

Je n’ai jamais été trop fan de trash metal, mais un groupe fait figure d’exception : Kreator. En même temps, le titre de l’article vous donnait un indice…Nommé initialement Tormentor, le groupe a fait ses débuts en 1982 en Allemagne, puis change de nom en 1984 pour devenir Kreator. Au même titre que Slayer ou Anthrax, le groupe est vénéré par les fans de trash à travers toute la planète.

En plus de 30 ans de musique, le son de Kreator a fait de sacrés zig zag,! Initialement tourné vers le trash le plus pur, l’album Pleasure to kill (1986) étant considéré comme un classique du genre, Kreator a fait un virage vers le death metal puis le goth à la fin des années 1990.

Ces variations sont sans doutes liés au changement de line up du groupe, mais aussi à la tombée en désuétude du trash au milieu des années 1990. Le groupe passe progressivement dans l’oubli à cette époque, comme de nombreux autres. Personnellement j’aime beaucoup Pleasure to kill (1986) ou Renewal (1992), qui déjà sonne industriel, mais je n’accroche pas du tout à Endorama (1999) qui sent bon les vampirettes et les tenues moulantes en cuir SM.

Kreator, et son leader charismatique Mille Petrozza, revendiquent ses expérimentations musicales et assument ces albums très différents. C’est ce qui en fait un grand groupe pour moi! Voilà des mecs qui n’ont pas lâché l’affaire en 30 ans, malgré les hauts et les bas, et les obus des critiques musicales!

A ce jour le groupe a sorti 14 albums (le dernier Gods of Violence venant de paraitre),  mais mon choix s’arrêtera sur Enemy of God pour une bonne raison : c’est le premier que j’ai acheté à sa sortie en 2005! Totalement noob en termes de trash metal, un disquaire m’a remis le CD entre les mains en me disant : « tu devrais aimer, c’est le grand retour de Kreator« . Vu que je suis facilement influençable, je suis reparti avec!

Ce disque, je le qualifierai de trash mélodique (je viens d’inventer cet antagonisme), il est étonnament bien construit et audible, même pour des oreilles délicates comme les miennes! Au niveau des paroles, on est en 2005, ça parle de fin du monde, de guerres, de terrorisme…C’est engagé mais très bien écrit. Comme toujours, on a tendance a oublier de s’intéresser aux textes, alors que là on est sur du haut niveau!

Kreator – Enemy of God (2005)

L’album ouvre sur Enemy of God (voir vidéo ci dessus), sublime morceau qui annonce la couleur! La voix de Mille Petrozza est unique en son genre, capable de passer bien des émotions à son auditoire.

Kreator – Impossible Brutality (2005)

On continue avec Impossible Brutality, morceau porté par un refrain très présent et entêtant : on passe un bon moment! Le rythme est rapide, trash oblige, mais mélodieux, permettant au néophyte de ne pas avoir les oreilles qui saignent!

Arrêtons nous quelques instants sur Voices of the Dead, très bon morceau selon moi, souvent interprété par le groupe en live. Encore une fois, je vous invite à vous pencher sur les paroles!

En résumé, l’album Enemy of God est surement une bonne porte d’entrée pour commencer à écouter Kreator. Je vous invite par la suite à vous intéresser aux premiers albums du groupe, bien que un peu kitsch, pierres angulaires du trash.

Kreator sera au Hellfest 2017 pour leur troisième apparition à ce festival, ça tombe bien, nous y serons aussi!

Enregistrer

0