Hawkwind au Hellfest: le retour des « space warriors »et du « Space Rock »?

Hawkwind au Hellfest 2017! un de mes groupes de jeunesse aux concerts mémorables!Je ne rêvais pas…cela valait donc bien un article!

atomic-sunrise

L’affiche de l’Atomic Sunrise festival à Londres en mars 1970…!!!

In the beginning...Hawkwind est un groupe anglais originaire du quartier de Notting Hill à Londres qui s’est d’abord formé, fin 1969, autour de Dave Brock ( guitariste et chanteur) Mick Slattery ( trompettiste/guitariste) qui jouaient ensemble dans un groupe « Famous Cure » et furent rejoints par le bassiste John Harrison, Nick Turner (sax/flute), le jeune batteur de 17 ans Terry Ollis et Michael « Dik Mik« Davies, très vite considéré comme le gourou électronique du groupe( et complété par l’ingénieur du son Dell Dettmar en 1971). Le groupe, brièvement appelé « Groupe X » impressionne alors celui qui va devenir l’incontournable D.J/animateur de radio défricheur de talents, John Peel, présent dans le public lors d’une soirée concert du « friday night »(dans l’église de Hall Saints du quartier de Notting Hill, là où avaient joué aussi les « Pink Floyd » en octobre 1966!!) en reprenant « Eight miles high » des Byrds dans une version de 20 minutes. John Peel leur permet ainsi de signer leur 1er contrat avec Liberty records. Après s’être brièvement appelés »Hawkwind zoo », le nom d’Hawkwind est définitivement adopté. L’origine de ce choix reste controversé( peut-être une occasion de le demander à Dave Brock au Hellfest!) mais semble en rapport avec le surnom de Nick Turner qui se raclait la gorge (hawking) et abusait des flatulences( wind!!)…ok ..là n’est pas l’essentiel!

 

Les premiers albums et l’arrivée de Lemmy Kilmister! Après le départ de Slattery (remplacé par Huw Llyod Langton),c’est le guitariste des « Pretty Things » qui accompagne Hawkwind pour produire leur 1er album intitulé « Hawkwind »en 1970: peu d’écho commercial mais une reconnaissance dans les milieux de la scène underground britannique. Leur second album, en 1971, « In search of space »leur apporte davantage de succès commercial et leur a fait rencontrer le graphiste Barney Bubbles (qui va signer 3 de leurs magnifiques pochettes de vinyles) mais aussi leur permettre de promouvoir, avec l’écrivain underground Robert Calvert, l’identité visuelle scénique du groupe le conduisant au « space ritual« (les personnages de science fiction de Michael Moorcock ont aussi influencé le groupe). C’est aussi Calvert qui va co-écrire plusieurs titres du groupe dont le hit « Silver machine » où l’on entend Lemmy Kilmister chanter dans la version single( sortie le 9 juin 1972).

« Silver Machine » avec Lemmy Kilmister au chant!

Le bassiste Dave Anderson, transfuge du groupe Amon Düül II ( groupe allemand que j’affectionnais alors et ai vu plusieurs fois en concert), qui avait rejoint le groupe et joué sur ce second album, quitte Hawkwind et est remplacé par Lemmy Kilmister tandis qu’arrive alors aussi le batteur Simon King. Lemmy K « the lurch »était guitariste mais comme Dave Brock décidait de continuer sa « lead » guitare, Lemmy apprit « à jouer de la basse sur scène avec Hawkwind » confia t-il plus tard! Désormais ils se produisent ensemble , jouant notamment au célèbre « Roundhouse« en Février 1972. Le 3èm album « Doremi Fasol Latido » est enregistré en Sept/octobre 1972 aux studios Rockfield et sort fin Novembre. C’est cet album( mon préféré) que j’achetais dans la petite( la 1ère boutique, avec un petit escalier de bois permettant d’accéder au 1er étage est alors petite!!) boutique » Virgin » d’Oxford Street en décembre 1972.(voir photos à la fin de cet article!)

WP_20170609_22_48_19_Pro

The « Space ritual »: Quelques jours plus tard, place au show!Je me retrouvais au « Sundown d’Edmonton » ( je pensais au titre « Hurry on sundown » de 1970!) pour le « Space ritual tour ». Ambiance et soirée de folie : non seulement la machine de guerre musicale était au point, avec une rythmique d’enfer (« Brainstorm« ) mais les lightshows ( orchestrés par Liquid Len alias john Smeaton) et les jeunes danseuses (aux seins nus, une audace folle à l’époque) Stacia et Miss Renee contribuaient à un « Space Ritual » dont on ne pouvait sortir indemne!L’album « live » « Space Ritual » enregistré en cette fin décembre 1972 (le lendemain au Sundown de Brixton et une semaine auparavant à Liverpool) rend au moins compte du son énorme du « Space Rock » entre « progressif » et psychédélique d’Hawkwind. Quelques titres plus calmes, comme « The watcher » que l’on doit à Lemmy K. permettaient de reprendre son souffle seulement sur l’album « Doremi.. » mais pas joué en live!

Pendant cette période qui va jusqu’en 1975( époque où Hawkwind est sur le label United Artists), les paroles des chansons, comme la musique ou les shows, mettent en scène les guerriers de l’espace combattant(contre ou parfois avec) les forces de l’univers( cf « master of the universe »).

WP_20170609_22_59_27_Pro

Hawkwind/ Sundown-Edmonton/ London/ Dec 1972/ Photo perso-Ziggy/weirdsound/

Je m’oblige à passer rapidement sur les albums suivants « Hall of the mountain grill » en 1974 puis « Warrior of the edge of time » en 1975, album joué à Nantes lors d’un concert/festival mémorable au Palais des expo de la Beaujoire  réunissant des groupes ou musiciens d’un gratin que j’aimais beaucoup alors: Gong, Magma, Henry Cow….!!!autour d’Hawkwind( qui a recruté Simon House depuis 1973 aux claviers/violon..avant de retrouver Bowie en 1978) et dont la double batterie est encore plus redoutable!

L’album « hall of the mountain grill » (1974) et le ticket/concert de Nantes/mai 1975.

L’époque la plus magique, pour moi, était passée, d’autant que Dik Mik était parti, Calvert avait cessé sa collaboration avec le groupe et Lemmy« The lurch », arrêté en Amérique du Nord en possession de cocaïne en mai 75, avait du, lui aussi quitter le groupe, remplacé par leur ami du groupe Pink Fairies, Paul Rudolph. (Lemmy K., de son côté, allait former Motorhead (titre de la dernière chanson composée par Lemmy pour Hawkwind) avec un autre Pink Fairies, Larry Wallis…Même Stacia, la grande danseuse mythique s’en allait!Les guerriers de l’espace allaient se transformer en marabouts dans les années 80.

« Brainstorm » un de mes titres préférés (Album Doremi Fasol Latido/1972)

Plus d’une vingtaine de disques plus tard (j’avoue n’avoir pas suivi fidèlement!), on retrouve Hawkwind, en 2016, avec, évidemment, un personnel très remanié autour de Dave Brock: Richard Chadwick( batterie depuis 1988), Mr Dibs( guitare/violoncelle/chant) depuis 2007, Magnus Martin, nouveau claviériste/guitariste et Haz Weaton, à la basse, arrivé lui aussi en 2016. Fin 2016, un nouvel album, « Into the woods« (of Landbroke??) était annoncé pour le printemps 2017 sur le label Cherry Red records.

Into-the-Woods-Digipack

Cet album nous replonge dans une certaine magie spatiale sans nostalgie, (cf le titre « Space ship blues« ) hors du temps. Le groupe semble toujours jouer avec des films en arrière plan, valorisant encore et toujours un aspect visuel qui a forgé l’identité du groupe.

Rendez vous au Hellfest, dimanche 18 Juin 2017 à minuit!

Hawkwind is alive!! « have you seen them »??!!

 

1960928_orig

 « Virgin records », la 1ère boutique au 130 Oxford Street (photo 1973)..                          j’y fis de nombreuses visites avant l’ouverture du 1er  Virgin Megastore!

0