Gorillaz : Humanz

Après une bonne vingtaine d’écoutes intensives et attentives, je peux (enfin) vous faire un retour sur le dernier Gorillaz, j’ai nommé Humanz!

L’album est sorti depuis plus d’un mois, et les avis divergent…Pour ma part, je le trouve intéressant et dans la droite lignée des autres productions de Gorillaz, sans pour autant atteindre la perfection d’un Plastic Beach.

gorillaz-humanz

La sortie d’un nouveau Gorillaz, c’est toujours un évènement très attendu! Il faut dire que le groupe, depuis ses débuts en 1999, a su devenir un phénomène culturel a part entière! Gorillaz c’est un univers graphique et musical où l’on prend plaisir à retrouver nos quatre compères : 2D, Murdoc, Russel et Noodle. Un monde décalé, créé de toutes pièces par le dessinateur Jamie Hewlett (qui a aussi fait l’excellente BD Tank Girl), mis en mouvement dans des clips exceptionnels.

Gorillaz – Saturnz Barz (spirit house) (2017)

Musique et image sont donc étroitement liées, car dès le début du projet, Damon Albarn a fait le souhait de pousser au maximum l’aspect créatif de Gorillaz : la musique prend vie en image. Vous pouvez aussi bien écouter le CD que vous laisser bercer par les clips vidéos, dans les deux cas le voyage tiendra ses promesses. Souhaitant rompre avec son groupe Blur, où il commençait sérieusement à péter les plombs, Damon Albarn, a inventé, de toutes pièces, un monde fantasmagorique qui lui ressemble : Poésie, humour, surréalisme, personnages tour à tour sympathiques ou monstrueux…Damon et ses complices s’amusent et se montrent inventifs.

Chaque album a le chic pour nous surprendre! Dépassant le stade de la surprise musicale qu’avait provoqué le premier album sobrement intitulé Gorillaz (2001), Demon Days (2005) a fait s’envoler la notoriété du groupe, et Plastic Beach (2010) a définitivement installé Gorillaz sur l’Olympe du Trip Hop et du rock indépendant.

Je mets The Fall (2011) un peu à part, du fait de la nature improbable de cet album, composé par Damon Albarn à l’aide d’un Ipad alors qu’ils étaient sur la route pour la tournée américaine de Plastic Beach. Un objet curieux, mais que je vous invite à écouter (son téléchargement est gratuit).

Il aura fallu 6 ans pour voir un nouvel album arrivé, mais Gorillaz, et le duo Albarn/Hewlett, est imprévisible!

4790

Gorillaz en mars 2017 pour la sortie de Humanz (Photo Jospeh Okpako)

Cataloguer Gorillaz c’est pourtant totalement débile (je suis donc un gros débile), tellement les inspirations,  les emprunts et les featuring divers et variés sont nombreux! Parfois méchamment électro, parfois avec des lignes de flow dignes des meilleures productions de Compton qui rencontreraient des sales gamins de la brit-pop! Et pourtant ce joyeux mélange sonne toujours comme du Gorillaz, preuve si il en est que Damon Albarn est un très grand parmi les très grands.

C’est sans doute sur cet éclectisme que Humanz s’est fait gentiment descendre par quelques critiques! Certains ont oublié que Gorillaz c’est avant tout de l’expérimentation, des mélanges, des rencontres improbables…Cependant, je reconnais facilement que Humanz n’est pas un album simple d’accès de prime abord. Dans une interview donné au Guardian, Damon Albarn justifiait les (trop?) nombreux featuring présents sur l’album et la cohérence visiblement tenue de l’ensemble de la manière suivante :

You know, a lot of things don’t make sense at the moment. This is just another one of those. It’s very à la mode!

On retrouve bien là l’éternel esprit cabotin de Damon Albarn, qui apprécie toujours moyennement qu’on lui demande de justifier ses choix. Bercé par une armée d’invités (Benjamin Clementine, Grace Jones, Jehnny Beth…), Humanz est une invitation, alambiquée, à l’amour sur Terre; Rien que ça!

Toujours dans le même article du Guardian (on ne viendra pas dire que je ne cite pas mes sources), Damon nous explique qu’il n’avait pas envie de faire un album qui broie du noir, mais plutôt quelque chose de positif et plein d’espoir, le monde dans lequel nous vivons étant assez merdique comme ça au quotidien.

Gorillaz – We Got The Power (2017)

Il vous suffira d’écouter le titre We Got The Power pour vous en persuader, c’est une vraie ode à l’amour! De même, Andromeda (qui sonne vraiment comme certains morceaux de Plastic Beach), est simple et entrainante, ça fait du bien à nos petites cervelles fatiguées!

Gorillaz nous balance du bon gros trip hop comme ils ont toujours fait, avec des expérimentations version soul comme Strobelite voit des titres plus dancehall (rien qu’en écrivant ce mot, j’en ai les yeux qui fondent).

Gorillaz – Strobelite (live 2017)

Ce joyeux bordel organisé qu’est Humanz va en déconcerter certains! Même les fans de la première heure vont sans doute grincer des dents…Il faut plusieurs écoutes pour faire ressortir l’étrange cohérence de cet album. Tous n’en auront pas la patience et c’est bien dommage, car Humanz est la preuve que Gorillaz est toujours en mouvement, avec des morceaux sublimes comme Busted and Blue et Andromeda.

Gorillaz – Andromeda (2017)

Pour informations, Gorillaz fera deux dates en France les 24 et 25 novembre prochains à Paris!