DAMON ALBARN : EVERYDAY ROBOTS

everyday robots

Le premier album solo du leader de Blur et Gorillaz méritait bien qu’on s’intéresse à lui! Sortis en 2014, sans grand battage médiatique, j’ai découvert son existence par hasard en errant sans but dans les rayons d’un espace culturel d’une grande surface (comme beaucoup de gens en fait).

Outre ses aspects passionnants concernant ma vie privée et comment j’occupe mes samedi, j’ai acheté Everyday Robots sans me poser de questions : pour moi Damon Albarn c’est une assurance qualité à toute épreuve! J’irai même jusqu’à dire qu’il est sans doute l’un des musicien les plus talentueux de sa génération. Lancé avec Blur au début des années 90, consacré avec les albums « Parklife » et « Blur » sortis respectivement entre 1994 et 1995.

Blur – Girls and Boys (1994)

Damon Albarn c’est aussi Gorillaz, projet conceptuel mis sur les rails en 1998. Lassé par l’ambiance délétère qui règne au sein de Blur et du battage médiatique autour du groupe, Damon Albarn trouve une seconde respiration dans Gorillaz, où il s’entoure d’artistes et de musiciens de passage pour sortir des albums qui à chaque fois sont des tueries : « Gorillaz » (2001),  » Demon Days » (2005) « Plastic Beach » (2010)…Le son est radicalement différent de Blur, on passe de la brit pop au trip hop voire à la musique électronique. Là encore le succès est au rendez vous et les récompenses pleuvent!

Gorillaz – Feel Good Inc (2005)

Et puis, si on veut être complet, il faut aussi évoqué The Good, the Bad and the Queen, supergroupe monté avec le bassiste des Clash, Paul Simonon, le guitariste de The Verve Simon Tong…On a vu pire comme line up! Un seul album est sorti en 2007, s’intitulant sobrement du nom du groupe, suivis d’une tournée mondiale. Il n’y aura pas de suite à cette aventure du fait d’une ambiance de merde au sein du groupe durant la tournée…(Ceci dit l’album est très bien!)

Pour en revenir à l’album solo « everyday robots« , là encore Damon surprends son monde. L’album est contemplatif, avec des sonorités douces et la voix de Damon Albarn qui se pose naturellement dessus, quelques accompagnements qui ressortent ( du banjo, un ou deux choeurs..). Il en ressort une ambiance intimiste et planante, parfaite quand vous êtes en train de regarder le plafond dans votre canapé (je vous le déconseille en voiture après une dure journée de boulot, c’est un coup à s’endormir). Encore une fois, Damon Albarn a réussis à se réinventer ou a explorer une nouvelle dimension de sa musique, à laquelle les fans de Blur ou de Gorillaz n’adhéreront pas forcément : finalement c’est peut être là l’intérêt de ce musicien hors normes, nous proposer,à chaque fois un menu différent à déguster, toujours préparer  avec les meilleurs ingrédients qui soient (quelle belle métaphore culinaire!)

On conclura avec le clip de la chanson « Mister Tembo », la meilleure de l’album selon moi :

Everyday Robots – Mister Tembo (2014)

0