alcest nouvel album 2019

Alcest, Spiritual Instinct : visions d’ombre et de lumière

AvatarPosté par
Temps de lecture : 4 minutes

Il est des albums dont on se dit chaque jour que l’on va écrire une chronique dessus. Puis, le lendemain de ces chaque jour on s’aperçoit que du temps s’est écoulé et que beaucoup de “demain je m’y mets” sont passés (vous ai-je parlé du dernier Greenleaf ou du dernier Lo-Pan?). Et puis tombe la programmation du Hellfest 2020. Et là, on se dit qu’il est vraiment temps d’écrire quelque chose à propos du dernier album d’Alcest. Le Groupe français est en effet à affiche du désormais mythique festival de metal dont nous vous avons annoncé le line-up il y a quelques jours. Il joueront en effet sur la scène du Temple le dimanche.

Le passage, de l’indé au major, du numérique à l’analogique

Ayant enregistré auparavant cinq albums pour le label Prophecy, le duo est désormais membre de l’écurie Nuclear Blast. Sorti en octobre 2019 (ça va on est encore dans les clous), Spiritual Instinct est en effet le sixième album du groupe. Constitué essentiellement autour de Stéphane Paut alias Neige en 2001 qui assure les compositions, le duo a su rassembler derrière lui l’ensemble de la critique internationale qui les place parmi les meilleurs groupes français. Robert Smith himself leur a demandé de jouer à son festival et les cite comme un des groupes français les plus prometteurs! Neige, le guitariste, chanteur bassiste qui officie également avec Amesœur ou Peste Noire est désormais officiellement accompagné du batteur Winterhalter. Produit par Benoit Roux qu’il côtoie depuis plus de dix ans, l’album offre un écrin sonore magnifique au Post-Black -Metal-Gaze (?) d’Alcest. Celui-ci a fait le choix difficile de l’analogique pour des musiciens ayant principalement connu le numérique, ce qui donne peut-être plus d’intensité encore aux morceaux. Le processus d’enregistrement, plus exigeant, a sans doute permis aux instrumentistes de mesurer la qualité de leurs compositions. En dépit d’un passage obligé au numérique pour le mastering—et l’enregistrement du chant!— le saut vers l’analogique apporte certainement plus de grain à l”ensemble, ce qui se ressent, consciemment ou non, à l’écoute finale. La progression en terme de son et de production saute effectivement aux oreilles lorsqu’on écoute alternativement Kodoma et Spiritual Instinct : il y a plus de profondeur, plus de relief, de dynamique, et, oui, le grain des instruments est plus sensible.

La peinture de Böcklin et le symbolisme comme inspiration

L’île des morts de Arnold Böcklin, extrait d’une série de cinq

L’île des morts est une série de peinture, cinq, dessinée par l’artiste Suisse Arnold Böcklin à la suite du décès de sa fille. Cette vision d’une barque, peut-être celle de Charon, fait sans doute écho aux visions du musicien, par ailleurs profondément marqué par le mouvement symboliste—le sphinx de la pochette n’est-il pas une référence à Gustave Moreau?— dans sa jeunesse. Tout comme les personnes ayant eu une Near death Experience, ce dernier avait dans son enfance des visions éveillées d’un lieu intermédiaire, peut-être celui où les âmes se reposent entre deux incarnations, qui l’ont incité à s’interroger plus profondément sur ces sujets… C’est le côté spirituel de Spiritual Instinct.

La réverb sur la caisse claire enfonce bien le clou de la rythmique!

Lors de la tournée Kodoma, précédent et non moins appréciable album du groupe, le chanteur/guitariste est passé par un épisode de dépression qui l’a éloigné de lui-même et donné l’impression de perdre ses fameux repères spirituels qui constituaient son équilibre. Il en a conçu une rage et une frustration qu’il exprime comme les pulsions instinctives de Spiritual Instinct.

Un Ying/Yang musical

Transcendées dans les morceaux de l’album, ces émotions se développent sur des plages musicales entre ombre et lumière qui traduisent le combat intérieur—Protection—qui se déroule en chacun de nous.

Le symbolisme—un peu poussif, il faut l’avouer—du clip fait écho aux paroles du titre et au combat intérieur, entre ombre et lumière.

Les titres, dont la durée oscille entre cinq et presque dix minutes, sont des canevas finement tissés qui supportent parfois des textes torturés sans jamais tomber dans le pathétique. Neige ne s’est jamais prétendu chanteur, et, si les mélodies vocales trouvent tout naturellement leur place, elles restent relativement en retrait, noyées sous plusieurs couches et de la réverb, la musique étant ici le principal vecteur émotionnel. Ainsi, sur Sapphire ou Spiritual Instinct, les voix servent-elles plus de nappe, participant à la composition surtout comme un arrangement, plutôt que de support à un texte en particulier.

Le Miroir débute avec une guitare aérienne enrobée d’un orgue qui a quelque chose de Pink Floyd. Neige reprend ici le texte de Charles van Lerberghe, poète symboliste Belge, et développe autour de ces paroles chargées d’oxymores, une musique répétitive qui s’élève progressivement, comme un mantra hypnotique, une transe méditative autour d’une image qui se répète sans fin.

Les racines du ciel

Alcest trouve sa place sans rougir aux côté de groupes comme Deafheaven, Milanku ou encore Nothing. Car la profondeur des émotions qui animent Neige et les références qu’il utilise à des fins transcendantales, rejoignent les préoccupations et esthétiques de ces groupes. Si la musique des français parait à certains comme difficilement classable—et pourquoi vouloir toujours cataloguer?— c’est aussi peut-être parce qu’elle pioche aussi bien ses racines dans le Black, la New Wave ou le classique, enrichissant sans cesse un édifice qui se construit depuis maintenant plus de quinze ans et qui a vu le jour dans la chambre d’un ado aux visions ésotériques puissantes. Construction complexe qui trouve désormais un écho international.

Liens :

https://www.alcest-music.com/home/spiritual-instinct

https://www.nuclearblast.de/fr/label/music/band/discography/details/6012208.4103247.spiritual-instinct.html

https://www.hellfest.fr/line-up/

Concerts :

https://www.alcest-music.com/home

Mr Moonlight

Entremetteur! Non, pas celui qui concocte des entremets, mais bien un passeur. C'est cela Mr Moonlight, un amoureux de la musique sous toutes ses formes : du métal le plus extrême à l'électronica la plus douce. Pour vous servir
Avatar

Laisser un commentaire