NTM @ Zenith (Nantes) - 24 octobre 2019

N.T.M : Pour une Der (?) au Zénith de Nantes

AvatarPosté par

Si l’on part du principe que cette “Der” est bien la dernière tournée du groupe, alors il me serait difficile d’évoquer NTM en faisant l’économie d’un petit flashback de quasiment 30 ans… Tout début des 90’s, dernière de mes années collèges : cours de dessin avec Mme Grimaud au collège Yollande d’Anjou de Saumur. Cette dernière, qui n’était pas la plus jeune de l’équipe éducative, était en revanche certainement l’une des plus rock’n’roll. Afin de nous offrir des conditions d’inspiration propices à la “création”, elle nous autorisa en cours d’année à venir avec de la musique que l’on diffuserait sur un poste. Si chez moi nous n’écoutions pas de musique, tel n’était pas le cas d’une petite bande de “rebelles en carton” de la classe, accessoirement mes copains. Ainsi dès le cours suivant, ils amenèrent fiers comme Artaban et impatients de voir l’effet produit sur la classe une K7, manifestement objet de fierté pour son possesseur. Le silence ayant été fait, chacun concentré sur sa feuille Canson et son crayon à papier, l’intéressé glissa la cassette dans le poste et voici ce qui en sortit :

Clip Autentik – 1991

Non, je ne pris point une claque… Non, je ne tombai pas en pâmoison sur cette musique qu’à première écoute je considérai plus comme une suite de borborygmes, incompréhensibles par définition… En réalité, ma première réaction fût à peu près : “Qu’est-ce que c’est que cette merde ?” Je ne savais alors pas que ce style musical appelé Rap allait, à force d’enfoncer les portes fermées, s’imposer comme un courant majeur au fil du temps. J’imaginais encore moins que Nique Ta Mère en serait l’une des figures principales sur la scène nationale, voguant à travers ses frasques du statut de honni, conspué, à celui de véritable Légende. Une légende construite autour notamment de quatre albums, sortis sur huit ans de 1991 à 1998, mais aussi de concerts dantesques dans lesquels Kool Shen et Joey Starr montent sur scène comme un boxeur monte sur le ring. Enfin, je n’imaginais pas que le son à première écoute rugueux de NTM allait se faire plus qu’une place de choix dans mes oreilles et dans mon cœur, et que presque 30 ans après le cours de dessin de Mme Grimaud à quelques années près, je serais pour mon sixième concert du groupe parmi les 8500 spectateurs du Zénith de Nantes venus applaudir les dignes représentants de la Seine Saint Denis.

Aujourd’hui jeudi 24 octobre 2019, un an après un concert brûlant à Couvre -Feu, et 3 mois après Beauregard. Voici huit jours que je me traine une rhino aigüe avec toux d’enfer. J’ai bien cru hier tourner de l’œil au concert de Sting dans ce même Zénith, au milieu de la fosse. Choix cornélien à opérer ce soir : viser le fond de la fosse pour s’assurer une possible retraite “au cas où” et ainsi se priver de la proximité du groupe. Ou tout simplement viser le premier rang, pour être au plus près, et s’assurer par là même appui sur les barrières, oxygène à 180°, et eau distribuée par la sécurité. Allez, soyons fous et risquons, que diable ! Arrivé sur les lieux à 17h00, il n’y a pas encore foule, tant mieux. Je choisis la file la plus à droite, une seule personne devant moi. C’est ainsi qu’à l’heure de l’ouverture, je filai droit vers le premier rang, pile poil au milieu de la scène ! Les photos seront assurées par notre Envoyé Spécial Fred, que je remercie vivement. Au fur et à mesure que la fosse se remplit, je constate une fois de plus que le public de NTM a pris de l’âge aussi, s’est élargi, fait une place dans la société, est sûrement nettement moins colère qu’il ne l’a été, s’en est venu (re)voir les bêtes de scène que sont Kool Shen et Joey Starr, et se remémorer les belles années de sa jeunesse. Il y a aussi ceux qui vont voir le groupe pour la première fois, comme ma voisine de droite de 26 ans, et le petit moutard sur ma gauche qui accompagne son papa resté lui en arrière.

NTM @ Zenith (Nantes) - 24 octobre 2019
NTM @ Zenith (Nantes) – 24 octobre 2019

21:00 : Extinction des lumières. Le feu prend gentiment dans le public, fosse comme tribune, tandis qu’une musique grave annonce l’arrivée imminente des compères. Alors que dans le fond de scène l’énorme sigle NTM s’illumine, les deux DJs, DJ Pone et DJ R-Hash viennent prendre place, juchés sur des échafaudages accolés aux chiffres de la Seine Saint Denis ; le 9 à gauche, le 3 à droite de la scène. Sans qu’il ne soit présent encore, on entend la voix du Jaguar s’échauffer, puis hurler, signal suffisant pour que le feu dans le public se transforme en un total embrasement. L’arrivée du Suprême libère toutes les tensions et fait exploser une énergie qui semble avoir à peine assez de place pour se contenir dans les murs du Zénith. Ce dernier a pris quelques degrés supplémentaires, et je suis bien aise d’être au premier rang et non au milieu de la fosse !

NTM @ Zenith (Nantes) - 24 octobre 2019
NTM @ Zenith (Nantes) – 24 octobre 2019

Comme pour frapper du poing sur la table, On est encore là débute les hostilités. Ceux qui avaient éventuellement un doute quant à la motivation et aux capacités de NTM sont rassurés, ils sont bien là pour foutre le feu. C’est du reste ce qu’ils feront dès le deuxième titre, Qu’est-ce qu’on attend (pour foutre le feu). Ce soir, NTM offre un Best Of de ces quatre album, mais pas seulement. Car le duo ne vient jamais seul, mais systématiquement accompagné par une floppée de Lascars bien connus ; Lord Kossity, Busta Flex, Zoxea, Nathy… Les morceaux de NTM sont donc entrecoupés d’excursions musicales des deux membres avec leurs projets parallèles. Si je maîtrise les 4 albums de NTM, ce n’est pas le cas de ces derniers. J’en découvre donc à chaque concert de nouveaux, comme Fallait K’sa Bug, duo Kool Shen Busta Flex, auquel je préfère largement L’Avenir est à nous.

NTM @ Zenith (Nantes) - 24 octobre 2019
NTM @ Zenith (Nantes) – 24 octobre 2019

Je passe une très bonne soirée, j’ai un visuel on ne peut meilleur, j’ai de l’air, et la sensation d’être sur le point de défaillir m’est étrangère, ma rhino me laisse un répit. Mais… Je connais par cœur une bonne partie du répertoire, et veux chanter. Or, chaque fois que j’ouvre la bouche, je suis immanquablement pris d’une quinte de toux après dix mots. J’enrage ! J’enrage et cependant retente ma chance pour terminer inlassablement non pas à l’article de la mort, mais pas loin (j’exagère à peine…)

Pendant que je me débats comme un beau diable, le feu a pris maintenant dans tout le Zénith, depuis la scène jusqu’en haut des tribunes où tout le monde est debout. Laisse pas trainer ton fils parlait aux jeunes il y a vingt ans, ils sont devenus parents aujourd’hui… D’ailleurs, Joey Starr a remarqué mon voisin de gauche, le petit moutard dont je vous parlais plus haut. Il demande aux DJs d’attendre quelques instants avant de balancer le prochain son, descend de la scène, et approche micro en main :

  • Comment t’appelles-tu ?
  • X (J’ai oublié…)
  • Tu as quel âge ?
  • 10 ans ! (Répond le gamin fièrement)
  • Bravo !

Alors qu’il remonte sur la scène, le Jaguar balance au public tout sourire : “Vous avez vu ? Le môme ? Il a 10 ans !”  Il ramasse l’une des nombreuses petites bouteilles d’eau disposées le long de la scène, m’en lance une et me demande de la passer au petit.

NTM @ Zenith (Nantes) - 24 octobre 2019
NTM @ Zenith (Nantes) – 24 octobre 2019

Les désormais hits qui ont construit la légende défilent, Seine Saint Denis Style, Ma Benz, Tout n’est pas si facile, Popopopop (un peu plus pour les connaisseurs), Chacun sa Mafia

Il est en forme Joey, très en forme, physiquement, et vocalement. En témoigne son interprétation de Pose ton gun. Sa voix est puissante, rugissante, et ne laissera personne s’endormir. Même quand il n’est pas sur scène, sa voix se fait entendre. Il en demande autant en retour au public, qui doit lui aussi donner de la voix. Si l’ambiance vient à “sentir le pétard mouillé” ou encore “la litière pour chat”, Joey joue de la soufflante pour raviver le feu ! De facto, il fait ce qu’il veut du public, c’est là sa marque de fabrique. S’il est un point commun aux six concerts du Suprême auxquels j’ai eu le plaisir d’assister depuis 1996, c’est bien l’énergie érigée en un cercle vertueux entre NTM et son public. Les cogneurs ne font jamais semblant, ne frappent jamais dans le vide, et s’assurent que la générosité de leurs assauts leur soit rendue par un public qui mouille le maillot.

NTM @ Zenith (Nantes) - 24 octobre 2019
NTM @ Zenith (Nantes) – 24 octobre 2019

Le 23 novembre prochain, une dernière salve sera donnée à l’AccorHotels Arena de Paris. Je n’ai pas été parmi les chanceux à pouvoir me procurer un billet.  A tout le moins aurai-je eu la chance de les suivre sur scène sur 24 ans et pour ce peut-être (?) dernier Zénith de Nantes… Merci Messieurs !

Ehyobro

Ehyobro n'aime pas trop écrire sur lui, alors le reste de l'équipe s'en est chargée pour lui. Modeste de sa personne, Ehyobro est pourtant autant expert en musique traditionnelle japonaise, que concernant la discographie de Madonna! Sinon, il fait aussi de la photo, et il se débrouille plutôt bien!
Avatar

Laisser un commentaire