Archive - Atnènes sept 2019 - ©Ehyobro

Archive s’offre l’Odéon d’Hérode Atticus à Athènes pour entamer sa tournée automnale

AvatarPosté par

2019 est décidément une très bonne année pour Archive qui continue de fêter ses 25 ans d’existence. Weirdsound a déjà évoqué à plusieurs reprises le collectif cette année, au travers notamment d’un live report (Nantes 14 mai 2019) et d’une interview lors de ce passage au Stereolux de Nantes.

Archive avait décidé de diviser la célébration de ce quart de siècle en deux temps. Tout d’abord la sortie en mai dernier du coffret 25 comportant une sélection de titres issus des 12 albums studio ainsi que 8 inédits. Cette sortie était accompagnée de 3 concerts exceptionnels (Clermont-Ferrand, Nantes et Paris) dont les chanceux spectateurs se souviendront longtemps : un marathon de trois heures et trente minutes, avec tout de même vingt minutes de pause pour souffler.

La tournée 25 à proprement parler, était prévue quand à elle à partir du 19 septembre à Mannheim, en Allemagne. Tout était donc réglé. Mais Archive est plein de surprises, c’est pour cela (entre autres) que je les aime ! Ainsi donc, courant juin il fût décidé que le début de la tournée ne serait pas à Mannheim le 19 septembre, mais à Athènes en Grèce, le vendredi 13. Pas un brin superstitieux nos amis Londoniens ! Outre le fait de commencer une tournée un jour où beaucoup d’artistes, (je présume), refuseraient de se produire, le lieu choisi pour donner le concert imposait un : wouaaaahhh, langue bien pendue… L’Odéon Hérode Atticus, théâtre antique à ciel ouvert construit en 160 ap JC, tombé en ruine et rénové en 1950 se dresse juste au pied de l’Acropole. C’est dire si ce magnifique écrin embrassé par les siècles impose le respect.

Archive - Atnènes sept 2019 - ©Ehyobro
L’Odéon se remplit tranquilement – Archive – Atnènes sept 2019 – ©Ehyobro

Ex-helléniste se souvenant encore de ma première phrase apprise en grec :  η του ποιετου φωνη αρεσκει τἠ θηα ; la voix du poète plait à la Déesse, et n’ayant jamais eu le plaisir de poser le pied sur la terre de Socrate, Platon et Pythagore, je fis un “rapide calcul” fort peu alambiqué, non sans avoir au préalable invoqué Eratosthène et autres Thalès… Passais un coup de fil à un ami… Et un peu moins de trois mois plus tard, me retrouvais donc à Athènes, à l’Odéon d’Hérode Atticus, pour la première d’Archive. Ça, c’est la vie la vraie !

Archive - Atnènes sept 2019 - ©Ehyobro
Archive – Atnènes sept 2019 – ©Ehyobro

Paré de marbre blanc, le demi-cercle de l’Odéon se ferme dans le fond de la scène par les pierres séculaires. Près de 2000 ans après sa construction, il laisse encore transparaitre le goût et l’immensité de la fortune de celui qui le fit bâtir après avoir perdu sa bien-aimée. La fosse en damier n’est pas vouée à accueillir le public, mais uniquement un éventuel orchestre. Les spectateurs prennent place sur les gradins. Conséquemment, une distance physique se crée entre le groupe et les spectateurs des premiers rangs.

Archive - Atnènes sept 2019 - ©Ehyobro
Archive – Atnènes sept 2019 – ©Ehyobro

21h00 : Les Grecs ne semblent pas spécialement doués de ponctualité. Les derniers spectateurs “se pressent” encore pour aller gagner leurs sièges tandis que la bande sonore bizarroïde annonçant le début imminent du concert est lancée. Ce sont Maria Q et Holly Martin qui, tout comme lors des trois concerts de mai, débutent avec You make me feel. La scénographie, le show lumière, la présence de néons tubulaires et les effets sont également similaires. Le concert reprend donc pour l’essentiel les visuels ainsi que la setlist choisis en mai dernier. Rapidement, Archive prend les rênes du lieu et parvient à se l’accaparer tranquillement. Ceci pour le plus grand plaisir du public qui reprendra à tue-tête le refrain de Fuck You, balancé juste après You make me feel.

Archive - Atnènes sept 2019 - ©Ehyobro
Archive – Atnènes sept 2019 – ©Ehyobro

L’endroit donne une dimension particulière au show, avec les vieilles pierres se détachant sur le fond de la scène. Ce soir est également une nuit de pleine lune, il suffit de lever un peu les yeux par-delà les murs pour l’apercevoir dans le ciel étoilé.  Avec cet espace séparant le groupe du public, on a une sensation d’être présent pour Écouter Archive, plus que pour voir Archive. Écouter de tout son être, du bout des doigts de pieds jusqu’aux cheveux… Et puisque l’on parle d’écouter, évoquons l’acoustique du lieu quelques instants. Habitué à porter mes bouchons d’oreilles pour me protéger, au fur et à mesure du concert, je les enfonçais un peu moins, jusqu’à les enlever complètement. Un son puissant mais nullement agressif, clair, d’une propreté impeccable.

Quelques petites nuances sont à noter par rapport aux concerts auxquels j’ai assisté en mai dernier. Sur Kid Corner, la ligne de basse est nettement plus présente que d’ordinaire, et sur la fin ce fût un festival ! Violently et Controlling Crowds voient leur final clairement survitaminé et dopé aux hormones, assez pour que le public se lève d’un seul homme… Sur Finding It So Hard, les éclairages et lasers vu depuis les gradins donnent l’impression d’assister à une aurore boréale… Erase s’installe de mieux en mieux dans la setlist, sans toujours pour autant donner la place à un peu de temps pour recevoir les applaudissement que ce titre mérite ! Moment fort également, lorsque les deux créateurs Darius Keeler et Danny Griffiths, seuls sur la scène se font face pour lancer les premières notes de Light lors du retour pour le rappel.

L’exercice du choix de la setlist a probablement été compliqué pour le collectif, encore plus pour un concert revenu à une duré plus classique de 2h15. Chacun y aura néanmoins trouvé son compte. Bon, un titre de Londinium aurait été le bienvenu quand même ! Archive nous quittera sur Again, avec un Dave Pen en forme olympique (non ce n’est pas une mauvaise blague !), et une fois de plus un auditoire qui se lèvera dans son ensemble avant la montée finale. Belle première dans un lieu d’exception, avec un groupe dont l’envie de jouer était plus que manifeste.

L'Odeon d'Hérode Atticus
L’Odeon d’Hérode Atticus, le lendemain du concert, vu depuis le chemin au pied de l’Acropole d’Athènes. Scène en construction pour le Festival de septembre.

Archive passera par la France pour 18 dates, entre le 5 novembre à Lille et le 27 novembre à Strasbourg. Lille, Reims et Angers sont déjà complets….

Ehyobro

Ehyobro n'aime pas trop écrire sur lui, alors le reste de l'équipe s'en est chargée pour lui. Modeste de sa personne, Ehyobro est pourtant autant expert en musique traditionnelle japonaise, que concernant la discographie de Madonna! Sinon, il fait aussi de la photo, et il se débrouille plutôt bien!
Avatar

Laisser un commentaire