Periods-jupiter-mathildekauffman

PERIODS – Féministes mais pas que

freakypeacePosté par
Temps de lecture : 4 minutes

Il y a quelques jours, Fatherubu m’envoie un lien pour écouter un groupe sortant son nouvel EP. Les premières secondes d’écoute, j’entends du synthé, l’électro, un petit beat, j’ai l’impression de revenir un peu en arrière dans les sonorités. Je ne suis pas une grande fan des années 80, mais on s’est tous surpris un jour à danser comme des cons (ou connes, le féminin est très important pour cet article) sur ce genre de rythme, alors l’ensemble ne me déplaît pas.  La seconde chanson démarre, et là, tout un tourbillon s’empare de moi : ma colère de statut de femme se réveille. Je décide d’écouter d’un one shot cet EP.

Un mélange d’émotions s’était éveillé. C’est pour cela qu’aujourd’hui, nous allons parler de PERIODS, trois nanas françaises qui se jettent dans le grand bain, et sortent leur premier EP, le 17 septembre 2019, avec des gros ovaires pour libérer, en musique, ce qu’elles ont dans le bide.

PERIODS – c’est qui, c’est quoi ?

Le groupe s’est formé en novembre 2017 à l’initiative de Dana et Ophélie, deux claviéristes. Paola, la petite sœur de Dana, rejoint la formation pour ajouter de la basse à tout ça (élément tellement essentiel, nous sommes d’accord).

Periods - 2019
Periods – 2019

Pourquoi ce nom de groupe ? Pour en être sûre, il faudrait demander aux principales intéressées, mais je trouve personnellement ce nom très bien trouvé, et très représentatif du genre féminin (Et si vous n’y êtes toujours pas, écoutez Craquinettes, et vous aurez une idée…). En tout cas, ça m’a mis directement dans un univers précis et les chansons qui ont suivi m’ont bien cadrée sur ce que j’écoutais : nous sommes clairement dans une musique qui revendique la féminité, que dis-je, le féminisme ! Cependant, pas de méprises, nous sommes loin des princesses paillettes, licornes et compagnie.  Periods c’est de l’électro punk ; les rythmes sont soutenus, énervés, et elles ne sont pas là pour faire de la figuration, ni pour se faire des potes.

Vocoder 3000

Ce qui se dégage de l’ensemble de l’EP, c’est une véritable libération des tabous féminins. Dès le deuxième titre, (le premier étant une sorte d’introduction musicale) on rentre tout de suite dans le vif du sujet de … l’abus sexuel. Un moniteur profitant de la jeunesse d’une douce et charmante apprentie conductrice.  Comme je vous le dis, pour les paillettes, on repassera.  Ceci étant dit, il est encore trop rare de nos jours d’avoir des textes qui expriment ce genre de problématique. D’autant plus que bien souvent, ces événements sont passés sous silence, puisque la honte vient s’y mêler. (honte qui ne devrait même pas effleurer l’esprit de chaque femme qui se trouve face à ce genre de situation, soit dit en passant).

Mais Periods ne s’arrête pas là pour évoquer tous les troubles par lesquels toute femme est confrontée au moins une fois dans sa vie.  Dans la chanson Craquinette, ce sont les menstruations qui sont mises en lumière, et sans filtres. Alors si toi aussi, tu es une lectrice fan de Weirdsound, ce titre est fait pour toi. Quand tes hormones bouillonnent et que tu n’es clairement plus maîtresse de tes émotions. Ce titre décomplexe, lâche les nerfs et tout de suite, la solitude s’échappe quelques instants. (La version ci-dessous est légèrement plus calme que celle enregistrée sur l’EP, bien plus rythmée et en phase avec le thème abordé).

Pour le titre Frustration, c’est le plaisir sexuel féminin qui est abordé. Car là encore, le plaisir de la femme passé au second plan est encore trop présent dans l’inconscient collectif, même si, comme dans toute situation, il y a toujours des lumières, donc non, tous les hommes ne sont pas concernés par ces attaques féministes. Mais, Periods fait juste un petit rappel qu’encore bon nombre de femmes se retrouvent sur la paille, les ovaires et l’envie entre les jambes … Parce qu’elles n’osent pas s’exprimer.

Au delà de titres très féministes, il y aussi des textes plus larges, comme Netflix, parce que comme son nom l’indique, qui ne s’est jamais retrouvé à laisser tourner Netflix, enfoncé profondément dans son canapé, à attendre que les heures passent, le monde bougeant sans que l’on y participe vraiment. A part donner des sous à Netflix justement.

Secoues-toi, le 8ème titre de l’EP, est un peu dans le même esprit, mais clairement adressé aux nanas tout de même. Ne pas se laisser tomber, s’affirmer, et oser dire non à une situation qui n’est clairement pas faite pour soi. Et tout ça dans la même énergie musicale que les autres titres.

Jupiter, mon petit coup cœur de l’EP, est dans un climax plus calme, plus coloré, placé au milieu pour décharger un mal bien connu d’entre nous tous (tes) : la peine de cœur ! 

SF, qui clôture ce premier EP, est, comme son nom l’indique, dans une ambiance très SF musicalement parlant, et quelque peu stellaire dans ses sonorités. Même si on n’est pas loin de se perdre dans des nébuleuses artistiques, la cohérence est maintenue pour ce dernier titre. 

Periods, c’est du franc-parler, et les rythmes sont en cohérence avec les histoires racontées. On ne peut que féliciter ces 3 nanas d’avoir la niaque de libérer la parole en musique sur des thèmes encore tabous, et au moins, elles participent à cette émancipation et à dire non au silence de toutes ces choses que chaque femme vit, afin que tout cela devienne normal, au lieu d’être bizarre, voir des complexes.

Au delà des textes, les rythmes sont entraînants, assez simplistes sur la construction musicale, mais le travail de fond y est bien présent. On ne souhaite à Periods que de s’épanouir et de gravir les échelons du monde musical ! Et continuer de libérer la parole, parce que c’est un droit des femmes, mais aussi un devoir de nos jours.

Facebook : https://www.facebook.com/periodsband/

freakypeace

La musique, ce refuge : passant du rock au classique, prenant parfois le virage de la pop, tout est une question de feeling et d'émotions. C'est du moins ce que Hélène tente de retranscrire dans ses articles!
freakypeace

Les derniers articles par freakypeace (tout voir)

Laisser un commentaire