Victims par Mia Möllberg

Victims-The Horse And Sparrow Theory : dernier avertissement avant l’effondrement

AvatarPosté par
Une théorie fantasmée :

The Horse and sparrow theory, ou la théorie du cheval et du moineau, est un concept économique qui date du XIXe siècle— plus exactement de la crise de 1896— et qui, malgré  l’absence de démonstration scientifique de son fondement, rencontre encore un grand succès de nos jours. Pour faire simple, si on donne beaucoup au cheval, il engraissera à son tour le moineau. Autrement formulé, c’est la théorie du ruissellement (coucou Manu). Mais, comme le soulignent les gars de Victims dans leur dossier de presse, le moineau devra manger la merde.

Victims-The Horse and Sparrow Theory_Relapse 2019

C’est aussi le titre qu’ont choisi les vétérans de la scène punk-hardocre suédoise pour leur dernier et septième brulot, le premier chez Relapse. L’album affiche fièrement une durée de 28mn. Franchement, c’est court mais sacrément intense. Et à aucun moment le rythme ne faiblit. On y sent constamment comme une pulsation de vie—de survie—qui pousse chaque titre vers l’avant L’impression globale après écoute est d’être passé sous un bulldozer. L’atmosphère (pré) apocalyptique qui règne tout au long des huit morceaux est aussi un exutoire aux angoisses du monde contemporain. Profondément concerné par les ravages du néo-libéralisme et de la technologie sur l’environnement, les inégalités et par la catastrophe qui s’annonce et arrive, le groupe crache sa rage dans un maelstrom de guitares, de beat furieux et de chants hargneux. Il y a comme une impression de tragédie inéluctable dans les riffs  qui jouent sur des progressions d’accords qui sonnent comme des marches funèbres. On est clairement dans la lignée des Discharge, Exploited ou même Sepultura.

Climate change isn’t just an environmental issue, it’s a political issue and also a class issue, on
a global scale.

Le changement [réchauffement] climatique n’est pas juste une question environnementale, c’est un problème politique et également un problème de classe, sur une échelle globale.

Dossier de presse/livret

On peut ainsi entendre sur We Fail un discours du Brigadier General Stephen Cheney du Swedish Institute of Internal Affairs qui décline les conséquences environnementales et géopolitiques déjà perceptibles du réchauffement climatique. Il y égrenne aussi quelques prospectives émisent par le Pentagone. Glaçant. (Je mets le lien en bas, comme ça, pour ceux qui baragouinent l’angliche).

Si tu ne connais pas ce morceau, c’est que tu ne regardes pas  « les clips de la semaine » préparés par mon excellent confrère Fatherubu.

Du son qui déchire les tympans et mobilise les consciences

Pour leur septième (sans compter les splits et EP) album, les suédois de Nyköping signent chez Relapse et s’adjoignent les services de Karl Daniel Lidén à la production (Katatonia, entre autre). Cela donne un son brut et puissant, sans fioriture, mais étonnement propre et clair. L’accent est largement mis sur les lyrics et le chant se détache de l’ensemble tout en restant cohérent avec le son global.

Le livret qui accompagne l’album est une déclaration d’intention qui décline la position des membres du groupe : anti-capitalistes, fortement techno-critiques, anti-racistes et surtout profondément concernés et consternés par l’aveuglement des dirigeants et d’une partie de la population quant aux causes et effet des tragédies environnementales contemporaines. Les musiciens y développent une critique acerbe et argumentée du système actuelle, de notre mode de vie et des idéologies libérales qui divisent les peuples entre eux et, au sein même des nations, entreprennent une individualisation qui empêche de plus en plus les coopérations et l’entraide.

En 2050, plus de plastique que de poissons dans l’océan…

Si vous n’avez pas encore conscience de  la catastrophe, rien ne vous empêche d’apprécier le vent de révolte et l’énergie qui se dégage de cet excellent album. Rien de novateur, certes, mais une sincérité qui fait de plus en plus défaut dans un univers musical où la pose est de plus en plus de rigueur et où la dimension des shows est en constante progression jusqu’à en oublier la fonction même du musicien/troubadour : divertir en informant.

The problem is, even if
the sparrow is free to pick the seeds of the horse’s undigested food, it still has to plough through
shit to get them.
Le problème [avec la soit-disant théorie du ruissellement] est que, en dépit du fait que le moineau reste libre de grappiller les graines non digérées laissées par le cheval, il doit tout de même fouailler la merde pour les atteindre.

Dossier de presse/Livret

Chez Relapse le 28 juin

Liens :

http://www.victimsinblood.com/

https://store.relapse.com/b/victims

Mr Moonlight

Entremetteur! Non, pas celui qui concocte des entremets, mais bien un passeur. C'est cela Mr Moonlight, un amoureux de la musique sous toutes ses formes : du métal le plus extrême à l'électronica la plus douce. Pour vous servir
Avatar

Laisser un commentaire