jay jay Johanson 3 VIP St Nazaire mai 2019 photo benoit weirdsound

Jay Jay Johanson présente son nouvel album au VIP de St Nazaire

ZiggyPosté par

Jay Jay Johanson, qui vient de sortir son 12ème album studio, Kings Cross, le 19 Avril dernier, donnait seulement deux concerts en France en ce beau (enfin, musicalement parlant!) mois de Mai 2019. Le VIP de St Nazaire (le 7 Mai) et le café de la Danse (le 8 mai) à Paris avaient donc cet honneur d’accueillir notre auteur compositeur suédois à la musique quasi inclassable, même si les dominantes jazzy et Trip Hop restent indéniables.

Jay Jay Johanson en 1996…un parfum de Scott Walker sur un de mes titres préférés.

Notre dandy crooner suédois, qui fêtera cet automne ses 50 ans, est tombé dans la marmite jazz alors qu’il avait 15 ans et même si son véritable nom , Jäje Johansson,est proche de son nom de scène, il a choisi son nom d’artiste en référence au tromboniste jazz américain Jay Jay Johnson (mort en 2001). Jay jay Johanson eût aussi le coup de foudre pour Chet Baker, qu’il vit en concert en Suède. Pour éclairer ses influences majeures, il faut ajouter que Jay Jay Johanson tombe aussi sur le 1er album de Portishead, Dummy, en 1994, et, dès lors, le Trip Hop devient la 2ème composante de son inspiration. Mentionnons enfin sa fascination pour les B.O de films, notamment des années 60/70 : Michel Legrand, avoue J.J.J, inspira son 2ème album Tatoo. Aujourd’hui encore, J.J.J reste fortement marqué par les musiques de film: ainsi un titre comme « Not Time yet« , qui ouvre son dernier album est venu après de « trop » nombreux visionnages du film de Bergman « Le Septième sceau ».

Dès son 1er album, Whiskey, en 1996, avec son fidèle complice Erik Jansson au clavier/piano, toutes ces influences sont présentes, avec une dose d’électronique. Le magazine « Les Inrocks » évoquait alors un « mélange de Chet Baker et de …Portishead »! J’ai vu Jay Jay Johanson, la 1ère fois, dans notre salle mythique nantaise de l’Olympic, en Novembre 2000 (Quelques jours avant un festival des Inrocks mémorable-un parmi d’autres- avec notamment Sigur Rös). J.J Johanson avait alors sorti son 3ème album , Poison (toujours alors chez BMG) avec des titres incroyables comme « Colder », un de mes favoris. J.J.J a ensuite en partie disparu de mon horizon musical, n’écoutant que d’une oreille distraite ses productions suivantes. Je veux réparer cet oubli aujourd’hui et son concert, coïncidant avec ce nouvel excellent album, est l’occasion de rappeler l’existence ce talentueux songwriter qui vient aussi de faire ses débuts cinématographiques dans un film, Swoon, sorti en début d’année: J.J.J joue le rôle d’un pianiste danseur pendant la 2de guerre mondiale).

En 1ère partie du concert de Jay Jay Johanson, le VIP proposait Degree, jeune nantais de 20 ans. Avec son electro-pop folk, il cultive, comme son successeur sur la scène, une certaine mélancolie dans ses titres. Seul sur scène, avec ses machines/claviers, ses enregistrements et sa guitare, il nous a délivré un set plaisant, mêlant titres electro et folk acoustiques, notamment pour une chanson d’amour, avant de terminer par « Memory », presque tous ses titres étant chantés en anglais d’une très belle voix qui a séduit le public. J’aime beaucoup le titre « Under the same flag »  et « Sheltered love ».  j’ai vu aussi qu’il avait fait une cover de Perfume Genius…une preuve de bon goût! Un artiste à suivre et à revoir.

Le trio constitué de J.J.J, Erik Jansson aux clavier et piano et Magnus Frykberg à la batterie entre en scène sous les acclamations d’un public connaisseur. Le set démarre sur le titre ouvrant le dernier album « Not time yet« . Ce fût d’ailleurs le 1er titre composé par J.J.J pour cet album en revenant de sa tournée de 2017. Comme le rappelle Jay Jay, « le 1er titre donne généralement le ton de l’ensemble de l’album »….et c’est le cas là encore comme pour l’album précedent, Bury the Hatchet, avec « Paranoid » , joué en 2de partie de set. La photo (qui reste fixe) d’une des 2 videos accompagnant le titre a été prise par J.J.J dans sa chambre d’hôtel à Lyon, en 2017. Ce n’est pas encore le moment de partir et « il n’y a pas de moyen facile de dire goodbye » comme le chante J.J.J dans ce titre et tant mieux car nous voulons encore d’autres beaux albums!  Cela n’empêche pas J.J.J d’être lucide à l’aube de la cinquantaine, alors qu’il chantait déjà « I’m older now » en 1996, titre repris en fin de set ( avec une video de rituels au bord du Gange): « Bon, comme disait Bowie, en vieillissant, tu deviens la personne que tu as toujours voulu être » déclarait J.J Johanson en répondant, en janvier à J.D Beauvallet qui l’appelait de Brighton après le concert de Londres. puis il ajoutait « Bon, évidemment, c’est impossible de ne pas penser que l’on glisse doucement vers une sorte de fin »….

Jay Jay Johanson va ensuite alterner les titres d’albums anciens et plus récents, revisitant, pour notre plus grand plaisir de nombreux standards: les 3 premiers albums se taillent la part du lion avec chacun 3 titres joués! Bien sûr, le dernier album est aussi bien présent : au delà du titre d’ouverture, nous aurons « Smoke« , « Old Dog » juste intercalés par une très belle version de « Far Away » de l’album Tatoo (1998).  « Niagara falls » est aussi un autre très beau tire du dernier album dont la genèse fût mouvementée il y a 4/5 ans…..Jay Jay Johanson raconte… »première idée présentée à Erik » à Stockholm mais en absence de leur batteur Magnus Frykberg (dans le studio duquel tous les albums ont été enregistrés et mixés) qui est à Los Angeles lorsqu’ils l’appellent au téléphone. Première démo enregistrée à deux avant que « 2 semaines plus tard, je me retrouve chez Robin Guthrie (des Cocteau Twins) qui vit maintenant à Bourgbarré au sud de Rennes ». C’est donc là qu’est née une « magnifique version » de ce titre qui aurait pû donc déjà se retrouver sur l’album précédent en 2017. En fin de set, le public l’attendait déjà, J.J.J joua aussi « Heard somebody whistle » avec son sifflement addictif….ce titre est né au début du printemps 2018 sur la route de l’aéroport de Bucarest, alors que Jay Jay Johanson était marqué par le sifflement du thème « Twisted Nerve » de Bernard Herrmann en 1968 mais surtout popularisé par le film de Tarentino, Kill Bill en 2003.  « Heard somebody whistle » est devenu aussi le thème final du film « Swoon » précité.

Après un superbe electro jazzy « Rocks in Pockets« , l’heure des remerciements sonnait. « Thank you so much all of you »…Jay Jay Johanson était venu, à St Nazaire, au VIP, en Janvier 2015. On espérait un rappel, tradition oblige, et Jay Jay Johanson revînt seul pour interpréter, a capella, « Whispering words« . Moment de grace pour apprécier la voix de Jay Jay. C’est un autre titre de l’album Poison, « Believe in us« , qui clôtura le set. Erik Jansson termina le concert déchainé, dansant sur la scène, la bonne humeur se communicant immédiatement au public.

Jay Jay Johanson 8 VIP St Nazaire mai 2019 photo benoit weirdsound
Jay Jay Johanson  VIP St Nazaire mai 2019 photo benoit weirdsound

Jay Jay Johanson , après avoir serré de nombreuses mains, descendit ensuite pour un bain de foule, esquissant même à nouveau quelques pas de danse avec des spectatrices et se prétant aux selfies! j’eus le plaisir de retrouver Jay Jay Johanson au stand de merchandising et de pouvoir discuter un peu avec lui. Pêle mêle,  souvenirs de 2000 (tiens il m’apprend que Dominique A était aussi au concert de l’Olympic à Nantes), Scott Walker ( je trouvais que notamment le titre « So tell the girls that I’m back in town » avait un parfum de Scott Walker, eh bien non…à l’époque, Jay Jay est plus marqué par Sinatra et….Demis Roussos…rires!); Nous évoquons aussi les Cocteau Twins, Bristol, Robin Guthrie ( une  » amitié et collaboaration qui dure depuis 1997″) …il sera à Paris ce soir?… et qui participe aussi à un duo avec Jay Jay sur le titre « Lost Forever » (pas joué ce soir). Nous n’avons pas eu non plus le titre « Fever » qui fait l’objet d’un autre duo, magnifique, avec Jeanne Added.

Les mardis se suivent mais ne se ressemblent pas, musicalement parlant….Après Dead Can Dance et avant de célébrer les 25 ans d’Archive, mardi 14 Mai à Nantes Stereolux ( oui vous aurez aussi le report!), le VIP de St Nazaire nous a offert, à nouveau, une très belle soirée avec Jay Jay Johanson.  Tack Sa Mycket Jay Jay!!

Souvenir d'une belle soirée Jay Jay Johanson VIP St Nazaire 2019 photo benoit weirdsound
Souvenir d’une belle soirée Jay Jay Johanson VIP St Nazaire 2019 photo benoit weirdsound

Ecoutez (et achetez!) l’album « Kings Cross » dont le titre est une référence au quartier londonien où vécût Jay Jay Johanson lorsqu’il travaillait à londres en 1993, quartier qu’il évoque en rappelant, qu’à l’époque, « il était plein de prostituées et de dealers mais il était peu cher et attractif pour les artistes et musiciens ».

Ziggy

Passionné depuis toujours par la musique et par le support vinyle! Son premier grand concert : King Crimson à Londres,il y a très longtemps! Aujourd'hui il aime de nombreux styles, pourvu que la musique soit bonne,mais ça, c'est très subjectif!!
Ziggy

Laisser un commentaire