Dhafer Youssef Pianocktail 2019 photo benoit weirdsound

Dhafer Youssef subjugue le piano’cktail

ZiggyPosté par

Dhafer Youssef, grand maître tunisien du Oud, avait sorti un album Sounds of Mirors au début de l’automne 2018. Je ne tarissais pas d’éloges sur cet album , que j’avais aussi classé dans mon top 10 de l’année, tous styles confondus et avais hâte de le voir jouer en Live. Dhafer Youssef nous proposait ainsi de revisiter cet album de plus d’une heure (1h06 exactement pour la version album!) au Piano’cktail de Bouguenais, dans la banlieue nantaise, le 28 Mars 2019 devant une salle affichant complet.

Si Dhafer Youssef a silloné le monde, il eût aussi, très tôt, un vrai coup de foudre pour la musique indienne alors qu’il vivait à Vienne. C’est avec son neuvième album, Sounds of Mirror, qu’il va concrétiser son rêve d’alchimie de musiques et d’influences venues d’orient, du sud de la Méditerranée mais aussi du nu jazz nordique en rendant hommage au grand maître et légendaire percussionniste indien Zakir Hussain (qui rêva aussi d’être batteur de rock!). A propos de l’album, Dhafer Youssef déclarait l’an dernier:”J’ai senti que, partant d’un socle culturel indien, nous pouvions aller vers un propos plus universel”…avant de poursuivre: “L’enregistrement m’a fait l’effet d’une ode à l’amitié et à la fraternité…Quand nous jouions ensemble, j’avais la nette sensation que des âmes soeurs se reflétaient ” (D’où le titre de l’album).

Dhafer Youssef et Stéphane Edouard Bouguenais 2019 photo benoit weirdsound
Dhafer Youssef et Stéphane Edouard Bouguenais 2019 photo benoit weirdsound

Ce soir, Dhafer Youssef nous a offert un concert de près de 2 heures en revisitant son album avec souvent de longues versions aux modulations qui vont subjuguer le public , même si Zakir Hussain n’est pas présent comme sur l’album. Dès les premières minutes, la magie est bien présente: après une intro instrumentale planante, l’oud puis la voix de tête du maestro sur “Humankind” envoûte la salle d’autant que le son est excellent…Ok, c’est un de mes titres préférés mais il est magnifique! Les 3 premiers titres de l’album s’enchaînent et le public est ébloui par la maîtrise musicale du quatuor mais aussi par une atmosphère mêlant émotion méditative et moments plus rythmés, jazzy où le groove s’instille. Les titres vont être souvent revisités et certains passages voir leur durée considérablement rallongée, mais c’est cela le plaisir du live!

Dhafer Youssef Quartet Bouguenais 2019 photo benoit weirdsound
Dhafer Youssef Quartet Bouguenais 2019 photo benoit weirdsound

Après une bonne demi heure de concert, et un superbe “Ruby Like wine” où l’on retrouve les vocalises brillantes de Dhafer Youssef (avec un peu de reverb), il est temps pour celui ci de saluer le public (en français et en arabe) puis de présenter ses musiciens. Tous vont mériter, à plusieurs reprises, les honneurs du maître mais aussi les applaudissements du public: “Il vient d’Italie…Raffaele Casarano” (aux saxophones)… “Il vient de Paris…Stéphane Edouard” (Aux parcussions, il a la lourde tâche de remplacer Zakir Hussain de la version album, mais quel brio ! “Il vient de Norvège…Eivind Aarset“. Comme sur l’album, on retrouve le brillant guitariste norvégien qui relie sa guitare à son clavier et me rappelera encore souvent ce soir son aîné Terje Rypdal. Dhafer Youssef n’oublie pas non plus , fort heureusement, son ingé son italien et même l’élairagiste à qui il demande de régler un petit problème! Le temps d’évoquer les habitants de Bouguenais et de dire qu’il dort à Nantes et le concert redémarre par un nouveau moment de forte complicité entre Dhafer Youssef et son percussionniste avec lequel il joue pendant plusieurs minutes. On se demande à plusieurs reprises comment les paumes de mains du percussionniste peuvent résister au traitement infligé  , Stéphane Edouard s’en servant même pour frapper ses cymbales! Dhafer Youssef ne s’y trompe pas, en faisant applaudir plusieurs fois son percussionniste avec lequel il déroule parfois un semblant de rituel, s’approchant à petits pas, son oud dans les bras, puis reculant sans cesser de le regarder.

Dhafer Youssef et Raffaele Casarano Bouguenais 2019 photo benoit weirdsound
Dhafer Youssef et Raffaele Casarano Bouguenais 2019 photo benoit weirdsound

La complicité existe aussi avec le saxophoniste dont, à plusieurs moments, le jeu mais aussi le son me rappellent celui de Garbarek; Seul sur son estrade, Eivind Aarset n’est pas pour autant absent du jeu, restant souvent indispensable au climat méditatif/”ambient” que ses nappes de guitare/clavier peuvent prodiguer. Après plus d’une heure de concert, Dhafer Youssef demande au public s’il en veut “Plus”….oui bien sûr et c’est le très beau “Satya”avec seulement Oud, guitare et saxo avant que les percus ne reviennent pour la suite “Satyagraha“….. Fin du concert? Le public, debout, acclame ses héros musiciens et réclame un rappel.

Le quatuor revient. Dhafer présente le dernier titre (dernier aussi de l’album), “Good Morning Mumbaï“, hommage à Zakir Hussain né à Mumbaï, et titre que Dhafer joue aussi à sa petite fille quand elle ne veut pas dormir, nous dit-il! On l’envie!

Dhafer Youssef quartet Pianocktail 2019 photo benoit weirdsound
Dhafer Youssef quartet Piano’cktail 2019 photo benoit weirdsound

Une heure trois quarts d’un concert qui a comblé tous les spectateurs! Un petit regret tout de même: que Dhafer Youssef ne soit pas venu au stand  merchandising, d’autant que les disques vendus étaient assez chers et qu’une petite dédicace/rencontre avec Dhafer Youssef aurait été encore plus appréciée.

Ziggy

Passionné depuis toujours par la musique et par le support vinyle! Son premier grand concert : King Crimson à Londres,il y a très longtemps! Aujourd'hui il aime de nombreux styles, pourvu que la musique soit bonne,mais ça, c'est très subjectif!!
Ziggy

Un commentaire

  1. C’est vrai que le merchandising était excessif, mais rien à voir avec Dhafer Youssef! Heureusement !Très bon article! ,décidemmment Ziggy est un très grand reporter !

Laisser un commentaire