T-Moon en interview sur weirdsound

T-Moon : Une étoile montante qui pourrait bien décrocher la lune…

GuittWallPosté par

Peut-on réellement passer du métal à l’électro ? Clairement oui ! Réda Boucher nous le prouve sous son nom d’artiste T-Moon. Guitariste dans plusieurs groupes de métal dont Break These Shackles avec lesquels il a tourné, il revient aujourd’hui en loup solitaire dans un E.P. où instruments physiques se mêlent à la composition informatique.

Sa musique électro aux sonorités pop donne naissance à un nouvel électro dans lequel les genres ne sont plus catalogués mais inspirants, pour un registre qui prend tout son sens. Un son teinté de rap et de pop où musiques du monde et voix hindoues se marient à des instruments africains. Un cocktail explosif qui ne laisse pas indifférent.

Cette singularité nous a interpelé chez weirdsound. Nous passons donc quelques coups de fils et nous voici  interrogeant T-Moon à l’occasion de la sortie de son premier EP « Even If » sorti le 18 mars dernier.

T-moon pochette EP
pochette de l’EP de T-Moon « Even if »

Weirdsound : Bonjour T-Moon, tu viens du Val-d’Oise, tu as joué dans des groupes de métal et aujourd’hui tu fais de l’électro. Peux-tu nous expliquer la différence, pour toi, entre ces deux genres musicaux qui paraissent opposés ?

T-Moon : La grosse différence, c’est que dans le rock métal, on est en groupe. Passer à l’électro m’a permis de me retrouver seul. Si l’on parle du côté musical, dans le fait de passer à la musique électronique, c’est surtout le côté virtuel qui est nouveau pour moi. Mélodiquement, j’ai toujours la même patte que le rock métal.

Weirdsound : Passer d’un groupe de métal à une carrière solo, ça ne t’a pas effrayé ?

T-Moon : C’est un désir de ma part. Je suis quelqu’un d’assez solitaire en général. Je ne vais pas cracher sur le groupe car j’ai appris beaucoup de choses. Mais c’est difficile de s’accorder lorsqu’on est plusieurs. Dans le groupe de métal, nous étions 6 et maintenant je me sens beaucoup plus à l’aise car j’ai la main sur tout. La seule frayeur que j’ai pu avoir, c’est le fait de ne pas avoir de recul car tu peux te perdre dans ce que t’aimes et non dans ce qui fonctionne. Finalement, les décisions, je dois les assumer.

Weirdsound : Quel a été le déclic lorsque tu as quitté le groupe ?

T-Moon : Ça s’est fait sur le long terme, car j’ai quitté le groupe en 2013 et j’ai dû arrêter la musique pendant 4 ans. J’en ai profité pour me recentrer sur moi-même et sur ma carrière pro. Je me suis investi pour monter mon école de musique qui existe toujours d’ailleurs.  Et c’est en 2018 que je me suis relancé dans la musique sous le nom de T-Moon.

Weirdsound : Tel un bon rockeur, tu as pas mal de tatouages. Lequel semble essentiel à tes yeux et a un lien avec ta musique ?

T- Moon : C’est une sorte de fresque qui représente un peu l’évolution et le changement. Par exemple, j’ai des fleurs de lotus qui sont la symbolique de cette évolution et correspondent finalement à mes projets musicaux. A la fin de cette fresque on trouve une tête de mort car je pense qu’il y a une fin à tout, notamment de mes projets. C’est très dark en général tout comme l’univers que je propose.

Après avoir quitté son groupe de métal, T-Moon n’a pas fait de musique pour le grand public pendant près de 5 ans. Durant cette période, il ouvre son école de musique où il donne des cours. C’est dans ce nouveau lieu de vie et d’expression qu’il lance son projet personnel sous son pseudo que l’on connait aujourd’hui : T-Moon. Un univers très sombre avec des sonorités parfois planantes. On ressent en l’artiste un manque de confiance envers les autres et une envie de se sentir libre et autonome. En échangeant avec lui et en écoutant ses morceaux, on peut imaginer qu’une blessure commence seulement à cicatriser. Il veut désormais garder le contrôle de son travail.

T-Moon en live
T-Moon en live  au Forum de Vauréal !  Crédit photo : Christian Lambin

Weirdsound : Tu es un vrai couteau suisse entre la guitare, les pads, le clavier mais aussi la composition, le mixage et le montage vidéo. Finalement, tu es un ambassadeur du DIY ?

T-Moon : J’essaye, c’est pas évident mais parfois c’est limité, non pas dans la technique, mais dans le temps. J’aime avoir la main sur tout. Je ne me vois pas laisser les manettes de mon projet à quelqu’un sauf si cette personne est très impliquée. Par exemple, pour moi un montage vidéo, c’est comme une compo musicale. Quand je compose, je visualise également la vidéo.  Mais bon, il y a forcément des limites.

 

C’est la mélancolie qui m’intéresse et qui m’inspire. Je ressens beaucoup plus d’émotions !

 

Weirdsound : Aujourd’hui, ta musique est 100% électro aux sonorités pop. Peux-tu nous parler de ton processus de création pour un morceau ?

T-Moon : Je bosse là où je fais mes cours, à l’école de musique dans un studio. Tout est composé ici et en général, j’arrive à composer l’ensemble avec la guitare, car je suis guitariste à la base, ou parfois avec le piano. Dans tous les cas, je commence avec des instruments réels. J’ai essayé avec les machines mais pour moi ça ne fonctionne pas. Pour ce qui est du mixage, il se fait au studio. En revanche, le mastering, je le fais faire par le 60 bis Studio à Pontoise.

Weirdsound : Ton premier EP « Even If » est sortie ce lundi 18 mars avec 6 morceaux. Si l’on doit en retenir un qui définit l’ensemble, ce serait lequel ?

T-Moon : S’il y a un titre à retenir, on peut s’en douter, c’est le titre éponyme. C’est un des premiers que j’ai composés et avec lequel je prends du plaisir à jouer et à écouter.  Et si je peux en rajouter un c’est « Before you Die ». C’est un titre dark où je retrouve mon identité.

Weirdsound : On sent l’univers très dark et renfermé. Tu parles de la mort et de l’après mort dans ton projet alors qu’il vient de naître. Tu te considères optimiste dans l’avenir ou pas ?

T-Moon : C’est clair, je suis toujours dans ce qui va se passer plus tard. Ça peut se ressentir à l’intérieur. Globalement, j’aime bien parler des choses courantes de la vie comme l’amour, l’amitié, le changement et tout ça dans les aspects négatifs. Finalement, c’est la mélancolie qui m’intéresse et qui m’inspire. Je ressens beaucoup plus d’émotions dans cette mélancolie que dans le joyeux. J’écoute des groupes qui sont beaucoup dans cette tristesse et notamment dans le blues. Après, avoir peur en l’avenir… (il réfléchit) oui en général ! Mais dans mon projet, j’y crois à fond ! La mélancolie est hyper intéressante, c’est un peu barbare ahah!

Weirdsound : Dans tes influences, tu parles de rock avec Linkin Park, de blues ou de métal. Personnellement, lorsque j’écoute ta musique, je pense à Flume, Rone, Mome ou même Petit Biscuit. Tu t’identifies à cet univers électro ?

T-Moon : Pour être franc, je ne connais pas spécialement les artistes électro, j’ai entendu par-ci et par-là de ces artistes. Quand je vois comment Mome utilise ses machines, je ne me reconnais pas du tout dans ceux-là. Ces gars sont très forts dans ce qu’ils font et je pense qu’ils sont très, très, très électro dans leur musique. Mes instrus électro sont très pauvres par rapport à eux. La musique électronique m’a permis de regrouper toute mes envies. S’il y en a un vers qui je peux me reconnaître, ce serait Fakear car il joue avec des voix orientales et hindoues.

Weirdsound : Si l’on revient sur certains de tes titres, tu as fait des featuring avec LX et Jalessi. Comment se sont passées ces collaborations ?

T-Moon : Avec LX ça s’est fait en one-shot et je l’ai rencontré sur un forum sur internet car il vit au Etats-Unis. Il balançait des boucles de voix et ça m’a intéressé. On a fait une collaboration direct. Pour ce qui est de Jalessi, il fait partie de mon ancien groupe de métal [C’était le chanteur] et c’est quelque chose qu’on renouvellera, c’est obligé !

Weirdsound : Dans le clip de « Even it « , tu développes un univers comics qu’on ne retrouve pas dans les autres clips. C’était une volonté de ta part ?

T-Moon : Je ne suis pas LE fan de manga ou de comics mais c’est quelque chose que j’apprécie. Je voulais me faire plaisir dans les clips. L’univers comics est plaisant à regarder et très inspirant.

Weirdsound : A l’avenir, travailler avec une voix féminine, c’est une possibilité ?

T-Moon : Oui, c’est quelque chose que j’ai essayé mais pour l’instant, je ne suis pas encore emballé par le résultat. C’est quelque chose à travailler et qui devrait se faire plus tard. Pour l’instant j’ai du mal à me projeter avec des voix féminines et j’aime bien ce qu’on fait avec la voix de Jalessi.

Weirdsound : Tu reviens tout juste d’Islande où vous avez clippé. Comment s’est déroulé le voyage ?

T-Moon : C’était génial ! Même très costaud ! Le tournage à duré 2 jours entre 8h30 du matin et 22h. Ce sont des paysages magnifiques qui t’en mettent plein la vue. Entre les différents points de tournage, tu peux faire 100… 200… 300… 400 km. Pendant que tu roules, tu vois un endroit magnifique, et d’un coup tu décides de t’arrêter pour clipper. C’est ça qui est bien. On s’attendait à avoir un temps horrible et finalement, on a été hyper chanceux car on a eu deux jours de soleil. Le résultat sera fou !

Weirdsound : Une petite anecdote à raconter sur ce périple ?

T-Moon : (Hésitant) C’est une petite anecdote. On voulait filmer près d’une cascade. De loin, on ne comprenait pas car tout le monde était en k-way alors qu’il faisait beau. Et en fait, la cascade faisait 60 mètres de haut. Une fois arrivé en bas de la cascade, on était avec les caméras, trempés dans un froid glacial. Ahah

Weirdsound : Tu pars en Grèce en Août pour une série de concerts. Ce sera des vacances ou uniquement du boulot ?

T-Moon : Les deux ! C’est très agréable d’aller jouer là-bas sur la plage, ça va être physique, c’est cool ! On va faire 4 ou 5 dates donc on aura un peu de temps aussi pour profiter.

Weirdsound : En janvier dernier, tu as fait ton premier grand live au Forum de Vauréal tout en proposant une vraie scénographie. C’est une mise en scène que l’on retrouvera lors de tes prochaines dates ?

T-Moon : Oui, l’objectif c’est d’offrir un show visuel. Je ne veux pas que les gens s’ennuient car je suis tout seul sur scène. Je ne pense pas qu’on pourra proposer ce show pour la Grèce pour une raison logistique mais je veux tendre vers ça à l’avenir car l’aspect visuel est tout aussi important que ma musique.

Weirdsound : Après la Grèce, quel sera le programme de T-Moon ?

T-Moon : Clairement, c’est de faire une année de présentation. Chaque mois, j’ai un titre qui sort accompagné d’un clip. On veut développer les concerts à mort et pourquoi pas refaire une sortie d’album ou d’un Ep. On va déjà voir comment le public réagit à ma musique et après ces questions se poseront.

Un premier EP pour T-Moon très réussi avec un choix esthétique travaillé. En attendant le clip tourné en Islande, qui sortira en septembre, le jeune artiste se produira en première partie de Contrefaçon le 21 mars à Cergy-Pontoise.

Une aventure à suivre et à découvrir puisque chaque mois, il nous dévoile un nouveau morceau accompagné d’un clip. De quoi nous faire patienter en attendant ses prochaines dates de tournée pour la fin de l’année ou peut-être en 2020. Une étoile montante qui pourrait bien décrocher la lune…

______________

Prochain concert :

Suivez le

Facebook

Youtube

GuittWall

Prisonnier entre les kicks et les gros drops, GuittWall se dit spécialisé dans les musiques techno, electro et l'univers underground. En réalité, son ego cache son admiration envers Mireille Mathieu, sa première source d'inspiration.
GuittWall

Laisser un commentaire