Yann Tiersen, All. 2019

ALL: le Cosmos selon Yann Tiersen

AvatarPosté par

Kosmos/cosmos : du grec ancien κόσμος, kósmos, qui veut dire «bon ordre, ordre de l’univers ». Ainsi, Platon dans le Gorgias énonçait que «le ciel et la terre, les Dieux et les hommes sont liés entre eux par une communauté, faite d’amitié et de bon arrangement, de sagesse et d’esprit de justice, et c’est la raison pour laquelle, à cet univers, ils donnent […] le nom de cosmos, d’arrangement, et non celui de dérangement non plus que de dérèglement. » Il y a donc une notion holistique dans ce terme. Mais il y a également la détermination que cet équilibre cette harmonie, sont justement l’arrangement d’une multitude d’éléments différents.

Depuis son île d’Ouessant où il est installé, Yann Tiersen tire des forces telluriques de ce phare ouest, et les transcende au travers de sa musique. Lieu de création, omphalos musical de l’artiste, son studio, An Eskal, concentre alors en lui les éléments du Cosmos que le breton collecte à travers le monde. Éléments sonores ou spirituels, il se confronte aux dérangements actuels pour tenter de lui redonner sens au cœur de sa création.

ALL revêt ainsi un double sens. « Tout » en anglais, il signifie aussi « autres » en breton. L’artiste multi-instrumentiste s’appuie sur cette double signification pour enrichir le sens de son travail. Il signifie par là, à la fois son ancrage local tout autant que sa qualité universaliste. La diversité des sons et des morceaux qu’il propose sur cet album reflètent à la fois ses préoccupations, la liberté d’une œuvre défaite de tous lien avec l’industrie musicale, entière et sincère et la distance au monde que le breton cultive sur son bout de terre aux confins de l’Europe.

All s’ouvre sur « Templehof »,  magnifique et trompeusement sereine pièce de piano habillée de bruitages de cris d’enfants, de prises de sons effectuées sur place et de nappes de violoncelles et de synthés. Et un final digne des plus grands morceaux de post-rock. De la dentelle pour un lieu chargé d’histoire, comme une tentative de dompter les fantômes qui pourraient encore l’habiter.

Le titre est élaboré en deux parties, un peu comme l’histoire de ce site. En effet, l’aéroport de Templehof fut le premier de cette superficie à être inauguré en 1923. Réaménagé par Speer, l’architecte du IIIe Reich, il servit de camp de prisonniers pendant la seconde guerre mondiale et fut un des pilier du pont aérien visant à désenclaver Berlin au début de la guerre froide. Fermé depuis dix ans, une partie est ré-ouverte au public sous forme de parc et un circuit automobile (!!! on n’a pas parlé d’un réchauffement climatique il y a quelques temps?) y serait en cours de construction.

Si les musiques entremêlent différents instruments comme le violon, le piano, avec des sons de nature, les textes chantés ou déclamés sont en breton, «proche du gallois et du cornique» ou encore en Féroïen, dialectique parlé dans les îles du même nom au large du Danemark (tristement célèbre pour ses massacres de globicéphales…) qui tend à y supplanter le danois.

« Je pense qu’il doit y avoir 200 000 personnes qui la [la langue cornique] parlent, mais il est assez difficile de la préserver»

Comme Gwenno avait placé le cornique au cœur de son superbe Le Kov en 2018, le musicien accorde une grande importance au langage. Celui-ci confère justement une vision autre du monde, chaque dialecte contenant une culture, un univers différent qui permet de décentrer le regard, ou au contraire de le recentrer. La diversité des visions du monde que donne le langage sous toutes ses formes doit assurer une perception éclairée et distanciée nécessaire à la compréhension de l’autre. Ainsi, au sein de  cette œuvre qu’est All, se croisent des langues peu parlées comme le breton, le suédois de Anna Von Hausswolff sur Koad, le féroïen de Ólavur Jákupsson (Erc’h). Le musicien français a en effet noué un « lien très fort» avec les îles de la mer du Nord, ainsi qu’avec l’artiste danois et son groupe, Orka, lors des Trans Musicales de Rennes de 2008, puis durant plusieurs séjours aux Féroé. Également parmi les invités, habitué des collaborations avec Tiersen, Denez Prigent pose sa voix grave et claire parmi les cloches pastorales du très beau Gwennilied.

« Tout est caché dans la langue. » « Je pense que les langues sont les clés de notre compréhension du monde, et de notre environnement naturel, »

C’est ce lien avec l’environnement qu’on dit « naturel »—par habitude, ignorance ou aveuglement—qui est au cœur de All. Et c’est bien Ouessant—Eusa—qui fait figure de cordon ombilical, de matrice, bout de terre reliant tous les coins du monde et de l’univers, célébré dans Pell—loin. Ainsi, sur Erc’h, derrière le chant du danois, s’élèvent les cris d’une nuée de vanneaux enregistrés quelques années auparavant sur l’île. Car vivre l’insularité dans cet endroit à la beauté sauvage, c’est aussi être au centre des routes migratoires des oiseaux effectuant leurs trajets annuels Nord-Sud/Sud-Nord. C’est être au cœur d’un écosystème qui accueille des espèces endémiques et c’est être sur un avant-poste pélagique, comme sur un navire balloté par les flots et les caprices de l’océan. C’est recevoir des nouvelles du large avant tout le monde. C’est être aux premières loges des bouleversements environnementaux, être au contact des éléments et savoir être à l’écoute de ceux-ci.

Depuis bien longtemps déjà, l’artiste s’intéresse aux solutions à l’immense crise environnementale qui menace l’humanité. En 2017, la première partie de son spectacle au Royal Albert Hall de Londres est assurée par le Dr Stephan Harding, chantre de la Deep Ecology, collaborateur de James Lovelock—l’inventeur du concept de Gaïa— et professeur au Schumacher College, dans le Devon. Cette institution se propose en effet de développer et de partager les connaissances qui seront nécessaires à notre adaptation au monde qui est en train d’advenir, à cette nouvelle ère qui va, qui doit succéder à l’Anthropocène-Capitalocène.

« C’est l’épicentre de ce que le futur a à offrir si on choisit la bonne voie, » « C’est comme une concentration d’espoir dans un petit espace, des jeunes gens viennent de partout dans le monde au Schumacher College pour étudier. »

Le musicien qui y a séjourné en a profité pour récolter des sons enregistrés au sein de la forêt de séquoia où est niché l’établissement. Il n’oublie pas de convoquer également les peurs primales qui ressurgissent lorsque l’on se retrouve seul, au milieu de nulle part, dépouillé de tout artefact et attribut que la société peut nous conférer dans Aon (Un).

L’album se clôt par le très aérien Beure Kentan sur lequel une voix féminine—sa femme qui chante déjà sur Pell?—conte une histoire incompréhensible pour ceux qui ne pratiquent pas cette langue celtique, mais dont les sonorités enchantent les oreilles et crées un sentiment de magie, comme une formule salvatrice, un onguent soignant. Et le chant des oiseaux perdure après l’extinction des instruments, véritable moment de sérénité qui permet de sortir de la musique tout en douceur, de se reconnecter tranquillement au réel.

Ceux qui attendraient une continuité à Amélie Poulain ou aux œuvres plus rock, plus « urbaines » de l’artiste seront peut-être déçus. On pense parfois au travail de Brendan Perry avec Dead Can Dance. Et au final, All est un très bel album, libre, qui concentre en lui cette tentative d’y inclure un ordre du monde ouvert, fait d’équilibre, d’échanges, d’amitié et de sagesse, une écriture musicale ne va jamais là où on pourrait l’attendre mais qui tend vers un universalisme bienveillant. Distillant l’émotion comme sait si bien le faire Yann Tiersen. Une œuvre à la fois universelle et irradiant l’énergie singulière de sa conception insulaire.

 

Liens :

http://smarturl.it/Yann-Tiersen-All

www.yanntiersen.bzh

http://eusasound.bzh/

Yann Tiersen on Facebook

Yann Tiersen on Twitter

www.mute.com

Mr Moonlight

Entremetteur! Non, pas celui qui concocte des entremets, mais bien un passeur. C'est cela Mr Moonlight, un amoureux de la musique sous toutes ses formes : du métal le plus extrême à l'électronica la plus douce. Pour vous servir
Avatar

Laisser un commentaire