Glao VIP février 2019

Glaö met le feu à la soirée électro Dub du VIP!

ZiggyPosté par

Le VIP, à ST Nazaire organisait une soirée placée sous le signe du DUB, samedi 9 Février et proposait 3 groupes liés plus ou moins à ce courant musical issu du reggae jamaïcain mais aux déclinaisons multiples aujourd’hui. Si Kanka, clôturant la soirée, était davantage un produit « pur dub », les deux groupes précédents (Glaö puis Raavni) avaient d’autres atouts et traits d’originalité à nous proposer.

Glao David Goin 2019 photo benoit weirdsound
Glao David Goin 2019 photo benoit weirdsound

Glaö pour une 1ère partie electro Dub très séduisante:

J’avais eu l’occasion de voir/entendre 2 sets de Glaö au Festival des Escales de ST Nazaire, l’été dernier et, avec Ehyobro, nous avions rencontré le duo pour le connaître davantage. ( voir article). C’était Glaö qui ouvrait, à partir de 22h la soirée du VIP. Une petite heure de set mais toujours le même enchantement à écouter David Gouin qui « jongle » entre clavier, guitare, chant et bien sûr ses 2 didgeridoos et Brice Tenailleau, aux percussions et machines et parfois aussi au chant….ces chants sur le mode incantatoire qui ajoutent une dimension mystique et mystérieuse à leur musique que l’on peut essayer de qualifier d’électro-ethno-trance-dub! Le set, qui engloba plusieurs nouveaux titres, non présents sur leurs deux 1ers albums, se ponctua sur « Capoeira », nouveau titre superbe reflétant bien le mélange des styles précités et propices à faire bouger le public tout en l’emmenant ailleurs au gré de l’imaginaire poétique et des images véhiculées propres à chaque spectateur.

Glao Brice Tenailleau VIP 2019 photo benoit weirdsound
Glao Brice Tenailleau VIP 2019 photo benoit weirdsound

Comme nous le rappelait David Goin, lors de notre dernière rencontre, le Didgeridoo a cette « vibration profonde » qui, chez les aborigènes, accompagne chant et danse mais qui, comme ce soir encore au VIP, peut se concilier avec la trance et le dub... Le sang (Glaö!) coulait dans nos veines et vivifiait nos corps, la musique nous TRANSportant littéralement!Après le concert,Ehyobro et moi même eûment le plaisir de retrouver notre duo pour échanger à nouveau sur le présent et leur futur…musical bien sûr! Glaö était en « résidence » au VIP en début de semaine, ce qui leur avait permis de travailler plus durement, encadrés par l’ingé son du VIP: travail sur certains fondamentaux nous disait Brice, le batteur, comme les « B.P.M et les montées en puissance », les contraintes apportant au final de belles satisfactions aussi! Brice Tenailleau nous parlait aussi de la performance « Live » y compris de celle de ce soir: « c’est facile de séduire, de faire bouger le public…mais aussi facile de le perdre »..d’où la nécessité de rester en alerte permanente, ce qui explique pourquoi aussi Brice T. aime bien « improviser un peu » (« Je ne joue jamais le titre tout à fait de la même façon ») ce qui fait peur parfois à David! La base rythmique est enregistrée sur leurs machines, ce qui permet à Brice T. de jouer debout, posture qu’il apprécie! Le support physique du futur musical de Glaö reste imprécis…le duo héste entre sortir un E.P de 5 titres ou attendre un peu plus pour sortir un 3ème album…j’ai cru sentir que cette dernière option l’emporterait!

Si chaque set est différent, rien n’étant figé, le public ne peut que saluer chacune des performances de Glaö: les spectateurs ne s’y sont pas trompés en faisant une véritable ovation au duo qui ouvrait de façon brillante la soirée. Une mention aussi pour la qualité du son (et donc merci à l’ingé son aux manettes derrière les consoles!)

Raavni VIP fevrier 2019 photo benoit weirdsound
Raavni VIP fevrier 2019 photo benoit weirdsound

Raavni et son woodslide:

La deuxième partie de soirée était réservée à Raavni: depuis 2 ans, le musicien nantais mélange aussi machines et instruments traditionnels comme le melodica et surtout ce didgeridoo accordable, à coulisse, le woodslide, fabriqué par un musicien artisan de la région nantaise (seul fabricant au monde?). Raavni nous fait aussi voyager entre electro, dub et word music. Le son du woodslide est toutefois moins présent qu’avec le duo précédent (peut-être une question de réglage?) et j’avoue qu’une vraie batterie ne remplacera jamais des bases rythmiques enregistrées! Raavni a joué notamment « Yuddh ya Shanti », titre qui était sorti, la veille, en clip video. Cette video a été tournée fin Octobre près de Mesquer avec 18 danseuses de la troupe Troiata.

 

Kanka, un set 100% pur Dub:

Troisième partie de soirée…milieu de nuit avec Kaanka. Alors que dehors la tempête fait rage, faisant partir certains spectateurs (eh oui le Pont de St Nazaire unissant les deux rives de l’estuaire de la Loire ferme quand les rafales atteignent les 100 kms/h), Kanka entâme son set 100% pur Dub. Kanka est derrière ses machines et assure le boulot pour les amateurs. J’avoue être resté sur ma faim, sans doute car je ne suis pas non plus un fan du dub pur et dur qui manque, pour moi, d’originalité et de créativité contrairement aux deux sets précédents.

 

Ziggy

Passionné depuis toujours par la musique et par le support vinyle! Son premier grand concert : King Crimson à Londres,il y a très longtemps! Aujourd'hui il aime de nombreux styles, pourvu que la musique soit bonne,mais ça, c'est très subjectif!!
Ziggy

Les derniers articles par Ziggy (tout voir)

Laisser un commentaire