Solidarité Noailles novembre 2018

Marseille : Artistes Solidaires !

En plein cœur de Marseille, une plaie ouverte. Le 5 novembre 2018, à 9 heures du matin, deux immeubles de la rue d’Aubagne se sont effondrés. Huit morts et une ville plongée dans le deuil. Dans ce quartier de Noailles, c’est toute l’histoire de la ville aux « 111 villages » qui s’y résume. Des institutions centenaires côtoient les échoppes orientales aux allures de souk. Mais depuis ce triste matin, elle pointe l’incompétence de la mairie à prendre des choses en main.

« Les morts sont venus demander des comptes à Jean-Claude Gaudin (maire de Marseille depuis 1995, ndla). Les visages de Simona, Fabien, Niassé, Chérif, Julien, Marie-Emmanuelle, Ouloume et de Taher, tous hissés sur de larges pancartes, font face aux fenêtres fermées de la mairie de Marseille. Neuf jours après l’effondrement des immeubles, une colère inédite a dévalé la rue d’Aubagne, descendu la Canebière pour se fracasser sur la porte close de la mairie et les CRS qui l’encerclent. » écrit Gilles Rof dans les colonnes du Monde, neufs jours après le drame.

« Ça a été un choc, » se rappelle Stéphane de Lollipop, disquaire incontournable pour qui aime encore l’odeur du vinyle. « Nous étions KO. En état de choc. Comment cela peut se passer en plein centre ville ? ». Lollipop accueille une exposition de photos dont tous les fonds iront à La Machine à Coudre, salle de concert fermée administrativement suite à l’effondrement des immeubles et dont les gérants craignent de ne pouvoir rouvrir à cause de la vétusté des locaux. « Il a de l’eau qui s’infiltrait tout au long des 5 étages de l’immeuble, » témoigne un habitué des « Et la mairie ne fait rien. »

Lollipop Music Store : 2 Boulevard Théodore Thurner 13006 Marseille
Lollipop Music Store : 2 Boulevard Théodore Thurner 13006 Marseille

« Après le deuil, la colère, après la colère c’est le temps de la réaction » constate Hazem à la barbe noir et au regard pragmatique, co-gérant du Molotov, salle de concert à deux pas du lieu du drame. « Naturellement, on a ouvert notre espace pour accueillir des différentes associations qui ont tenté de s’organiser face au drame et accueillir les dons des Marseillais qui sont venus spontanément aider leurs voisins. » Voyant que rien ne bougeait, le culturel a réagi avant les associations et les institutions pour répondre à l’urgence des sinistrés. Car il faut savoir aussi, que suite au sinistre, la ville a évacué 200, puis 500, puis 1000, et maintenant au moins 1600 personnes en oubliant le plus important : l’humain.
« On se doutait qu’il fallait qu’on réagisse face à l’immobilisme de la mairie » martèle Fabien, co-gérant du Molotov, qui malgré sa bonne humeur ne peut que faire ce triste constat.

Manu, de Sonic-Interval propose un double CD (prix au bon vouloir de l’acheteur) regroupant 36 artistes locaux. Allant des Cowboys From Outer Space, Nicolas Dick ou Philippe Petit et sa chanson hommage La coupe est Plaine… Angoisse et Colère. La colère avait déjà fait descendre les Marseillais dans la rue suite au massacre des arbres de la Plaine le 16 octobre dernier, 20 jours avant le drame. « Petit village » à cinq minutes de la rue d’Aubagne où, face à la révolte des riverains, la mairie a dû ériger un mur tout autour de la place.

Le mur de la honte.


« Il était une fois la Plaine, » écrit Manu en postface de son double CD. « Nous y montions par les rues hautes qui partent du Vieux-Port, ou de la Canebière, nous y arrivions à bout de souffle, qu’importe. Nous avions rendez-vous avec la joie d’un quartier, les couleurs du marché, les bruits des crieurs à la bonne fortune, et trouvions notre kilo de tomates bien rouges, notre vêtement « à pas cher », respirions les effluves populaires des matins qui réjouissent. Le dimanche parfois, une tablée de voisins qui se croisent… Les enfants qui jouent… Les rires des anciens assis là, sur les bancs, à l’ombre… Il y avait les arbres. Et puis son carnaval… Impromptu, irrévérencieux, coloré, joyeux et… indépendant… Descendant vers Noailles. »

03weirdsoundcd-810x580
Les Enfants de La Plaine

Double CD Les enfants de la Plaine regroupant : Opus, Rats Don’t Sink, Jim Younger’s Spirit, Keith Richard Overdose, Catalogue, Hey Ginger!, El Ultimo Grito, Doc Vinegar, Kino Frontera, Cowboys From Outer Space, Magali Longchamps, Les Martiens, Mure, Pleasures, Blah-Blah, Splash Macadam, 25, Philippe Petit, Belphegorz, Melt Visconti, Grace Kelly, Usken, Pascal Ferrari, Dan Imposter, Fedor, Ask The Light, Drive Simone, qUELQU’UN, Nicolas Dick, Jearc, Rescue Rangers, The Needs, Not Exit Only, Conger! Conger!, Parade, Picnic Republic.

« Comment peut-on reloger un couple de retraités dans un appartement sans lit ni chauffage ? » enrage un bénévole. « La mairie a les sous pour ériger un mur de 2,50 m de haut autour de la Plaine, (coût estimé à 390000 € selon France 3) et rien pour les sinistrés de la rue d’Aubagne ? » 

Ce 5 novembre est comme un électrochoc, une prise de conscience citoyenne. « Cette ville ne se réveille pas, tout le monde dit « c’est Gaudin, le clientélisme ». La responsabilité c’est aussi notre irresponsabilité par rapport à notre devoir de citoyen. Il doit y avoir un avant Noailles et un après Noailles. Cela concerne toute la ville », souhaite ce père de famille du quartier.

Acte 1 : Concerts au Molotov

Sentiment partagé par l’ensemble du milieu artistique marseillais et régional qui a pris les choses en main en organisant des concerts de soutien. « Ces concerts sont une initiative spontanée qui vient aussi bien de nous que des artistes » témoigne encore Fabien. Le Molotov a proposé un premier concert le 15 novembre dernier avec les grands noms de la scène hip-hop et ragga de la ville « des artistes qui ont tout de suite répondu présent », ajoute-t-il. Le groupe Massilia Sound System, Dj Djel de la Fonky Family, l’architecte sonore du groupe IAM, Imhotep, le rappeur endoumois Muge Knight, K-Rhyme Le Roi pour ne citer qu’eux.
Les Marseillais ont largement répondu à l’invitation du Molotov et des artistes. La salle de concert comptait 8 000 inscrits à l’événement. Avec une jauge maximale de 200 personnes. Afin de faire face à l’élan de solidarité des Marseillais, le Molotov a annoncé la tenue d’un autre concert de soutien, deux jours plus tard, avec notamment l’orchestre phocéen de La Cumbia Chicharra. « Nous avons reçu plus d’une centaine de demandes de participation d’artistes et avons été submergés par les propositions de bénévolat et de coups de main », témoigne le Molotov sur sa page Facebook. Autant de soutiens qui ont poussé à l’organisation d’un « concert encore plus gros, à l’Espace Julien, le 21 décembre », annonçait le gérant du Molotov.
Ce concert a rassemblé IAM, Fonky Family, Keny Arkana, 3eme œil, FAF Larage… Ce dernier revient pour nous sur son ressenti : « C’est un véritable choc. Le quartier, on y a grandi. C’est un bastion du hip-hop. Ces rues, on les a arpentées des milliers de fois, jamais on pensait que ça allait s’effondrer. Surtout qu’on savait qu’il y avait eu des contrôles et que les experts avaient donné leur feu vert. Lorsqu’on m’a contacté pour faire ce concert de soutien, évidemment j’ai foncé. On voulait utiliser notre notoriété pour lancer un cri d’alarme, en espérant que les institutions réagissent et prennent les choses en main. Oui, les Marseillais se sont mobilisés, comme toujours je dirais. »

02weirdsound_molotov-768x1073
Molotov

Hazem du Molotov écrit sur le compte Facebook de la salle de concert : « Grâce à notre quartier (et au-delà) qui se bouge pour ses habitants et ses valeurs, grâce aux musiciens tchatcheurs, rappeurs, rockeurs, le peuple de la cumbia, l’univers de la Massilia, et à travers une petite salle de 200 places et une autre de 80, nous avons récolté 10 631 euros. 10 631 euros pour les sinistrés de Noailles ! » Il rajoute pour nous : « Face à l’opacité de la Mairie, nous sommes clairs quant au montant des recettes collectées et à leurs usages. »

D’autres salles ont organisé de tels événements solidaires dans le quartier. Le Daki Ling a fait de même, vendredi 16 novembre, avec le groupe vocal Radio Babel Marseille ou encore le cabaret de Cirk Biz’art.

Acte 2 : Concert à l’Espace Julien

Depuis, les associations se sont structurées pour faire face à la crise, comme l’explique Aurore Moine référent général de Tous enfants de Marseille. « Nous sommes un collectif d’habitants, ouvert aux habitués du quartier et soutiens, qui agissons pour défendre les droits des proches des victimes et de tous ceux qui ont été sinistrés, évacués, touchés par ce drame. Ensemble, en nous réunissant, en manifestant, en étant solidaires des uns et des autres, nous pouvons être plus forts et obliger les pouvoirs publics à enfin respecter nos droits et notre dignité. Nous réclamons des logements et un quartier pour tous ses habitants et non pour les touristes ou les plus aisés. Nous réclamons vérité et justice pour les 8 victimes. »

Fin janvier 2019, plusieurs personnalités (parmi lesquelles Keny Arkana, Sophie Calle, Barbara Cassin, Dominique Cabrera, André Donzel, Robert Guédiguian, IAM, Valérie Manteau, Michel Peraldi, Philippe Pujol, Soprano) dénoncent dans une tribune publiée dans Le Monde « la gestion lamentable de la crise ».

Acte 3 : Concert aux Docks des Suds

03weirdsoundenfantsdemrseille
Les enfants de Marseille

Car le mouvement de solidarité ne s’arrête pas et n’est pas prêt de s’arrêter tellement cette blessure est présente dans le cœur des artistes. Samedi 9 février, un concert Solidarité Noailles. Tous enfants de Marseille va avoir lieu aux Docks des Suds. Autour de Sébastien Damiani (pianiste classique et chef d’orchestre), porteur de cet acte 3 des concerts, près de 80 artistes de tous horizons sont bénévoles pour 6 heures de musique mélangeant DJ set et Live band. « Plutôt que de manifester, je suis plus efficace en apportant ma passion : la musique. J’ai proposé mes services sur Facebook et Aurore Moine y a répondu et nous avons élaboré l’idée de ce 3e acte. » « Nous voulions que les habitants de Noailles soient au cœur des festivités autour d’ateliers pour les enfants, de tables rondes, de débats avec les habitants, » ponctue Aurore. « Pour ma part, j’ai rassemblé 6 musiciens pour former un live band qui accompagnera les chanteurs et rappeurs durant le set. » Claude Sarragossa, le batteur à la frappe sèche et précise, explique « Marseille, si on l’aime, on l’épouse. Elle est tellement particulière. Lorsqu’on la bafoue, comme en ce moment, on se révolte. » Propos confirmés par John Massa, saxophoniste au talent fin et précieux, « On a toujours tendance à dire que ce genre de drame est normal à Marseille, mais non ! Ça n’est pas normal ! Pourquoi il n’y a qu’ici que deux immeubles s’effondrent et tuent 8 personnes et pas ailleurs en France ? » Pascal Blanc, le longiligne bassiste aux cheveux hirsutes et au rire communicatif, souligne malgré tout son mal être : « Depuis, on a peur. On regarde les immeubles en se demandant s’ils ne vont pas s’effondrer. » « Moi, j’ai du déménager. Mon immeuble a été évacué et depuis, on attend que quelque chose se passe… » s’inquiète Fred Anfonce (guitariste de Labo Klandestino aux mélodies discrètes et raffinées. Cette volonté de venir en soutien offre aussi la possibilité aux sept musiciens de se retrouver pour la première fois à jouer ensemble. « C’est vrai, qu’il y a la plaisir de jouer ensemble. Et ça, malgré la surcharge de travail, c’est très excitant ! » susurre Cyril Benhamou derrière ses claviers, les yeux pétillants et le sourire malicieux. C’est vrai que les sept musiciens avec Sylvia Olmeta (chanteuse soprano) n’ont pas compté les heures de répétitions pour apprendre les 24 morceaux qu’ils joueront pour accompagner les artistes sur scène. « J’ai mis deux mois à retranscrire les morceaux et les musiciens ont été submergés de vidéos, partitions et bandes sons pour être prêt à temps. » plaide Sébastien Damiani, virtuose pianiste au sourire et la bonhommie contagieuse.

Tous enfants de Marseille sur Azur TV.

Présents au concert Solidarité Noailles samedi 9 février 2019 : Aïdan • Faf Larage • Puissance Nord • Costello • Ali (ex Lunatic) • La Scred Connexion feat Fanny Polly • Lacraps • L’amir’al • Carlito • Sise Ici • Tressym • Siêm Folknomade • RPZ • La Preuve • Rager • Mena • TK • MaClick • Nadia Ammour • Youssef Swatt’s • Ismaël Metis (Mc Metis) • Kacem Wapalek • Daz • BR la plume • Alain Renard • Anthony Joubert (humoriste) • Laurent Febvay (humoriste) • Viez • Nizi • Krimo • Meda • Sao Ti • Emma (the Voice Kid) • EL KID • Saknes • Jidma

« Cet évènement a un devoir de « mémoire », de rapprocher les gens, les publics, les âmes des quartiers. Associations locales, sinistrés, habitants du quartier de Noailles, commerçants, artisans, collectifs, artistes locaux et nationaux se sont rassemblés autour de ce projet solidaire.» peut-on lire sur le site de l’évènement. Faf Larage, qui sera un des hosters avec Kanay2mars et MC Kmeleon de la soirée confirme : « Il n’y aura pas que des artistes marseillais, mais des Parisiens, Toulousains, Montpelliérains, Sétois aussi. On veut offrir du temps aux sinistrés qui seront avec nous toute la journée autour de tables rondes, conférences, ateliers… On espère qu’ils sentent qu’on ne les abandonne pas. Si les institutions ne sont pas là, nous oui. Et on ne lâchera pas. Trois mois après le drame, on veut des réponses car les gens sont encore en galère. »

Une chose est sure. 5 novembre 2018, on n’oublie pas !

Merci à tous les artistes, organisateurs, bénévoles, salles de spectacles (Espace Julien, Molotov, Docks des Suds…), journalistes, techniciens qui ont la richesse du cœur.

Laisser un commentaire