pochette-de-Bright-shadows-768x768

Anne Paceo: l’invitation intime au voyage de « Bright Shadows »

Posted by

Anne Paceo jeune (Elle n’a que 34 ans) batteuse et compositrice française vient de sortir son nouvel album « Bright shadows« , son 6ème depuis 2008 et toujours chez Laborie Jazz. Si elle est assez peu connue du grand public, elle a déjà brillé à de nombreuses reprises dans le monde du jazz, récoltant prix et distinctions au delà d’une reconnaissance précoce: elle a 20 ans quand elle joue avec le groupe du guitariste Christian Escoudé, elle est la « Révélation instrumentale » aux Victoires du Jazz en 2011, son 3ème album, « Yôkaï » est encensé en 2012 et elle devient « artiste de l’année » à nouveau aux Victoires du Jazz 2016.

Anne Paceo
Anne Paceo

Depuis un moment déjà, Anne Paceo a refusé de s’enfermer dans une case musicale trop restrictive : « je n’ai jamais aimé les frontières entre les styles musicaux…ce sont les disquaires qui ont inventé ces cases »; elle a ainsi multiplié les collaborations, accompagnant Mélissa Laveaux en tournée en 2013 mais aussi Jeanne Added en 2015 puis Rhoda Scott en 2018, après avoir créé, en 2017, dans le cadre du festival normand « Jazz sous les pommiers », le projet « Fables of Shwedagon » avec 5 musiciens birmans… qui déboucha sur son 5ème album.

Jeanne Added en 2015……Anne Paceo à la batterie.

Anne Paceo a reçu aussi les éloges de musiciens de jazz de 1er plan comme Charlie Haden : « Elle m’a immensément impressionné par son talent, sa musicalité et son dévouement à sa forme d’art. Son style personnel et (son) son si particulier font d’elle un musicien unique »! Anne Paceo compositrice écrit aussi ses textes et oriente aussi, évidemment, le rythme par sa batterie. Comment a t-elle conçu, voire mûri ce nouvel album? « Bright shadows est le prolongement d’une mue intérieure, entamée pendant l’écriture de l’album « Circles » nous explique t-elle avant de poursuivre: « Pendant ce cheminement, mon regard sur le monde a changé. J’ai eu l’impression d’ouvrir les yeux et il a fallu que j’apprenne à accepter la part d’ombre inhérente à ce que je suis mais aussi au monde. Sur cet album, j’avais envie d’exprimer mes questionnements, peurs, doutes, mais pas seulement en musique ».

Avec la chanteuse Leila Martial à Jazz in Marciac en 2017

Le nouvel album « Bright Shadows » est ausssi le reflet de son éclectisme musical, même si, bien sûr, la tonalité jazz reste prédominante. Ses références sont ainsi multiples: Anne Paceo cite James Blake comme le requiem de Fauré mais aussi évoque « la spiritualité et le feu intérieur » de John Coltrane, Steve Reich et ses polyrythmies et Boards of Canada! Elle ne veut pas oublier non plus « La force historique des enregistrements d’Alan Lomax dans les prisons américaines des années 30″. ( Alan Lomax était, comme son père, un ethnomusicologue qui a fait un remarquable travail de collecte de musiques diverses dont les chants des prisonniers noirs alors qu’il n’a que 18 ans: il enregistre alors Leadbelly (dont il deviendra le producteur!) qui purge une peine dans un pénitencier de Louisiane. Il découvrit aussi, excusez du peu!, Sam Cooke, Sonny Terry et Muddy Waters! ndlr). A ces références/influences, il faut aussi ajouter l’Afrique et ses grooves: Anne Paceo a d’ailleurs passé une grande partie de son enfance en Côte d’Ivoire.

Anne Paceo transcende les genres musicaux!

Aujourd’hui, Anne Paceo transcende donc les genres musicaux, Jazz, Pop, Electro, Word. Anne Paceo, batteuse, a décidé aussi d’assumer son chant en l’associant à ceux de Florent Mateo et de Ann Shirley (que la France a découverte avec The Voice en 2017). Elle s’en explique: « La voix et la percussion renvoient à l’originel, au primaire…Associer trois voix à ma batterie était une manière de revenir à la source, au commencement ». Anne Paceo ne tarit pas d’éloges sur ces deux collaborations vocales; La voix d’Ann Shirley l’a « envoutée »: « J’ai aimé son grain soul et cette façon de donner comme si elle jouait sa vie ». Florent Matteo l’a impressionnée par « sa capacité à s’exprimer dans toutes les tessitures et à voyager à travers les styles avec une facilité déconcertante ». Elle résume bien sa philosophie musicale et de vie en précisant: »L’important est que la musique parle au coeur, à l’âme, qu’elle provoque des émotions, qu’elle fasse voyager, qu’elle inspire ».

Tomorrow ouvre l’album Bright shadows de brillante manière.

L’album comporte 9 titres dont beaucoup de pépites et les thèmes sont variés même si le dénominateur commun du travail d’écriture (auquel ont collaboré Sandra Nkake, Marion Rampal, Diana Trujillo mais aussi Florent Mateo) veut traduire le besoin d’Anne Paceo d’exprimer ce qu’elle avait au plus profond d’elle. « Tomorrow » ouvre l’album de belle manière et c’est aussi le 1er titre qu’Anne paceo a composé pour cet opus; il traduit le temps qui passe et qui peut altérer la relation. « Bright shadows« , au tempo jazz electro rapide au début puis s’achevant sur un rythme plus lent, révèle une part intime d’Anne Paceo, la relation entre ses états intérieurs et sa perception du monde extérieur. « Hope is a swan » (écrit dans le cadre magique du Moulin d’Andé, dans l’Eure) évoque à nouveau le temps qui passe et invite au questionnement dans une atmosphère à la fois apaisée et nostalgique.

Nehanda, titre hommage magnifique!

« Nehanda » fait partie de mes titres préférés: il débute sur un rythme où l’on sent l’Afrique proche avant de s’envoler sur des notes plus jazzy. Le morceau se veut un hommage à la guerrière Zimbabwéenne Nehanda Nyakasikana; Anne Paceo s’explique sur cet hymne féministe: « je me questionne souvent sur le fait d’être une femme dans le monde, dans ce monde. A l’école, quand on était enfants, on nous a peu parlé des femmes qui ont fait l’Histoire ou qui se sont battues pour qu’elle change ». l’histoire et la lutte de Nehanda contre le colonialisme ont inspiré Anne Paceo qui a choisi « d’inventer une langue imaginaire et incantatoirepour lui rendre hommage…C’était génial de voir comment Ann Shirley s’est approprié cette langue et l’a remodelée pour la faire sienne »! J’aime beaucoup aussi « Calle silencio », titre atmosphérique au parfum jazzy délicieux sublimé par le clavier de Tony Paeleman (qui assure le jeu de basse au synthé) et le jeu subtile de batterie. J’adore (!!) les deux titres suivants : « The shell » où la guitare de Pierre Perchaud contribue à l’atmosphère cinématographique propice au voyage…qu’il soit intérieur ou non.

Un extrait….frustrant de Stranger

« Stranger« , avec des paroles en français, est peut-être mon morceau préféré: influencé par le voyage en Haïti d’Anne Paceo et les crises migratoires récurentes, ce titre, globalment assez lent, me fait penser, de plus, à d’autres artistes que j’affectionne: Anna Calvi au début puis Bowie, époque Lazarus avec le sax redoutable de Christophe Panzani. « Jasmine flower », jazzy groovy, possède des harmonies vocales et instrumentales superbes. « Contemplation » , avec son piano omniprésent, clôture l’album toute en beauté et en douceur; il est à l’image d’Anne Paceo, compositrice sensible et contemplative aux deux facettes:  » les textes traitent parfois de sujets sombres, en contraste avec l’autre partie de moi, plus solaire, qui s’exprime dans la musique » confie t-elle d’ailleurs. Anne Paceo a même voulu exploiter l’atmosphère, les sons de vie de son quartier (tendez bien l’oreille, en fin de morceau!!) pour que l’auditeur ait l’impression d’être son invité chez elle! Merci!!

Anne Paceo sera en concert à Paris au Cenquatre le 19 février mais aussi à Nantes (salle Paul Fort le 24 Avril) et dans quelques autres villes!

L'affiche du concert parisien de février.
L’affiche du concert parisien de février.

Laisser un commentaire