Lamomali-560x363

M au Mali

elanbleuPosté par

Il y a les groupes que nous aimons secrètement, ceux que nous clamons devant la terre entière, ou bien alors ceux que nous gardons confidentiellement dans un cercle restreint d’amateurs… Et puis chacun d’entre nous interprète un son, une parole, une musique avec notre regard unique à nous. Aaah philosophie de bistrot quand tu nous tiens !

Pour ma part, Matthieu CHEDID, plus connu pour son nom d’artiste M, fait partie de ses artistes que j’apprécie – intimement – beaucoup. (Je vous préviens chers lecteurs et lectrices, cet article va être moite).

M, comme à son habitude, nous (re)prend par les tripes

Résumer le génie M est une hérésie. Il est incontestablement, un des meilleurs artistes – qui plus est – guitaristes français. Ceci n’est point un débat ! Et c’est avec ce manque de mélodie Mième que je me suis précipité sur une plateforme musicale française : « Tiens, je connais pas trop c’te disque ? » Je m’installe confortablement sur ma chaise, je mets mes écouteurs usés et je clique sur le petit bouton triangle :

Manitoumani douce mélodie d’été et ses brises fraîches et son soleil chaud. J’ouvre les yeux ; je ne suis plus dans mon bureau, non, je suis debout sur une terre tiède, pieds nus et visage vers l’éther majestueux ! Sublime.

Ainsi commence Lamomali, une ode à l’Afrique, plus précisément au Mali : ce qui veut dire hippopotame en langue bambara : animal le plus craint contrairement aux apparences… National Geographic merci. Cet album est né suite à la collaboration entre M, Toumani DIABATE et Sidiki DIABATE (les deux étant des maîtres de la kora : une sorte de guitare africaine => allez voir par vous-même, ça en vaut le détour). Je me suis auto-épuisé, trop d’informations.

Ce titre est naïvement bien

Après l’envoûtement – trop tard, tu es dans la merde mon gars ! – la guitare suintante de notre protagoniste ouvre le Bal de Bamako, un seul mot d’ordre : tu vas bouger ton boule, tu vas transpirer et ton « bassin va faire l’hélicoptère » – dixit Oxmo PUCCINO. Tout y est : un groove pop-esque, un rythme funky, des guitares fluides et oscillantes, le phrasé maîtrisé d’Oxmo PUCCINO (rappeur franco-malien) et de la déesse noire Fatoumata DIAWARA (chanteuse malienne d’une élégance et d’une grâce de sa voix et sa beauté)

Le moment de fête est fini. M, comme à son habitude, nous (re)prend par les tripes et nous livre une performance poétique avec Cet Air et Une Âme, accompagné de Fatoumata. Votre âme errera dans les cieux du continent africain ; laissez place à votre imagination…ou bien, vous allez sur un moteur de recherche – vous tapez « Afrique ». Je préfère le morceau Une Âme du fait de la parfaite harmonie entre la guitare de M et les koras de Toumani et Sidiki, le mélange subtil des langues françaises (ici M) et du bambara (ici Fatoumata) et la bienveillance de la musique apaisant même les plus hargneux. En fait, pour faire simple : mec, tu vas te sentir bien du début jusqu’à la fin ! « C’est y pas beau ça ? »

Et là, sans aucun message d’alerte, une ambroisie vous tombe dessus. Le Bonheur, comment vous le décrire ? Un chant mystiquement pieu. Porté en premier par la voix de Kerfala KANTE, un sage noir qui hymne une sorte de prière musulmane en bambara et soudain une voix de l’époque baroque vous prend par surprise, Philippe JAROUSSKY, un contreténor. Absurde ? Oui mais somptueux.

« Ouais, Berna’ on va s’faire chier à écouter que du flan coco ! » Merde, un peu de Solidarité (je suis fière de ma phrase ; oooh yeah !). Ce titre est naïvement bien. Un son clairement pop et des paroles niaises ; nonobstant, une collaboration de différents artistes de divers horizons et nationalités (Nekfeu, Ibrahim Maalouf, Seu Jorge, Youssou N’Dour, Sanjay Khan, Santigold, Hiba Tawaji, Chacha),une mansuétude contagieuse et un son qui fait bouger ton popotin même si tu as un balai coincé dans le cul.

La frénésie terminée, M nous ressert la même (La même ? un plat de jour s’il vous plaiiit). Une mélodie affectueuse ; toutefois cette fois ci au commande Louis CHEDID (le père de Matthieu) et Fatoumata. Dans l’absolu, tout au long de l’écoute de Lamomali planera un air mystique venant tout droit du continent africain, de ses savanes, ses forêts, ses ancêtres, ses histoires… Et dans Toi Moi vous allez l’apercevoir. Profitez-en mes ami(e)s, c’est une expérience divine.

c’est notre Prince à nous

Difficile, après, de tomber de notre nuage, qu’en pensez-vous ? Faux ! Ils vont nous choper par les pieds (ou ailleurs, ça dépend si vous portez un slip ?) et nous traîner dans les couloirs de l’enfer africain : vaudouisme et succubes noires ; huuum délicieux. L’Âme au Mali va te souiller mon pote. Ici encore, une étrange collaboration entre les affectueux Amadou & Mariam et la cocasse Jain : un mélange irrationnellement attirant.

Mama vous récupère juste après pour vous réconforter – petite aparté le mot maman est reconnaissable dans toutes les langues du monde, car nous avons tous un point commun, l’amour inconditionnel d’une mère à un enfant… « Ouais mais t’as des nanas qui lâchent leu… BOUM ! Tu disais quoi déjà ? Mamaaan »

Et maintenant quoi mettre en conclusion ? Rien car Koman Le Héros est un bijou, non, un diamant d’une pureté rare que nous trouvons qu’en Afrique ! Écoutez et savourez.

Plus j’écoute les albums de M et plus j’en suis persuadé, c’est notre Prince à nous (de 1- Vive la France ! et de 2 – Ouais, je l’ai dit !) et, en ces temps troubles et durs, un peu de douceur et de sincérité ne feront que du bien. C’est kitch mais rien à foutre !

En prime, demain, oui demain sors le nouvel album de M – Lettre infinie. Parfait !

Facebook d’M

Instagram d’M

Les 2 titres en pré-écoute de la Lettre Infinie

Facebook de Wagram Music

elanbleu

Rédacteur, il aime la bonne musique des années 70 (il y en avait aussi de la mauvaise à l'époque), et plus généralement le rock. A ses heures perdues, il écoute aussi un peu de Rap US et d'électro, mais chut! C'est un secret!
elanbleu

Les derniers articles par elanbleu (tout voir)

Laisser un commentaire